RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : the queen headey.
Messages : 31
Or dans sa bourse : 280
Date d'inscription : 14/08/2014


MessageSujet: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 13:33


   
And the silence it belongs to you & I.

   
   
STEP BY STEPI'll take it all bit by bit. I guess that it's make or break. But I'm not scared no more. It feels divine. So take me in and catch me when I fall.
Enfin était arrivé le jour que tout le monde attendait depuis l'annonce surprise des fiançailles. Le mariage royal. Les préparatifs avaient été organisés tant bien que mal vu les circonstances un peu particulières de cette union, soumise à un timing restreint avec la guerre qui était à présent plus qu'imminente. Mais ça ne dérangeait pas Adenora, bien consciente des enjeux de tout ceci même si bien sûr, cela n'ôtait heureusement rien au fait que ce mariage serait avant tout bel et bien un mariage d'amour. Certes, ils leur aura fallu plus de soixante ans pour enfin en arriver là mais mieux vaut tard que jamais, pas vrai ? Et surtout, la naine avait fait preuve d'une retenue dont on ne lui connaissait pas lorsqu'elle avait du passer de longues heures à subir les divers essayages que requièraient la cérémonie. Celle-là même où elle deviendrait aussi accessoirement reine. Elle qui avait passé sa vie à affirmer de rien vouloir avoir à faire avec un titre. C'était une belle ironie du sort, pas vrai ? Pas tant que ça à vrai dire car elle ne voulait pas devenir une épouse effacée, noyée dans ses attributs et privée de toutes libertés. Oh bien sûr, elle devrait renoncer à certaines d'entre elle à l'avenir mais le prix n'était pas si cher à payer puisqu'elle serait enfin avec le nain qu'elle aimait depuis toujours. L'amour, le vrai, c'est aussi ça: savoir faire des concessions pour l'autre même si ça nous coûte. Mais de toute manière, l'un comme l'autre étant des fieffés entêtés, croyez-bien qu'ils ne changeraient pas radicalement de comportement parce que dorénavant ils seraient mari et femme. Bien au contraire...

   Alors ce matin, à l'aube, on était venu la réveiller pour la préparer. Le début d'un long processus assez pénible pour la naine mais hélas, incontournable. Mais avant cela, elle voulait une dernière fois regarder cette chambre qui fut la sienne depuis tellement d'années à présent. Car bien sûr, aujourd'hui elle quitterait sa maison pour de bon afin de vivre au palais, là où serait sa place désormais. La fin d'une époque. Voilà ce qu'elle se disait mais aussi le début d'une autre qui espérons-le, à présent qu'ils s'étaient enfin trouvés, serait aussi longue que possible. Car bien sûr Adenora savait que son futur époux risquait de ne pas revenir s'il partait à la guerre. Croyez bien qu'elle y avait penser des centaines de fois déjà et ce même avant que tout ceci n'arrive. Mais elle savait tout aussi bien que quoi qu'elle dise ou fasse, rien ne retiendrait Throrilin le moment venu alors autant s'en faire une raison. Une fois ses adieux faits à cette maison qui avait été la sienne depuis l'enfance, elle suivit son escorte jusqu'au palais et aux appartements qu'elle occuperait jusqu'à la cérémonie. Et pour qu'elle soit fin prête pour cette dernière, il n'y aurait pas trop de trois paires de mains pour s'y atteler entre sa robe, sa coiffure et le reste. Mais quand enfin tout fut en place, le résultat en valait clairement la chandelle.

   Demandant à ce qu'on la laisse seule un moment, Adenora attendit que les servantes sortent pour se regarder à nouveau dans le miroir qu'on avait mis là pour l'occasion. Elle était si... belle. Pas qu'elle se soit jamais considérée comme étant laide, loin de là, mais sa tenue soulignait parfaitement chacun de ses traits, chaque détail était parfaitement réglé pour la sublimer et ça oui, on peut dire qu'elle n'en avait pas l'habitude. Mais perdant son regard dans son propre reflet, elle sentit revenir à la surface certaines questions qui la taraudaient depuis quelques jours maintenant. Serait-elle vraiment à la hauteur de la tâche si jamais Thror devait mourir au combat ? Elle pensait une fois de plus à son frère. Sa mort l'avait pour ainsi dire anéantie et il n'était "que" son frère. Tarkia elle avait perdu le nain qu'elle aimait et encore à ce jour elle ne pouvait faire son deuil. Lui arriverait-il la même chose ? Elle n'en savait rien et n'avait aucune envie de savoir mais elle devait l'envisager malgré tout. Et le peuple ? Le soutiendrait-elle si besoin dans ses décisions, elle qui ne serait sur le trône que parce qu'elle a été choisit par le roi ? Oui, bien trop de questions sinistres hantaient son esprit mais un simple regard sur la bague qu'elle portait à son doigt la vit revenir à elle et sourire dans la foulée. Aujourd'hui était un jour de fête. Plus question donc de penser à quoi que ce soit hormis à tout ce qui touchait au plus beau jour de sa vie.

   La cérémonie se déroula selon la coutume naine et le protocole royal, bien entendu. Les invités s'étaient pressés en nombre pour l'occasion et tout le gratin de ce que comptait encore les territoires libres de la Terre du Milieu était présent. Il faut dire que le spectacle était en soi un événement, car un mariage royal chez les Nains, ça n'arrivait pas si souvent que ça. Et celui-ci resterait dans les mémoires pour sûr. Une fois officiellement unis, les deux époux échangèrent un baiser devant le parterre des invités qui applaudissaient chaleureusement le couple et l'on procéda dans la foulée au couronnement d'Adenora. S'en suivit, vous l'aurez bien sûr deviner, le banquet de célébration où les deux nains saluèrent et remercièrent comme il se devait leurs convives avant de prendre part aux réjouissances eux aussi. Et une fois de plus, le repas ne manquerait pas de coller à la réputation du peuple nain. Mais après un certain temps, celui minimum pour ne pas paraître trop pressée d'en finir avec tout le cérémonial et la fête, la nain quitta le grande salle pour rejoindre, seule, les appartements de son époux. Ceux-là même qui seraient aussi dorénavant les siens. Oh elle connaissait déjà les lieux pour y être venu plus d'une fois mais ce soir, ça serait forcément différent. Retirant la couronne qu'on lui avait mis précédemment sur la tête et la déposant doucement sur la coiffeuse devant elle, elle commença à doucement défaire les nattes et autres tresses qu'on avait faites dans sa chevelure pour l'occasion, attendant patiemment et avec retenue -pour le moment en tout cas- d'être rejointe, le moment venu, par son cher mari.
   
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 440
Or dans sa bourse : 1151
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 13:45



And the silence it belongs
to you and I.
ft. Adenora & Throrilin


Une nouvelle aube ce levait par ce matin de fin d’automne avec en perspective, un nouveau tournant dans ma vie. Encore un… En très peu de temps, j’avais vu passé énormément de fait marquant dans la vie d’un nain, la perte de mon père, dernier parents qu’il me restait, mon couronnement avec les prises en charge officielle des rênes du royaume des nains et aujourd’hui, j’accomplissais mon dernier devoir : le mariage. C’était décidément un grand jour pour moi, une grande année dans mon histoire mais aussi, pour le peuple puisqu’à fortiori, l’empressement de tout cela n’était qu’une résultant de la guerre qui couvait intestinement dans ces terres. Cela n’abusait personne et même si j’épousais aussi Adenora par amour, les fiançailles avaient été bien courtes par rapport à l’ordinaire. Certes, j’aurais pu précipité les choses pour un autre motif comme, un héritier déjà en route et conçu donc hors mariage, ce qui expliquerait l’empressement de prendre sa mère pour épouse afin qu’elle ne soit pas déshonorée et l’enfant non considéré comme un bâtard mais, voyez vous c’est une chose assez peu courante chez les nains –la rareté des naines ne doit pas y être étrangère-. J’aurais pu accélérer les choses aussi pour contré à de nouvelles fiançailles de la naine, pour aider ma future belle-famille –même si elle l’était déjà de part l’ancien mariage de ma sœur- enfin, ils y avaient de nombreuses possibilités. Les seules ici restaient l’imminence de la guerre – et donc le besoin d’une reine qui reste à Erebor pendant que je serais en guerre- et puis aussi, les années à rattraper, soixante au total.

La guerre nous fait faire des choses qu’on se demande si on ne les regrettera pas un jour mais, aujourd’hui, je ne devais pas trop penser, juste profité de ce moment aussi rare que précieux chez les nains et surtout dans une famille royale. Même si, tous les rois se devaient de prendre une épouse, il restait néanmoins l’exemple de notre ancêtre Thorin II qui était décédé sans héritier direct et qui avait mené ses deux neveux à la bataille avec lui, où ils avaient tous deux péris. Enfin, revenons en à ce qui se passait donc depuis que je m’étais sortit de mon lit. Un nombre assez impressionnant de nain s’affairait maintenant dans mes appartements, entre ceux qui devait ajuster ma tenue ainsi que mon allure général et ceux qui faisait le ménage dans les pièces pour que le moment venu la nouvelle reine trouve une place proprement rangée et aménagée. Toutes ces paroles et allées venues finiraient par me rendre dingue et je me concentrais donc sur autre chose. J’étais impatient de voir ma promise et pas spécialement pour me rassasié devant le spectacle de sa beauté mais, surtout parce que je me sentirais moins nerveux qu’en ce moment. Enfin, vient le moment de se rendre au lieu où se jouerait le spectacle du jour. Un dernier ajustement, un dernier coup d’œil dans le miroir et j’oserais avouer que je ne me reconnaissais presque pas. C’était un véritable travail d’orfèvre que cette tenue de mariage. Une tenue que je ne remettrais sans doute jamais au grand damne du tailleur. C’est une fois de plus ma sœur qui vient me chercher le moment venu en sa qualité de dernière personne en vie de ma famille et nouvelle conseillère du roi.

Pour ce qui fût de la cérémonie, tout se passa exactement comme je le concevais. Une longue cérémonie officielle durant laquelle les paroles ne m’intéressaient guère, trop occupé à admirer ma future épouse qui était encore plus resplendissante que de coutume, mise en valeur qu’elle était par les soins particuliers qui lui furent attribué. Cependant, je n’en oubliais pas de prononcer les vœux rituels et de procéder par la suite au couronnement de celle qui devenait reine des nains. Le tout fût évidemment suivit par le traditionnel banquet qui ne manquait pas d’être aussi somptueux que les précédents même si, l’apparat restait modeste. À quoi bon se pavaner quand il y en a qui crève de faim dehors ? Les remerciements, les bons vœux, tout un coktail rituel parfois long et lourd mais, je m’y pliais de bonne grâce car, c’était tout de même le plus beau jour de ma vie. J’avais cependant hâte que cela se termine et pas spécialement pour les raisons que vous imaginez. Je n’avais jamais aimé les grands cérémonials et ce n’était pas parce que c’était mon mariage que ça changeait quelque chose. Cependant, en tant que roi, je ne pouvais pas me permettre de manquer de respect et c’est sans doute pour cela que je restais plus longtemps encore qu’Adenora assis sur mon siège à regarder les gens.

Finalement, je me levais, jugeant que les nains présents étaient bien assez alcoolisés pour ne plus avoir grand-chose à faire de ma présence en ces lieux. Je pris alors à mon tour le chemin de mes appartements que j’avais quitté ce matin. Je frappais à la porte, je ne sais trop pourquoi d’ailleurs, avant d’entrer dans la première pièce dans laquelle je laissais mon trop lourd manteau avant de rejoindre mon épouse. Cela sonnait très étrangement, moi qui pensait ne jamais épouser qui que ce soit et surtout pas Adenora aux vues de nos caractères trop semblable et notre engouement pour se mettre des bâtons dans nos propres roues. Je retrouvais alors Adenora dans la pièce suivante, toujours aux prises avec ses tresses et je l’observais dans le plus grand silence. Je peinais encore à croire que nous avions réussi à surmonter notre orgueil et que nous étions enfin marié.

made by lizzou – icons & gif by tumblr


If this is to end in fire, then we will all burn together
If this is to end in fire Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side

Vidéo du placard Merci Zuz' ♦
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : the queen headey.
Messages : 31
Or dans sa bourse : 280
Date d'inscription : 14/08/2014


MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 13:53


   
And the silence it belongs to you & I.

   
   
STEP BY STEPI'll take it all bit by bit. I guess that it's make or break. But I'm not scared no more. It feels divine. So take me in and catch me when I fall.
La journée avait défilée presque trop vite à son goût à présent. Comme si elle avait assistée à tout ça en tant que spectatrice plus qu'autre chose, son esprit n'était pas véritablement présent même si son corps lui était bel et bien là. Rien de plus qu'une impression bien sûr, une pensée de plus qui lui traversait l'esprit à présent que tout ceci avait pris fin et qu'elle se trouvait dans le calme de ses nouveaux appartements. Car bien qu'elle ait apprécié le banquet et toutes les charmantes attentions que les invités et autres convives avaient pu avoir à son égard, elle voulait aussi pouvoir faire de cette journée la sienne. Ce qu'elle était en droit d'attendre après tout, c'était son mariage aussi. Ce jour était une source de réjouissance pour tous et un événement marquant dans une vie de nain c'est vrai, mais c'était avant tout un jour exceptionnel dans la sienne. Aujourd'hui elle était devenue celle qu'elle n'espérait jamais pouvoir devenir et je ne parle pas ici de rang. mais bel et bien d'amour tout simplement. D'aussi loin qu'elle puisse s'en souvenir, elle avait toujours voulu ceci. Devenir l'épouse de Throrilin sans pouvoir espérer l'être vu son caractère ou son rang et par la suite, vu sa situation. Et pourtant à présent l'anneau qu'elle portait au doigt concrétisait tout ça d'une manière plus que solennelle.

   Oui, à compter de ce jour, elle était épouse et reine. C'était un peu beaucoup à digérer d'un seul et même coup mais elle ne pouvait pas réellement se plaindre. C'était ce qu'elle voulait après tout, enfin surtout la partie épouse on s'entend. Le rôle de reine venait avec par la force des choses mais elle ferait en sorte d'être à la hauteur. Par amour pour son mari mais aussi par devoir envers son peuple. Car toute reine qu'elle était dorénavant, Adenora resterait toujours avant toute chose une naine au caractère bien trempé, fière de sa culture et de son héritage. Ça ne serait sans doute pas simple tous les jours, surtout sachant qu'elle serait amenée à prendre les rennes prématurément si la guerre éclatait mais elle tâcherait d'être la reine dont le peuple nain aurait besoin. Et puis en comparaison, elle n'avait pas à gérer en plus la mort d'un proche ce qui devait être assez étrange à vivre, d'enchaîner en un tel laps de temps un tel drame avec un événement si positif. Du moins elle espérait bien que leur union parvenait à lui mettre un peu de baume au cœur malgré tout, se doutant bien qu'il devait être lui-même assaillit de tout un tas de questions de son côté. Avec un peu de chance, ils parviendraient à trouver ensemble certaines de ces réponses. C'était tout ce qu'on pouvait leur souhaiter quand on y pense. D'être heureux ensemble, même si cela ne devait durer qu'un bref moment. Mieux vaut avoir aimé et perdu que de ne jamais avoir aimé, dit le proverbe et la naine ne peut qu’acquiescer à cette vérité à présent.

   Voilà aussi pourquoi elle tenait à rendre mémorable cette journée pour elle, se souvenir de chaque chose avec précision. Combien elle s'était sentie nerveuse en quittant ses quartiers ce matin et totalement légère la seconde où ses yeux s'étaient posés sur le visage souriant de Thror. A quel point il était resplendissant dans sa tenue, la façon dont il avait prononcé ses voeux en lui tenant la main. La chanson que les enfants avaient entonnés en leur honneur durant le banquet et tellement d'autres souvenirs encore. Et bien sûr, ceux qui seraient à venir à présent qu'il était devenu admissible pour eux de s'éclipser de la fête sans qu'on leur en tienne rigueur. Elle avait pris congé la première, remerciant en quittant la salle tous ceux qui la sollicitaient avant de se rendre dans les appartements royaux. Ses appartements à compter de ce jour, souriant à cette simple pensée comme une jeune naine qu'elle n'était plus vraiment. Mais qui pourrait la blâmer sachant combien de temps ces deux là avaient mis à en arriver là ? Personne évidemment et certainement pas leurs proches qui pour certains ne pouvaient être que ravis qu'ils aient enfin arrêter de se tourner autour sans jamais se rendre à l'évidence pour autant. Mais mieux vaut tard que jamais, pas vrai ?

   Une fois arrivée à destination, elle avait donc commencé par retirer la couronne qui trônait sur sa tête, prenant grand soin de la poser sur la coiffeuse, sentant presque qu'avec elle s'ôtait un certain poids de ses épaules, temporairement bien sûr. Puis avec un léger pincement au cœur face à ce qu'elle s'apprêtait à faire, vu le nombre d'heure et de travail qu'il avait été nécessaire pour réaliser sa coiffure, elle commençait à défaire une à une les magnifiques tresses qui ornait sa tête en attendant que Throrilin ne la rejoigne. Ce dernier finit par la rejoindre, toquant à la porte même pour annoncer sa présence, ce qui la fit sourire d'ailleurs puisque s'il y avait quelqu'un qui n'avait pas à le faire, c'était bien lui puisqu'il était ici chez lui. C'était elle l'étrangère ici et pas l'inverse. Un geste à mettre sans aucun doute sur le compte de la fatigue ou de la nervosité. C'était après tout la première fois où ils se retrouvaient réellement seuls depuis ces derniers jours et pour l'un comme pour l'autre, tombaient enfin le poids de la complète réalisation de ce qui s'était passé aujourd'hui. Ne l'entendant plus bouger depuis qu'elle l'avait entendu franchir le seuil de la porte, elle décida de briser le silence qui les entouraient. « Ce que tu vois est donc si fascinant que tu restes sur le pas de la porte au lieu de venir l'admirer de plus près ? » lança-t-elle, regardant dans le miroir face à elle pour voir le reflet du nain derrière elle, un sourire légèrement moqueur au coin des lèvres.
   
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 440
Or dans sa bourse : 1151
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 13:59



And the silence it belongs
to you and I.
ft. Adenora & Throrilin


La page sur mon ancienne vie était définitivement tournée. Le prince et ses façons d’agir parfois peu commodes faisaient désormais partie du passé, du moins pour ce qui était de la vie publique. Il était certains que jamais je ne changerais complètement, surtout pas avec mon caractère que beaucoup qualifiaient de difficile et désagréable. Malgré tout, les nouvelles responsabilités qui étaient désormais mienne me changeraient quelques peu. Il y a une nette différence entre le statut de prince et celui de roi, mais secrètement, j’espérais que mon épouse saurait garder en éveille cette partie de moi qui était encore teinté de quelques manières moins convenantes. Peut-être était-ce là le moyen de ne pas sombré dans la folie qui s’abattait sur ma lignée depuis des générations. Peut-être que je n’atteindrais même jamais cet âge là. Mais, je ne voulais pas penser à cela maintenant, même s’il était important que j’en ai conscience, aujourd’hui était un jour unique car, on ne se marie qu’une fois après tout, surtout chez les nains. Je venais seulement de rentrer dans mes appartements que j’avais quitté ce matin, d’habitude, j’y revenais souvent dans la journée, mais à jours exceptionnel, mesures exceptionnels.

Sans aucun doute, cette journée resterait dans ma mémoire comme le plus beau de ma vie. Un jour qui aurait pu ne jamais arriver, que j’ai cru ne jamais voir arrivé. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même si cela avait tant pris de temps pour arriver. Il n’est pas aux femmes de demander les hommes en mariage, sauf dans les familles royales bien-sûr, donc c’était bien de ma faute s’il avait fallu soixante ans avant de pouvoir officiellement appelé Adenora : mon épouse. Souvent rêvé, maintenant devenu réalité et tandis que je me tenais dans l’encadrement de la porte de notre chambre, cela me semblait raisonné comme quelque chose d’insolite, d’irréel. Pourtant, tout avait semblé bien réel, le nœud à l’estomac le matin jusqu’à la délivrance de l’échange des anneaux, la beauté flamboyante de la naine en ce jour, les mets raffinés servis durant le banquet en passant par les nombreuses attentions du peuple pour fêter comme il se devait ces épousailles. Peut-être que dans le feu de l’action, je n’avais pas eu le temps de me rendre bien compte de l’ampleur du changement positif qu’avait amené avec elle cette journée. De plus, même si j’avais pris une certaine habitude de voir Adenora apparaître dans mes appartements, la voir là, alors que la nuit était tombé entrain de se défaire de ses ornements, cela me fit prendre conscience à quel point cette pièce ne serait plus jamais vide, que je ne serais plus jamais seul pour aller me coucher. La solitude m’avait souvent pesé par le passé, mais me dire que c’était totalement terminé, cela sonnait bizarrement dans mon esprit.

Je sortis de mes réflexions lorsque la voix de la naine résonna dans la pièce et je souris en coin. « Ce que je vois, ce que je ressens… tout est tellement fascinant et presque irréel, que j’ai l’impression que ce n’est qu’un rêve et j’ai peur de me réveillé. » Je m’avançais alors dans la pièce, je retirais la couronne qui ceignait mon front pour la posé à côté de celle d’Adenora. Détachant ma chemise qui commençait à me sentir lourde après une journée si chargé, je la retirais sans aucune autre forme de procès, après tout, ce n’était pas la première fois que la naine me voyait ainsi et désormais mon épouse, ce serait un lot quotidien. Prenant place derrière elle, je saisi une des ses tresses dorées à l’arrière de sa tête et commençait à la défaire. « Et puis, ne dit on pas qu’il faut apprécier ce qu’on voit et découvrir le tout petit à petit ? » Ses cheveux soyeux glissaient comme un rien sur mes doigts rudes de forgeron et guerrier, une sensation bien agréable qui me confortait dans l’idée que tout était bel et bien réel. Une fois toutes les tresses défaites, je glissais mes mains le long de son cou et de ses épaules. « J’aimerais que cette journée dure éternellement… ou que le temps se fige, que la guerre n’éclate jamais. Tu es tellement belle, Adenora… »


made by lizzou – icons & gif by tumblr


If this is to end in fire, then we will all burn together
If this is to end in fire Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side

Vidéo du placard Merci Zuz' ♦
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : the queen headey.
Messages : 31
Or dans sa bourse : 280
Date d'inscription : 14/08/2014


MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 14:01


And the silence it belongs to you & I.


STEP BY STEPI'll take it all bit by bit. I guess that it's make or break. But I'm not scared no more. It feels divine. So take me in and catch me when I fall.
Oui, une page s'était définitivement tournée aujourd'hui et pas que pour nos deux nains à vrai dire. Avec ce mariage commençait une nouvelle ère en vérité, mettant fin pour de bon au règne de l'ancien roi et ancrant celui de Throrilin dans le présent de manière définitive aux yeux de tous. Même si cela était déjà fait en théorie bien évidemment, après son propre couronnement quelques semaines auparavant. Disons simplement que la noce entérinait tout ça pour de bon, sur une note un peu plus festive cette fois-ci. Même si bien sûr, restait toujours présente dans tous les esprits la menace imminente de la guerre. Mais pour le court moment qu'était cette journée, ils pouvaient encore s'autoriser cette insouciance, même si elle n'était que feinte pour certains. Ce qui était le cas pour chacun d'eux, même inconsciemment. Mais pas de ça aujourd'hui, pas après tout ce qu'ils avaient du traverser, chacun de leur côté ou ensemble pour en arrive jusque là. Mais avec des caractères pareils, aurait-il vraiment pu en être autrement ? Pas sûr... Et croyez bien qu'Adenora veillerait à ce que son cher époux ne se perde pas dans les méandres du pouvoir. Après tout s'il y a bien une naine qui n'avait jamais considéré son rang comme un obstacle quand il fallait le remettre à sa place, c'était bien elle. Alors à présent qu'elle était son épouse, plus rien ne pourrait vraiment la retenir de le faire et surtout pas Throrilin.

Mais c'est vrai que ce jour là aurait pu ne jamais arriver. Il n'y avait même plus réellement d'espoir du côté d'Adenora sur le sujet, pensant que les conseillers du roi lui aviserait sûrement de prendre une épouse qui serait faite pour ce rôle et non quelqu'un comme elle, entêtée et fière. Pour rester courtois bien sûr. D'autant plus que même si elle était de noble naissance, elle était bien loin dans la liste des potentielles prétendantes. Il avait fallu un drame pour qu'enfin les barrières cèdent entre eux, c'était un peu regrettable mais seul le résultat comptait au final. Et ce jour resterait pour sûr dans la mémoire de la naine comme étant le plus heureux qui soit, espérant bien entendu qu'il y en aurait d'autres malgré tout. En ce jour, elle aussi disait au revoir à cette vie de solitude qu'elle avait mené -ce même lorsqu'elle était fiancée- et embrassait l'avenir aux côtés de celui qu'elle avait toujours aimé. Et même si tout le cérémonial avait été éprouvant, à présent que tout était terminé, elle se sentait légère, ne voulant penser à rien d'autre qu'à profiter de ce répit que lui offrait cette journée. Ce jour serait le leur, tout simplement. Et cette pensée ne la quittait plus depuis qu'elle était arrivée ici, dans les appartements de Thror, qu'elle connaissait déjà par cœur bien sûr, depuis le temps mais qui seraient aussi les siens désormais. Et le simple fait de le réaliser pleinement à présent qu'elle se tenait devant cette coiffeuse était étrange mais terriblement agréable.

Et visiblement, il en était de même pour son cher époux qui se tenait dans le cadre de la porte, songeur jusqu'à ce qu'elle rompe le silence pour le faire sortir de sa rêverie. C'est vrai que tout semblait être le produit d'une illusion et pourtant tout ça était bien réel. « Souhaitons alors que tu ne te réveilles jamais. » répondit-elle en l'observant s'approcher à présent. Une fois défait de sa couronne lui aussi, elle observe son reflet retirer sa chemise tout en continuant de défaire sa coiffure -c'est qu'il y en avait eut des tresses à faire avec la tignasse que la naine avait- avant qu'il ne l'aide à son tour. « C'est ce qu'on dit en effet... » concéda-t-elle, un léger sourire naissant au coin des lèvres. Et croyez bien qu'ils profiteraient à présent qu'enfin ils pouvaient être ensemble et laisser libre court à leurs sentiments sans avoir à craindre qui ou quoi que ce soit pour venir les contrer. Avec une paire de mains supplémentaires pour l'aider à défaire sa coiffure, les boucles blondes de la naine était à présent à nouveau en liberté et cette dernière se penchait légèrement en arrière pour mieux sentir encore le contact de la main de son époux contre sa peau. « Moi aussi j'aimerais tant que ce jour ne finisse jamais. Je l'ai tellement attendu... » dit-elle en posant sa main sur la sienne, la serrant doucement tout en lui souriant dans le miroir. « Tu n'es pas objectif sur le sujet mais j'apprécie le compliment malgré tout. » ajouta-t-elle en souriant avant de se lever et de lui faire face. Relevant la tête légèrement afin de croiser son regard, sa main vint se poser sur sa joue dans un premier temps, avant de terminer sa course sur son coeur. « Ce jour sera toujours présent pour toi, juste ici, quoi qu'il arrive. » dit-elle presque dans un murmure, regardant sa main une seconde avant de le regarder lui à nouveau. Il était si beau ainsi, son visage presque quasiment dénué de ses soucis habituels, révélant certains traits de son visage presque oubliés. Son autre main trouva à nouveau le chemin de son visage alors qu'elle se hissait légèrement sur la point de ses pieds afin d'atteindre ses lèvres pour venir y déposer un baiser. Puis un autre et un autre... « Et si l'on commençait enfin à profiter de notre journée, très cher mari ? Qu'en dis-tu ? » Après tout, ils avaient bien mérité ce moment, pas vrai ? Après tout ce stress, les préparatifs et le reste, ils avaient bien le droit à prendre enfin du temps pour eux et rien qu'eux...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 440
Or dans sa bourse : 1151
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 14:10



And the silence it belongs
to you and I.
ft. Adenora & Throrilin


Beaucoup de gens disent qu’il faut être seul pour être libre. Pour ma part, la solitude m’était souvent apparue comme une prison. Peut-être parce que je voyais la personne aimée m’échapper, peut-être parce que mon père me pressait trop de faire des promesses pour l’avenir ou que je voyais ma sœur rayonné de bonheur dans sa vie de couple. Non, je ne pense pas qu’il faille être seul pour être libre. Je me sentais plus livre en ce jour qu’hier encore. Je ne serais plus seul à la tête du peuple nain et ce même si, je serais toujours le seul à perdre les grandes décisions enfin de compte, mais je pourrais désormais confier mes craintes, mes doutes et aussi mes peurs à mon épouse. Étrange que j’en vienne à penser cela, alors que je n’avais jamais, par le passé, oser me confier à qui que ce soit, pas même ma propre famille. Ce n’était pas par manque de confiance, ni par orgueil. En réalité, je n’avais aucune explication rationnelle à ce comportement. Cependant, pour moi, cela était un grand pas en avant de me rendre compte que j’avais besoin de quelqu’un dans ma vie à qui parler et pas que. Que la naine aux cheveux d’or ait le même caractère que moi aidait probablement beaucoup à ce que j’admette tout ceci et que je m’ouvre un peu plus à la discussion. Il était tout de même fort, qu’il m’ait fallu plus de soixante ans pour accepter ce qui était bénéfique pour moi.

Mais le résultat était là, aussi étonnant que cela soit et même si cela avait une consonance étrange pour moi. Et tandis que je caressais une zone du corps de la naine encore inédite pour moi, en lui faisant par de ma visions des choses, je me surpris à sourire un peu lorsqu’elle me dit que je n’étais pas objectif. « Quel époux amoureux l’est ? Pour moi, il pourrait y avoir cent des plus belles dames à marier, je ne verrais que toi. Un autre ce serait une autre… » Au grand damne du conseil des nobles qui n’avait pas apprécié plus que cela le choix que j’avais fait. Même le père d’Adenora – bien qu’honoré par la situation – n’avait pas eu l’air de comprendre pourquoi elle. Le cœur a ses raisons que la raison ignore comme le dit l’adage, mais ici je trouvais qu’il y avait tout de même un semblant de logique dans ce choix. Maintenant, comme l’avait dit mon épouse, je n’étais pas suffisamment objectif. Sentant ses douces mains glissées sur ma peau et écoutant ses paroles, certaines me heurtèrent plus que d’autres. Quoi qu’il arrive… cela sonna plus douloureusement qu’escompter pour moi, me rappelant la précarité de ces moments de paix que nous vivions actuellement. Un seul acte irréfléchis, un seul incident, une seule perte importante et le feu de la guerre enflammerait à nouveau la Terre du Milieu. En un instant, tout pouvait basculer et cela me fit prendre conscience de la nécessité de profité de chaque instant de bonheur à notre portée, aussi terre à terre soient-ils.

Le premier baiser me sortit de mes réflexions. Le second m’entraina dans un autre monde, celui où rien d’autre n’existe et n’a d’importance que la personne avec qui l’on se trouve et le moment présent. Le troisième me tira un frisson de plaisir, réveillant l’envie et le désir que j’éprouve depuis longtemps pour Adenora et je ne m’en délectais que plus. Mes mains se posèrent sur les hanches de la naine, alors qu’à mon tour, j’unissais mes lèvres aux siennes dans un baiser plus appuyer et charger de désir. Sans trop de peine, mes doigts fort et pourtant plus habile avec le fer, trouvèrent les liens qui maintenaient la robe somptueuse de la nouvelle mariée fermée et en firent céder le nœud. Descellant nos lèvres, je plongeais mon regard azur dans ses prunelles sombres et répondit presque dans un murmure. « Quel piètre époux serais-je si je n’honorais pas comme il se doit mon épouse… ma reine… le soleil de mes jours… » Remontant mes mains, je tirais doucement sur le haut de la robe qui fini par cédé et glisser le long des bras de la naine. Au même moment, je l’embrassais à nouveau passionnément avant de glissé mes lèvres le long de sa joue, puis de sa mâchoire avant de terminer leur course au creux de son cou, alors que la robe venait de finir au sol.



made by lizzou – icons & gif by tumblr


If this is to end in fire, then we will all burn together
If this is to end in fire Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side

Vidéo du placard Merci Zuz' ♦
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : the queen headey.
Messages : 31
Or dans sa bourse : 280
Date d'inscription : 14/08/2014


MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Ven 15 Aoû - 14:16


And the silence it belongs to you & I.


STEP BY STEPI'll take it all bit by bit. I guess that it's make or break. But I'm not scared no more. It feels divine. So take me in and catch me when I fall.
La liberté revêt bien des visages à vrai dire. Pour certains, c'était la possibilité de pouvoir faire ce que bon vous semble quand il vous plaît, pour d'autres c'était de vivre loin de tout, d'autres encore définissent la liberté par le fait d'être seul, seul à être maître de ses choix. Pour Adenora, la liberté s'était de pouvoir être elle-même, tout simplement. Sans contraintes, sans obligation de devoir prétendre être une autre parce que c'était ce qu'on attendait d'elle. Une liberté dont elle avait longtemps été privée, vous vous en doutez bien mais qu'elle pouvait enfin retrouver à présent. De la plus belle façon qui soit de surcroit. En devenant l'épouse de celui qu'elle avait toujours aimé et qui lui l'avait toujours acceptée comme elle est. Il est vrai que les deux nains partageaient un sacré caractère, celui là même qui les avaient amenés à refouler les sentiments pendant toutes ces années. Mais en quelque sorte, tout ceci avait été un mal nécessaire puisqu'en ce jour, tout rentrait enfin dans l'ordre et de la plus belle façon qui soit. Bien sûr à présent, aucun d'eux ne serait plus jamais seul comme ils avaient pu l'être auparavant, stoppés par leur entêtement mais surtout, à partir d'aujourd'hui, ils seraient libres d'être eux-même, ensemble. Une liberté qu'ils s'étaient refusés l'un comme l'autre trop longtemps, bien sûr mais ce qui comptait dorénavant était l'avenir, pas le passé.

Échangeant quelques mots après qu'elle l'ait tiré de sa contemplation, elle l'entendit lui confier ses impressions sur ce qu'il pouvait ressentir à cet instant, ce mélange étrange de sensations complémentaires et pourtant contradictoires tout en plaçant un léger trait d'esprit en lui rappelant qu'il n'était pas très objectif dès qu'il s'agissait d'elle, ce qu'il confirma dans la foulée en lui disant qu'il pourrait de toute façon ne voir qu'elle parmi autant de belles femmes qu'on lui présenterait. « Quel vil flatteur tu fais là. » lui dit-elle en souriant, légèrement moqueuse pour la peine. Il est vrai que son père lui-même n'avait pas été aussi ravi que ça d'apprendre que sa fille avait été choisit par le roi pour devenir son épouse -pour le Conseil ma foi, elle s'en doutait bien puisqu'elle les connaissaient elle-même pour y avoir siéger et savoir ce qu'on pensait d'elle et de son franc-parler-. Mais en effet, quand se donnait la peine d'y réfléchir deux minutes, ce choix était pourtant le plus logique et naturel qui soit. Mais toutes ces considérations là étaient bien loin d'elle à ce moment précis même si d'autres restaient dans ses pensées malgré tout car oui, autant souhaitaient-ils que ces moments durent à jamais, cela n'arrêterait pas le temps pour autant et certainement pas les événements qui se tramaient à leur porte. Raison de plus pour qu'ils ne perdent plus une seconde de plus à penser aux autres, surtout en ce jour qui était le leur après tout. Qui sait combien d'autres moments comme celui-ci ils pourraient encore avoir dans les temps à venir ?

C'est précisément pour faire en sorte de rendre ces instants mémorables que la naine s'employait à présent à couvrir les lèvres de son époux de baisers délicats. La sensation qui envahissait son corps à ce contact était diablement agréable et elle se demandait comment un jour elle pourrait s'en lasser et comment surtout elle avait pu vivre sans jusqu'à ce jour. Sentant les mains du nain venir se poser sur ses hanches, elle esquisse un léger sourire tandis qu'un nouveau baiser unit leurs lèvres une fois encore mais sans leur retenue précédente. Sentant que peu à peu l'étoffe qui couvrait son corps se détendait, résultant des efforts du nain pour défaire le noeud qui retenait le tout, elle se laissait envahir par cette douce chaleur qui grandissait en elle à mesure que le tissu semblait se désolidariser de sa peau. Quand Thror finit par rompre ce baiser pour lui répondre, elle scruta son regard avec une intensité nouvelle et ma foi oui, une lueur de désir dans les yeux. « Je n'ose l'imaginer... » eut-elle tout juste le temps de lui répondre avant qu'ils s'embrassent à nouveau alors que sa robe commençait sa lente et terriblement sensuelle chute vers le sol. Chaque centimètre de peau qu'il effleurait de sa bouche envoyait une nouvelle vague de chaleur en elle et étrangement, elle se disait que ça ne la dérangerait vraiment pas de se laisser brûler de la sorte pour le reste de sa vie. Ses mains se hissent sur ses épaules, qu'elle redécouvre sous un nouveau jour à présent alors qu'elle penche la tête sur le côté pour lui laisser poursuivre son chemin au creux de son cou avec plus de facilité. Les yeux clos, elle essaye d'enregistrer chaque seconde dans sa mémoire et ses mains quittent leur position pour redesendre vers la taille du nain, effleurant au passage certaines de ses anciennes blessures qu'elle se verrait bien couvrir de baisers à cet instant précis. Mais pour le moment, elle s'attache à défaire son époux de ses derniers vêtements d'apparat car après tout, il ne serait pas vraiment juste qu'elle reste la seule complétement nue dans cette pièce. Pas qu'elle soit gêné par sa propre nudité, non elle ne craint pas son regard car elle sait qu'il la verra toujours comme la plus belle des femmes -comme il le lui a dit quelques instants plus tôt- mais surtout parce qu'elle a attendu de le faire bien trop longtemps pour ne serait-ce que se montrer patiente encore quelques minutes. Mais pouvait-on réellement l'en blâmer...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 440
Or dans sa bourse : 1151
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Dim 17 Aoû - 17:34



   
And the silence it belongs
to you and I.
ft. Adenora & Throrilin

   


   



   

made by lizzou – icons & gif by tumblr


If this is to end in fire, then we will all burn together
If this is to end in fire Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side

Vidéo du placard Merci Zuz' ♦


Dernière édition par Throrilin Duraz-Dron le Mer 14 Jan - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : the queen headey.
Messages : 31
Or dans sa bourse : 280
Date d'inscription : 14/08/2014


MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Jeu 18 Sep - 18:50


 
And the silence it belongs to you & I.

 
 
STEP BY STEPI'll take it all bit by bit. I guess that it's make or break. But I'm not scared no more. It feels divine. So take me in and catch me when I fall.
Il est clairement établi qu'à présent, aucun des deux nains se tenant dans ces lieux ne songeaient plus à ce qui pouvait les entourer. Tout ce qui comptait c'était la présence de l'autre et ce moment tant attendu bien que fugace malgré tout. Car même si l'un comme l'autre voulait sûrement que se prolonge indéfiniment cet instant, ça ne serait pas le cas car la vie elle n'attendrait pas. Mlagré tout ce soir, tout ceci serait mis de côté et personne ne pourrait leur en vouloir de le faire puisqu'il serait limite scandaleux que la nuit de noce ne soit pas consommée. Mais bizarrement, pas de doute à avoir sur ce sujet à les voir ainsi sur leur lancée. Nul besoin d'encouragements ou de faire le premier pas cette fois-ci puisque tous deux avaient sûrement attendu un tel moment depuis des années si ce n'est des décennies. Et oui, toutes ces années perdues à être trop fiers, trop bornés et tout ce temps qu'ils ne pourraient plus jamais rattraper... Encore une autre bonne raison de faire en sorte de rendre cette nuit inoubliable pour tenter de se rattraper, même s'ils n'avaient plus réellement besoin de telles prétextes à présent, on s'entend bien.

La naine laissait donc enfin ses mains parcourir ce corps offert à elle de la plus belle des façon. Combien de fois avait-elle espérer pouvoir en faire autant ? Combien de nuits s'était-elle imaginé ce qu'elle ferait dans de tels moments si ces derniers devaient un jour devenir plus que de simples fragments de son imagination ? Évidemment que ce nombre était bien plus important qu'elle ne l'avouerait jamais. Elle n'avait pas réussit à le sortir de sa tête et de son cœur alors même qu'elle était promise à un autre, comment pourrait-elle alors décemment penser à un autre dans ces rêves les plus intimes et inavoués ? Pas surprenant alors que l'espace d'une seconde, elle se soit cru dans l'un de ces mêmes rêves, ramenée à la réalité par le contact de sa peau sous ses doigts. Même après ça, elle devait sûrement encore avoir l'impression d'être en plein songe mais qu'importait, c'était et de loin le plus beau qu'elle ai jamais pu faire jusque là. Son époux -il faudrait qu'elle s'habitue à ce terme- se montrait tout à fait comme elle l'avait imaginé, prenant son temps tout en montrant par la même occasion sa fougue, un subtile mélange qui avait sur elle un effet affolant mais terriblement enivrant. Mais n'allez pas croire que la naine était en reste. Elle laissait ses mains parcourir à leur guise ce corps offert à elle et ces dernières étaient avides de ce contact, arpentant chaque centimètre de peau à leur portée. Y compris sur certaines des cicatrices. Adenora savait ces zones là plus sensibles mais elle était certaine que Throrilin ne lui en tenait nullement rigueur. Surtout qu'il était quasi inévitable que d'autres se rajoutent bientôt avec les événements qui se tramaient là-dehors. Mais elle serait là pour s'en occuper, les soigner et faire en sorte qu'il les oublie, les nouvelles comme les plus anciennes. Elle s'en faisait une promesse même si cela faisait bien sûr partie de ses prérogatives en tant qu'épouse, mais qu'importe.

Souffrant avec délectation de cette douce torture que lui imposait les lèvres de son époux, elle ne le vit pas venir quand ce dernier la souleva de terre pour venir l'allonger sur le lit juste derrière elle. Mais bien loin de se débattre, elle le laissait faire, désireuse de voir ce qu'il comptait lui réserver ensuite tout en sachant très bien que tout serait à sa convenance -pour rester correct-. Et son intuition fut bien vite confirmée sur ce sujet là, les lèvres du nain retrouvant bien vite le chemin de son cou pour ensuite poursuivre un itinéraire plus charnel. Elle aurait pu le maudire d'être si méticuleux mais il lui semblait qu'elle avait de toute manière oublier comment parler, bien trop excitée pour protester. Tout son être était de toute manière en train de crier combien elle appréciait ce qu'il faisait, de son pouls qui ne cessait de s'accélérer à ses gémissements qu'à présent elle ne prenait même plus la peine de retenir. Encore loin d'être aux bouts de ses peines, Throrilin arriva à son ventre -qui oui un jour espérons porterait leurs futurs enfants-, s'arrêtant pourtant à un endroit stratégique, visiblement pleinement conscient de ce que cela engendrerait chez elle. Pas le temps encore une fois de dire quoi que ce soit avant qu'il ne s'aventure entre ses cuisses, revendiquant comme sienne une partie de son anatomie que la décence -et le qu'en dira-t-on- trouvait bien peu appropriée. C'en était presque trop pour elle d'ailleurs -façon de parler bien sûr puisqu'elle aimait grandement le geste-, cambrée et haletante sur les fourrures qu'elle serraient comme pour s'assurer de rester en contact avec la réalité. Heureusement pour elle, son mari eut pitié d'elle et finit par remonter à contre-sens le chemin prit juste avant, lui laissant le temps de reprendre son souffle ou en tout cas de se remettre de ses émotions. Lui offrant un regard lourd de sens, où l'on lisait gratitude ainsi qu'un désir certain, Adenora était bien décidé à elle aussi lui offrir sa petite séance de torture personnelle. C'est dans cette optique qu'elle inversa leur position, prenant le dessus sur le nain, assise à califourchon au niveau de son entre-jambe. Rassemblant sa chevelure d'un côté, elle posa ses mains sur son torse, lui faisant comprendre qu'il n'avait pas intérêt à essayer de bouger tant qu'elle n'en aurait pas fini avec lui. Du bout des doigts, elle effleura alors sa joue, puis son cou avant de descendre le long de ses épaules pour finir par remonter pour trouver à présent le chemin de ses pectoraux. Elle pouvait ainsi sentir son pouls sous sa main, certaine elle aussi que ses actions avaient l'effet escompté sur lui. Mais lui aussi allait se retrouver incapable de pouvoir se contenir avec ce qu'elle prévoyait pour lui. Se penchant doucement sur lui jusqu'à ce que tout son poids sur répartir sur son torse viril , déposant ses lèvres dans le pli de son cou, elle entama une série de baisers déposés au hasard tandis que ses mains elles descendaient toujours plus bas. Jusqu'à avoir entre ses mains l'objet de ses désirs. Entamant de lents va-et-vient sans arrêter de l'embrasser langoureusement et de remuer quasi imperceptiblement son bassin, la naine prenait sa revanche même si le terme n'était pas le plus adaptés vu les circonstances.
 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 440
Or dans sa bourse : 1151
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   Jeu 5 Fév - 10:15



   
And the silence it belongs
to you and I.
ft. Adenora & Throrilin

   


   Ô douce torture, doux désire qui emporte les sens, quels qu’ils soient. En cet instant, le roi sous la Montagne, n’avait plus ni couronne, ni trône. Réduit à l’état d’esclave ainsi chevauché par sa ravissante épouse. Son sang c’était fait lave et courrait sous sa peau ravageant de sa délectable chaleur chaque muscle, chaque vaisseau conducteur de sang. Cette délicieuse sensation fit courir un frisson le long de son épiderme, créant dans son sillage un presque choc thermique. Il avait ainsi une étrange sensation de froid à l’extérieur de son être, mêlé à la rudesse de la chaleur de son désir interne. Il l’avait bien cherché après tout, elle ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce, mais s’en plaindrait-il pour autant ? Certes, non. L’envie provoqué par les attentions particulières de la naine blonde se fit plus pressante, muant ses soupirs en râles peu sonores, mais témoin de son impatience grandissante. Impatience qui atteint son summum lorsque les mains douces et les doigts fins de sa femme vinrent rendre visite au plaisir des dames. Elle tenait sa revanche à n’en point douter. Il se trouvait désormais à sa merci, comme elle lui fut précédemment, cloué là par le regard sans équivoque qu’elle lui avait lancé au moment où elle se faisait maîtresse de la situation et de son corps. Un regard qu’il l’avait compris lui interdisait tous mouvements qui pouvait s’avérer suspect, mais l’inactivité ne lui seyait guère. Ainsi donc, il s’employa à parcourir la peau de son épouse de ses mains échauffées par la sensualité du moment. Des cuisses jusqu’à la naissance de sa poitrine, puisqu’il ne pouvait rien faire d’autres, il se contentait de découvrir les zones sensibles et érogènes du corps qui lui était offert de contempler et bientôt de posséder. Chacun des mouvements de bassin de la dame aussi minime soit-il devint un délice de torture. Chaque baiser langoureux, rendu avec ardeur, se transformant en la plus délicate des douceurs. Combien de temps pourrait-il tenir ainsi ? Il se devinait sous cette rivalité apparente de domination, ce jeu de séduction latent et toujours présent, que l’un ou l’autre ne finiraient bien pas céder à un moment ou un autre. L’orgueil des nains irait-il jusqu’à pousser Throrilin à attendre qu’Adenora craque la première ? Non, car c’était sans compter sur le nombre d’années que les nains avaient passé à se tourner autour et durant lesquelles ce genre d’instant charnel ne fut que rêver. C’était aussi sans compter sur le caractère quelque peu conquérant du nain ou de son orgueil qui lui soufflait à l’oreille qu’il ne se laisserait pas plus dominer pour l’instant. Homme, guerrier, chef de guerre et roi, la situation mettait quelque peu à mal son côté viril et dominant. Ce qu’il mit alors de brusquerie dans le mouvement rapide, mais néanmoins souples, qui lui permit de reprendre le contrôle de la situation, il le rattrapa dans la douceur du moment qui suivit. Mieux que dans ses rêves les plus fous et les plus érotiques, c’est les yeux dans les yeux, qu’il prit alors possession de sa femme enroulant les cuisses charnues de celle-ci autour de sa taille. Lentement, son bassin se mit en mouvement avec finesse et tendresse. Il captura à nouveau les lèvres de sa femme, les liants en un baiser langoureux et fiévreux de passion. Ses mains ne purent rester longtemps inactives, même si elle devait aussi supporter le poids de son corps musculeux en mouvement. Ce jour béni venait d’atteindre son apothéose, elle était à lui… entièrement à lui, corps et âme, bien qu’il n’en eu jamais douté.



   

made by lizzou – icons & gif by tumblr


If this is to end in fire, then we will all burn together
If this is to end in fire Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side

Vidéo du placard Merci Zuz' ♦
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN   

Revenir en haut Aller en bas
 

[-18 years] And the silence it belongs to you & I. || THRORILIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER (demande de partenariat)
» Few years ago...
» 30 years, still young
» Twenty-four Years Later
» 30 YEARS STILL YOUNG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: Aller & retour :: Il y a fort longtemps...-