RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-18 years] Une discussion désagréable ft. Emeruil Shanion ♦ Poste unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Tom Hiddleston
Messages : 33
Or dans sa bourse : 289
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: [-18 years] Une discussion désagréable ft. Emeruil Shanion ♦ Poste unique   Dim 17 Aoû - 21:55

Emeruil Shanion
Une discussion désagréable
Le général noir était là, assis dans un siège de chêne peu confortable par rapport à celui qui trônait au centre de son bureau du château de Méduseld. Son index droit était posé contre ses lèvres closes alors que son regard se posait sur l’homme attaché contre la poutre en face de lui dans une expression de réflexion intense. La pièce était glaciale, à tel point que le souffle régulier du prisonnier dégageait une fumée fugace et volatile. C’était une belle pièce d’homme, des épaules solides trônaient de part et d’autre de sa tête au crâne rasé mal lavées, une barbe épaisse durcissait ses traits que l’on devinait plus doux que le reste de son corps. Des muscles saillaient de ses bras et de son torse sale et humide. « Encore. » lâcha simplement Emeruil avant que deux hommes ne lancent à nouveau deux seaux d’eau glacé sur l’homme déjà trempé par une première salve. Un coup atteint la victime au niveau de la tête en lui ordonnant de parler. Le semi elfe se leva alors dans un mouvement lent et gracieux en secouant son index de droite à gauche, émettant quelques claquements de langue. « Non… pas ainsi… cela doit être plus douloureux… plus inventif… » Il s’approcha du supplicié un air mielleux et faux sur le visage, le contournant dans un premier temps. « Mon bon ami, ne pourrait-on pas éviter tout ceci ? Non. Alors qu’allons-nous bien pouvoir vous faire subir. Je suis d’humeur créative. » Un claquement de doigt et l’homme fût d’abord roué de coup avant d’être emmené sur une planche épaisse horizontale. Cette dernière était encore fraichement tachée de sang, marqué par les traces d’ongles des précédents cobayes d’Emeruil. Souillé à jamais, le bois n’arborait plus sa couleur naturel, il avait noirci comme symbole de la sombre âme de celui qui était le bourreau. Une fois le colosse posé et attaché solidement à ce qui devrait sans doute être sa dernière couche, les soldats quittèrent la salle, refermant derrière eux l’épaisse porte et le destin du pauvre résistant. Tel un serpent, le général glissa vers son nouveau jouet sortant l’une de ses fines lames dont il affectionnait la précision des entailles, il la fit glisser dans un mouvement souple sur le tissu qui recouvrait le reste du corps de l’homme. « Vous savez Olag… vous parlerez. Qu’importe le temps que cela prendra, vous parlerez peut-être qu’au dernier moment, juste avant de rendre l’âme, mais je vais vous confier un secret. » Glissant sa lame sur l’un des muscles de la poitrine d’Olag, sans l’entailler, il abaissa son visage au niveau de l’homme. « Plus vous résisterez, plus je vous torturerais. Je vous ferais hurler et plus vous hurlerez, plus je prendrais mon pied. J’adore ça… ça m’excite plus que les plus belles putains de femme de ce bas monde. Vous ne me croyez pas n’est-ce pas, quel dommage pour vous. » Il partit dans un rire au sadisme tel qu’il glaça d’effroi le sang du malheur, dans la même seconde, d’un mouvement vif et sec il enfonça la lame dans l’épaule gauche du gondorien, lui arrachant un cri de surprise plus que de douleur. Se redressant, il s’en s’empara du bout de tissu et tira dessus, dévoilant enfin l’absolue nudité du colosse. Il se dirigea ensuite vers un coffre qu’il ouvrit, sortant d’autres lames similaires à celle qui était fiché dans l’épaule de son homme. Puis, il s’assura que le feu brulait correctement dans l’âtre en écoutant le supplicié commencer à gémir. « Oh oui, j’oubliais… j’ai pris soin de plonger mes lames dans un poison aux effets … hmmm comment dire… brulant et encore le mot est faible. » À nouveau, cela le fit ricaner alors qu’il s’approchait à nouveau de l’homme qui ne serait prochainement plus qu’un tas de chair sanguinolente et difforme. Lentement, Emeruil planta ses lames à différent endroit du corps d’Olag, évitant soigneusement les organes vitaux et de provoquer une quelconque hémorragie. Les gémissements s’étaient transformer en cri de douleur au fur et à mesure de la manœuvre, mais le résistant ne daignait pas encore parler. Alors, le général s’empara de la première main du Gondorien. Il commença par lui masser le creux de la main, puis le dos, sussurant des paroles réconfortantes. D’un geste, il lui tordit violemment le poignet faisant céder les os du pauvre homme dans un hurlement déchirant. « Ne me dites pas que c’est douloureux, un grand gaillard comme vous ? » Et il planta une nouvelle lame dans la main de son jouet, l’immobilisant dans une position tout sauf naturelle. Il s’appliqua à faire de même avec l’autre main, puis les deux pieds. Chaque cris de cette homme déversait dans les veines du fils de Namoth sa dose de plaisir mêler à l’adrénaline de toujours faire plus mal, d’arriver à ses fins. Cela ne délia pas non plus la langue de ce pauvre Olag, pas plus que l’huile bouillante qu’il s’appliqua à lui verser sur le torse par la suite en créant de petit cratères rougeau dans la peau de l’individu. Secouer de spasme, le visage couvert de sueur, Olag luttait en son for intérieur pour ne pas céder, mais il le sentait, bientôt il n’en aurait plus la force, c’était trop. Le poison des lames semblaient avoir été conçu pour permettre à l’esprit de garder conscience, même lorsque le corps n’en peut plus, là où normalement un être normal aurait déjà perdu conscience. S’il y avait encore la moindre chance de rester en vie en entrant dans cette salle, elle avait disparu. « Tu m’épates, mon ami. » lui dit alors le général en s’approchant à nouveau de lui avec une nouvelle lame avec laquelle il jouait à l’équilibrisme au bout d’un doigt. « Beaucoup auraient déjà craqué, mais pas toi. Je commence à croire que tu es un roc, mais comme je l’ai dit, tu parleras. » Dans les yeux de sa victime, il la voyait cette petite lueur qui se demandait où il allait frapper ensuite, cela le fit partir dans un grand rire sadique, mais cela ne le glaçait plus d’effroi, en revanche de ne pas savoir ce qui arriverait ensuite oui. « Non, mais j’adore ça… tu te demandes ce que je vais faire hein ? Ô si tu savais… » Il se glissa alors entre les jambes d’Olga et saisi ses attributs masculins à pleine main avant de pousser la lame contre la fine peau trop tendue. La lame déchira doucement la peau du scrotum laissant perler quelque goutte de sang. « Je vais parler ! Je vais parler ! » Enfin, se dit Emeruil qui lança alors à l’homme un regard carnassier tel un vautour attendant qu’un prédateur lâche la charogne. « Notre chef… A…Ascan… il est dans l’Ouestfolde ! Près du village de Gimhold… » Le général relâcha la pression qu’il exerçait sur les testicules de son hôte et l’encouragea à continuer. « Après la répression au Gondor… on s’est allié avec ceux du Riddermark… Il est chef là-bas maintenant ! Je sais rien de plus, je vous assure ! Laissez-moi, pitié. » Le semi-elfe acquiesça et relâcha totalement ce qui faisait l’objet de ses suppliques avant de reprendre la parole. « C’est bien… je vais donc te laisser mourir en paix. Merci, de ta collaboration. » Il se détourna alors de lui, fit un pas avant de se retourner plus vif que l’éclaire pour trancher les organes génitaux de l’homme dans un jet de sang qui l’atteignit au visage. « Comme ça ce sera plus rapide ! » Olag hurla à plein poumon, jurant comme un charretier pendant qu’Emeruil s’éloignait tranquillement vers la porte sans prendre la peine de s’essuyer le visage. Les hurlements cessèrent de lui parvenir aux oreilles au moment où il referma la porte de la salle de torture. « Vous me couperez sa tête quand tout sera terminé et vous l’exposerez sur les remparts. Vous m’emballerez ensuite ses organes génitaux, je dois aller les apporter à un de ses amis. Quant au corps… je suis sûr que vous saurez quoi faire. » Ses ordres donnés, il prit le chemin des escaliers pour regagner ses appartements, il avait un voyage à préparer. En se regardant dans la glace, un torchon humide à la main pour se nettoyer, il se mit à sourire tel que pourrait le faire un loup ayant repéré sa proie. « Bientôt, cher petit bâtard, nous réglerons nos comptes. »


 
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



 
Death is my trade
Suffer to be in my presence as I suffer from your existence



Revenir en haut Aller en bas
 

[-18 years] Une discussion désagréable ft. Emeruil Shanion ♦ Poste unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Discussion]Le Site Du Zéro
» flood discussion
» POWERFUL : Forum de discussion
» Une discussion privée [Pv Eva]
» La mauvaise foi est l'âme de la discussion ✝ rose (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: La Terre du Milieu :: Le Rohan :: Edoras-