RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mer 13 Aoû - 15:21


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Les jours se suivaient et se ressemblaient à Eryn Lasgalen pour moi. Depuis combien de temps étions-nous rentré à bout de force ? Depuis combien de temps étais-je clouée au lit, dans l’incapacité de bouger à cause de mes blessures ? Je l’ignorais complètement, mais la tristesse qui régnait dans ses lieux me touchait également sans réellement savoir pourquoi. Je n’avais même pas la force de tenter de bouger, d’aller à l’encontre des ordres du guérisseur. Une chose bien rare, mais la mélancolie des lieux m’empêchait de me battre pour me lever. Je dormais beaucoup et petit à petit mon corps récupéré les heures de sommeil manqué, il récupérait l’énergie dépensait, mes blessures se refermaient doucement.

   Je m’agitais dans mon sommeil. Un rêve ? Un cauchemar ? Je n’en savais rien. Mais je vis son visage, le visage d’un père partit trop tôt, le visage d’un père pour lequel je ne savais plus quoi ressentir. Je levais mes yeux bleus vers lui, il pouvait lire la plus grande incompréhension. Que faisait-il ? Il fit ce qu’il aurait dû faire des années plus tôt. Il me sermonna pour mon manque de discernement, pour ma prise de risque, pour mon gout trop prononcer pour les aventures, pour mon impulsivité irréfléchie. Mais rapidement le sermon se transforma en moquerie. Son visage se déforma et se transforma en celui d’un immonde gobelin. D’instinct, je cherchais mon arc du regard, mais je m’aperçus que je me retrouvais dans cette pièce où j’avais vu un de mes compagnons mourir. J’étais de nouveau prisonnière, attachée à cette planche. Je ressentis une vive douleur dans l’abdomen m’arrachant un cri de douleur. Baissant le regard, je vis le sang gicler aspergeant l’immonde créature. Normalement c’était à ce moment-là que les autres étaient arrivés nous sauvant de peu, mais personne ne vint. Le gobelin me lança toujours moqueur que j’aurai du écouter mon père, devenir une dame docile et bien élevé et de ne pas toucher à un art comme la guerre. Il attrapa une épée et me la plongea une lame à travers le corps m’arrachant un nouveau cri de douleur avant de plonger dans le noir…

Je me réveillais en sursaut, je pouvais sentir des gouttes de sueur coulé le long de mon dos. Ce rêve, je le refaisais régulièrement depuis que nous étions rentrés. Toujours le même, toujours aussi violent, toujours aussi douloureux. Me redressant péniblement, je posais les pieds sur le dallage frais me procurant un frisson. Je posais ma main sur mon bandage vérifiant que la plaie ne se rouvrait pas, mais il était intact. Je me levais doucement pour laisser mes jambes se réhabituait à mon poids et pour éviter d’être pris de vertige pour être resté longtemps allongé. C’était la première fois que je me levais. Je marchais jusqu’à une bassine d’eau posé sur une table. Je m’aspergeais le visage pour finir de me réveiller et chasser mes sombres pensées. Je restais un moment-là, mes deux mains appuyaient sur la table, supportant mon poids, mes yeux rivés sur la surface lisse me reflétant mon image. Le reflet que je voyais n’avait rien à voir avec celui qui était partie d’Erebor plusieurs semaines plus tôt. L’aventure m’avait transformé. En bien ou en mal, je l’ignorais encore. Mes yeux bleus étaient terne, la petite flamme espiègle avait disparus, mes cheveux bruns étaient en bataille me donnant un air sauvage. Mon visage était pâle alors que j’avais le teint hâlé à l’ordinaire.

JJe soupirais, me redressant.  Des affaires propres avaient été posé sur une chaise non loin. Des tenues féminines, ce qui me fit grimacer. Je ne fis cependant pas la difficile, enfilant une robe beige tout simple et qui n’était pas près du corps pour ne pas appuyer sur le bandage que je possédais. J’attrapais ensuite la brosse et tenta de démêler la crinière qui me faisait office de chevelure.  Cela se révéla être un jeu de patience, mais je ne l’étais pas. Rapidement l’énervement me gagna. Je tentais de me calmer, me laissant glisser le long d’un mur. Mais cela ne suffit pas dans un cri rageur je balançais la pauvre brosse contre la porte, sans faire attention que quelqu’un rentrait à ce moment-là.

Elendil avait failli se prendre une brosse en entrant. Je levais les yeux m’apercevant du mouvement de la porte et me rendant compte de mon geste. Je ne l’avais même pas entendu frapper. J’étais perdue, ne sachant que penser de sa visite. Je n’en n’avais pas eu lorsque je t’étais éveillée, peut-être lorsque j’avais été inconsciente. Contente ? Soulagée ? Agacée ? Furieuse ? Tout à la fois. Je sentis mes forces diminuaient subitement. Je n’eus même pas le courage de me lever pour saluer celui qui était normalement mon souverain. J’avais toujours considéré Elendil comme un grand frère et en ce moment-là, je le voyais comme tel et non comme un Roi venant prendre des nouvelles de son commandant.
« Vas-y ! Sermonne-moi, toi aussi ! Dis-moi que je suis stupide et inconsciente ! »


Je ne savais pas pourquoi mais je sentais que j’allais regretter mes paroles. Pourquoi fallait-il que je parle toujours sans réfléchir et sous le coup de mes émotions et de mon impulsivité ? Cependant je n’allais pas m’excuser, je soutenais même son regard azur. Dans mon trouble, je n’avais même pas remarqué les changements qui s’étaient opéré en lui.
   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mer 13 Aoû - 23:48





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Les mains jointes devant ses lèvres closes, le semi-elfe fixait avec un intérêt croissant le bois de la table du conseil. Il en admirait les détails avec la plus grande attention, il ne cillait pas, il ne parlait pas et pourtant ses oreilles écoutaient inlassablement les doléances et les jérémiades de ces nobles elfes. Il aurait pu refuser de prendre le rôle d’intendant, mais il n’en avait pas eu le cœur lorsqu’il avait vu à quel point la reine s’était métamorphoser. Ses longs cheveux autrefois semblable à un feu brulant ondulant derrière elle comme une rivière de flammes avaient ternis. Son teint pâle de nature était désormais aussi blafard que peut l’être le visage d’un cadavre et des cadavres, il en avait vu bien assez en ce moment. Ses yeux d’un bleu saphir avaient perdu cet éclat d’étoile qu’il appréciait tant et qui faisait la beauté de la noble dame elfe. Elle n’était plus de ce monde, son esprit était déjà en train de voguer vers d’autres horizons, de se tendre vers les âmes parties rejoindre les Valars de son époux et de son fils bien-aimée. Lorsqu’Elendil la vit ainsi, celle qu’il avait autrefois considéré comme la figure maternelle bienveillante d’une enfance volée et d’une adolescence troublée, il n’eut pas le cœur de refuser de prendre cette place. Comme un espoir vain que la belle dame reviendrait à la raison, mais il le savait au plus profond de lui, les jours de la veuve de Thranduil étaient compté et bientôt les elfes se retrouveraient sans roi et sans reine. Alors, il se tenait là sur cette chaise de chêne remarquablement sculpté à écouter et à réfléchir en silence, même si son auditoire semblait croire qu’il était ailleurs et embêté par la charge qu’il lui était confiée. Il les entendait parfois parler de son incompétence et de sa jeunesse, mais qu’importait après tout, la guerre était déclarée, il fallait bien que les elfes aient un chef de guerre. « Monseigneur ? » La voix masculine de l’elfe qui tenait son discours depuis de longue minute lui sembla soudain insupportable et il releva ses yeux azur sur son interlocuteur. « Peut-on savoir ce que votre Altesse à décider ? » Lentement, Elendil se laissa retomber contre le dossier de sa chaise, croisa ses longues jambes sous la table et garda ses mains jointes devant sa bouche durant encore de longues secondes. « J’en dis que vous me fatigué. Cela va faire plus d’une semaine que vous me bassinez les oreilles avec ce même discours ! Il est hors de questions que les elfes rompent l’alliance et ce même si vous ne supportez pas l’idée de cohabité sur un champ de bataille avec les nains. Ils sont notre principale force armée. Vous pouvez me faire tous les réquisitoires du monde contre les nains, ou des plaidoyers sur les bénéfices de rompre l’alliance pour vous, je n’approuverais jamais. La reine elle-même tenait à cette alliance, car c’est feu son époux qui l’a forgée à la sueur de son front ! Avez-vous aussi peu de respect pour votre ancien souverain ? » Son ton était sec, clair, net et précis, il n’y avait nul besoin de hausser le ton, ses positions étaient bien campée. « Suis-je assez clair ? » Les elfes présent hochèrent la tête et l’héritier du Gondor se leva alors d’un mouvement souple et félin avant de se dirriger vers la porte. « Fin du conseil. J’en ai fini avec vous pour aujourd’hui. »

Du même pas souple et rapide, il traversa le dédale de couloir de la forteresse d’Eryn Lasgalen, répondant aux saluts, ne prêtant pas attention aux chants douloureux qui raisonnait encore en ces lieux. Il ne pouvait blâmer les elfes d’être en deuil, lui-même se sentait affecté par la mort du prince qu’il n’avait pourtant pas connu, mais la douleur de la reine était sienne, parce qu’il avait une profonde affection pour elle. Alors qu’il entrain dans le quartier des soigneurs et se dirigeait vers la chambre de Telia Sovatys, un cri de rage retentit de l’autre côté de cette barrière de chêne. Alors qu’il la poussait pour accéder à la pièce, il fût accueillit par une brosse à cheveux volante. Il s’en fallu de peu, d’un cheveu si l’on pu dire. Pour tout salut, il reçut alors les paroles amères de la jeune demoiselle de Pelargir. Le grand brun ne dit rien, se contenta de regarder la jeune femme assise par terre contre un mur qui la fixait de ses prunelles bleutés. Il referma la porte derrière lui et fit un pas dans la pièce avant de s’immobilisé. « Tu es inconsciente… et stupide. Cela te satisfait ? » Il se baissa alors pour ramasser l’objet lancé de rage par la gondorienne avant de reprendre déambulation dans la pièce, posant au passage la brosse sur la coiffeuse. « Je ne venais pas te sermonner, enfin pas immédiatement, mais je le devrais peut-être d’emblée. » Son calme n’était pas troublé, il était désormais suffisamment maître de lui-même pour ne pas éclater de rage comme par le passé, lors de leur dernière entrevue. Une fois à hauteur de la jeune femme, il se baissa de nouveau pour la soulevée sans plus de cérémonie et tel un fétu de paille avant de la poser sur la chaise de la coiffeuse. « J’ai appris ce qui s’était passé, l’une des elfes qui était avec vous m’a raconté. Elle devait faire son rapport à la reine, mais cette dernière… a perdu l’esprit, si je puis dire. » Il se posa contre la coiffeuse, diminuant de ce fait un peu sa taille de colosse. Telia avait-elle toujours été si petite ? Il n’aurait sû le dire.« Tu as été fort imprudente, Telia, mais les circonstances… étaient ce qu’elles étaient et même si je ne peux pas approuvé constamment ton entêtement à n’en faire qu’à ta tête et à te mettre dans des situations assez compliqué, il n’en demeure pas moins que l’important à mes yeux, c’est que tu sois toujours en vie. » Mais dans quel état, là était la véritable question. Comment savoir si elle ne flancherait pas après ce qu’elle avait subi là-bas. « Je sais ce que tu as vécu… je le sais comme si c’était moi qui l’avait vécu. Je vois des choses qui furent, qui sont ou qui seront. Comment être sûr que tu te remettras de cela ? La guerre est à nos portes, je ne puis me permettre de douter de mes commandants. Alors dit moi, Telia, quelle est la porté de cette désastreuse aventure sur la jeune femme que j’ai connu ? Car, nous le savons tous les deux, tu n’es plus la même femme. »



Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Jeu 14 Aoû - 14:09


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Sa réponse…Je l’avais cherché mais je ne m’y attendais pas. Et il n’eut pour seul réponse qu’un regard noir. Je ne pouvais pas répondre sans envenimer la conversation. Il n’était surement pas là pour ça, alors je faisais un effort pour me contrôler. Je le suivais du regard lorsqu’il ramassa la brosse et la reposa sur la coiffeuse. Je n’étais pas forcément enchanter de l’entendre dire que le sermon allait venir. Mais il me surprit par son calme. Pourquoi était-il si calme ? D’ordinaire, il aurait déjà commencé à élever la voix et j’aurais répondus de plus belle, comme d’habitude. Mais non. Son regard bleu me fixait dans un calme parfait. Je n’aimais pas cela. Je ne comprenais pas sa réaction.

   Je regardais mon Roi s’approchait de moi et me soulever sans me demander au préavis, pour me déposer sur la chaise qui était devant la coiffeuse. Là je m’aperçus des changements. Il m’avait soulevé avec une étrange facilité. Il était plus grand, plus imposant. Il ressemblait à un elfe. Je me rappelais alors qu’il avait choisi la voix de l’immortalité et du pourquoi notre dernière discussion avait été si mouvementé. Là je voyais le nouvel Elendil. Voilà pourquoi il était si calme. Mais cela n’allait pas changer ma façon d’être. Il était peut-être immortel désormais, je rentrais d’un périple où je ne pensais rentrer. Je voyais sans cesse l’image de ce gobelin m’enfonçant sa lame rougeoyante dans l’abdomen. Ils hantaient mes nuits, alors elfe ou pas. Je n’allais pas me comporter différemment.

Lorsqu’il me parla de Siri, je relevais mes yeux clairs vers lui. Elle s’en était sortie. J’étais soulagée de savoir mon amie vivante après avoir vu cette flèche la transpercer de part et d’autre de sa poitrine. Si Sirillë s’en était sortie, j’espérais également qu’Elina avait récupéré, bien que je me fasse moins de soucis pour la guérisseuse. La Reine…Je me rappelais l’avoir vu au couronnement de Thorilin. Perdue l’esprit…il était rare qu’une immortelle perte l’esprit. J’avais suffisamment étudié pour savoir que son esprit n’allait pas tarder à rejoindre les caves du Mandos. Les elfes sylvains n’avaient décidément pas de change. Leur Roi, puis leur Prince et maintenant leur Reine.

Mon entêtement. Je n’avais pas fait tout ça sur un coup de tête. J’avais tenté de gagner du temps, de sauver notre compagnon. Je le revoyais encore, sur cette table, la vie quittant son corps, quittant cette souffrance. Elina avait tenté aussi, et j’avais voulu la protéger. Elle était la seule guérisseuse de la troupe. Son importance dans le groupe était plus importante que le mien. Elladan est un excellent archer, Siri également. Alors quitte à choisir, autant que ce soit moi. J’avais eu peur, et je m’étais demandé si je reverrais un jour ceux qui me sont chers. Heureusement, je pouvais les revoir. J’étais en vie. Mais j’avais l’esprit torturé, mon corps en garderait les stigmates à vie. A quel prix étais-je revenue ? Le temps allait être mon seul allié dans ce combat. Déjà que je récupère physiquement, puis que mes rêves s’éloignent et se calment. Ce n’était pas le fait de tenir mon arc à nouveau qui m’effraierait, ni de planter une des flèches dans gorge d’un de ses montres. Non j’avais peur de retourner dans ce calvaire, dans cette caverne même si les risques étaient minimes sur un champ de bataille.

Je baissais les yeux, laissant le silence répondre à ma place. Il est soulagé que je sois en vie. Je n’ai rien à répondre. Pour une fois, j’arrive à ne pas ouvrir la bouche pour répondre quelque chose que je ne devrais pas. Mais le reste, je sentis la flamme de la colère se ranimer. Non, il ne savait pas. Il ne pouvait pas savoir. Je relevais mes yeux bleus qui flamboyaient de douleur, d’incompréhension, de colère et de peur.
« Non tu ne sais pas ! Tu n’y étais pas ! Tu as peut-être vu la même horreur mais tu n’étais pas là ! Tu n’as pas vu Gwail rendre son dernier souffle, voir son regard s’éteindre. Tu n’as pas entendus ses hurlements comme je les entendus ! Tu n’as pas senti cette lame te traverser l’abdomen, tu n’as pas sentie tes chairs se consumer sous la chaleur pour te faire cracher la vérité ! »



Sur mes paroles, je me levais brusquement pour lui tourner le dos et ne pas lui montrer les larmes qui menaçaient de couler sur mes joues. Je regrettais cependant mon geste brusque, une vive douleur me rappela mon état et je me courbais pour l’atténuer posa ma main sur le bandage. Je baissais mon ton et me retournait vers lui.
« Fais-ce que tu veux ! Nomme quelqu’un d’autre provisoirement, définitivement si tu doutes tellement. J’ai besoin de temps, j’ai besoin de… de récupéré. Mais sache que le plaisir de tuer une de ses immondes créatures ne sera pas moindre qu’avant. »

Je retournerais sur le champ de bataille. Quand ? Je l’ignorais. Mais j’y retournerais et ça c’était une certitude.

   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Ven 15 Aoû - 15:06





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Le semi elfe fixait toujours la jeune femme en gardant son calme et sans ciller. Il écoutait avec attention les paroles remplies d’amertumes et de colère qu’elle débitait comme un moulin. Oui, elle était en colère, comment aurait-il pu en être autrement après ce qu’elle avait subis ? Lui-même l’était profondément, mais il faut dire que contrairement à la jeune femme, il enchaînait les évènements contraignants, les mauvaises nouvelles, en plus d’avoir ressenti ce qu’elle avait ressenti à ce moment-là. Oui, il savait, que cela lui plaise ou non, qu’elle le croit ou pas, il s’était penché sur ces tristes évènements et la douleur, la peur et l’incertitude de la jeune gondorienne avaient été sienne pendant ces longues et interminables minutes. Il aurait pu ne pas le faire, mais comment comprendre quelqu’un qui a été torturé lorsqu’on ne l’a pas été soit même ? Il possédait le don de voir et subir ce que les autres avait vu, voyait ou allait voir et il le mettait à profit. Cependant, il était difficile pour les simples mortels d’admettre qu’il puisse être capable de telles choses et de cela non plus, il ne pouvait l’en blâmer. Lentement, il posa ses mains sur la surface lisse et boisée de la coiffeuse, resserrant doucement l’étreinte de ses doigts sur cette dernière. Il inspira une longue goulée d’être, ferma les yeux et expira lentement avant de se plonger au plus profond de son être. Elle était là quelque part la faille de son esprit qui l’emmènerait une fois de plus dans la grotte des gobelins. Son esprit se focalisait sur Telia, ce qu’elle était, ce qu’il savait d’elle, les bons et les mauvais souvenirs. Il l’aperçu là dans un coin, la lumière de cette faille et après une nouvelle inspiration, il plongea dedans à corps perdu, à esprit ouvert. Sans ouvrir les yeux, il s’ordonna mentalement de décrire ce qu’il voyait à cet instant, comme il l’avait fait une fois avec son ami, afin de tester ses limites, d’apprendre à maîtriser cette capacités hérité de son illustre ancêtre, le seigneur Elrond. « Il fait sombre, la grotte n’est éclairé que par quatre troches. Je suis attaché à une planche de bois, dont la surface rugueuse me blesse le dos. À côté de moi… il y a une elfe, Elinà… J’ai peur, je ne sais pas ce qui va se passer et les gobelins parlent une langue que je ne comprends pas. Je suis déjà blessé, ma jambe me lance atrocement… » Ses yeux derrières ses paupières closes se mirent à remuer avec insistance, ses doigts se crispèrent sur le bois. « Ils ont pris Gwail, il l’amène sur la table situé à ma droite, je proteste mais… » Soudainement, sa tête valsa sur le côté et une grimace vient se peindre sur son visage. « Il me frappe et ils sont en train d’utilisé des objets abjects…Je…ah… » Il relâcha la faille avant d’en voir d’avantage, passant sa main sur les endroits qui furent douloureux quelques secondes plutôt avant de relever les yeux vers la brunette. « Je sais exactement ce que tu as vu… ce que tu as ressentis… aussi étrange que cela puisse paraitre, j’ai cette capacité là et elle n’est pas toujours très agréable à utiliser. Avant que je ne me transforme, elle me pourrissait la vie, j’ai été torturé plus d’une fois, décapité ou même violé… J’ai été un homme, une femme, un enfant… pauvre, riche, résistant ou rebelle… Et je ne peux l’expliquer. » Il recroisa ses bras sur sa poitrine avant de regarder la pièce avec une attention nouvelle, il tenta de chasser de son esprit les douloureuses images qui venaient de lui revenir en tête en cillant plusieurs fois. Puis, il soupira avant de se lever de sa place et de se diriger vers Telia. « Dit moi qui je dois nommer pour prendre provisoirement ta place. J’ai besoin de quelqu’un de confiance. Je ne peux pas me permettre de faire des mauvais choix, désormais c’est non seulement le Gondor qui est sous ma juridiction, mais tout Eryn Lasgalen. Un seul mauvais choix pourrait être fatal à l’un ou à l’autre. » Récupéré, sa nouvelle nature lui permettait de le faire plus rapidement que les simples mortels, mais il n’avait pas oublier la fragilité de la condition humaine, il avait été plus fort qu’eux dès le départ, maintenant il était encore plus. Il glissa sa main sur le bras de la jeune femme. « Récupère, prend le temps qu’il te faudra… mais n’oublie pas que tu as des amis en ce bas monde, qui peuvent comprendre ce que tu vis en ce moment, ceux qui était avec toi. Ne reste pas cloîtré ici seule. Veux-tu que je demande à Sirillë de venir te voir ? Elle se porte mieux, mais elle ne peut pas encore reprendre le service. » Elendil glissa alors son index sous le menton de la jeune femme pour la regarder droit dans les yeux. « Telia… tu es comme ma sœur, j’aurais très mal vécu que tu ne revienne pas, sincèrement… Alors, ne sombre pas, accroche toi à ce que tu peux, même si plus rien ne sera plus jamais pareil. »



Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Lun 25 Aoû - 20:30


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Ses paroles commencèrent à résonner dans ma tête amenant des souvenirs sombres douloureux. Je ne voulais pas les revoir. Pas encore. Je fermais les yeux tentant vainement de chasser. Mais rien n’y faisait, les images revenaient plus forte face à chaque détails qu’il décrivait. Je rouvrais mes yeux et lui lançais un regard plein de douleur mais plein de colère. Pourquoi me refaisait-il vivre la scène ? Je ne voyais pas ce qu’il voyait, mais mes souvenirs revenaient à chaque syllabe, chaque mot. Je voulais qu’il arrête, tout, maintenant pour avoir le mince espoir de chasser mes horribles souvenirs. Pourquoi ?
« Arrête…s’il te plait arrête… »

   Un supplice, un murmure à peine audible. Mais ses oreilles d’elfes l’auront surement entendu. Mais il n’arrête pas. Gwail…une larme coule le long de ma joue en entendant le nom de mon compagnon. Je n’avais pas pleuré nos morts, nous les avions laissés là, pour sauver nos peaux. Il était mort sous mes yeux, impuissante. J’avais pourtant tenté de le sauver mais j’avais lamentablement échoué. Nous avions tous échoué à le sauver. Elina avait tenté, j’avais tenté...nos amis venant nous libérer n’étaient arrivés que trop tard.


Elendil arriva au moment où le gobelin me donne son premier coup, celui qui me laissa la marque la plus visible. Automatiquement, mon esprit me remet la scène devant les yeux et je ressens la lame chauffé à blanc transpercer ma peau, mes muscles, le sang coulant le long de mon abdomen.
« ARRETE ! »

Je portais mes mains à mes oreilles pour ne plus entendre, pour empêcher les images de continuer d’affluer. Il arrête, visiblement cela en est trop pour lui. J’écoutais qu’à moitié la suite, essayant tant bien que mal de faire le calme dans mon esprit comme j’avais appris à le faire quand j’apprenais le tir à l’arc. Faire le vide dans son esprit, ne penser à rien. Mais aujourd’hui c’était bien compliqué. Je n’arrivais pas à calmer mes pensées, je ne supportais pas cela. J’aimais contrôler mes faits, mes gestes, mes pensées et là je ne le pouvais. J’étais désemparée, perdue et furieuse contre moi-même. Ce n’était pas dans mes habitudes.

Je le regardais s’approcher de moi sans ciller. Mon esprit me hurlait d’aller me réfugier dans un coin mais je tentais d’oublier et d’être celle que j’étais. Me remplacer…Aucun nom ne me venait à l’esprit, je ne pouvais imaginer mes hommes prendre ma place provisoirement. Beaucoup profiterait de la situation pour me mener la vie dure à mon retour. Il fallait quelqu’un d’extérieur en qui on pouvait avoir confiance. Mais toujours aucun nom ne venait, aucun gondorien doué avec un arc n’étant pas sous mes ordres. Là aussi, cela m’énerva de ne pas lui fournir un nom mais d’un côté cela n’était guère surprenant. Je n’aimais pas m’avouer vaincu, donner un nom signifierait que je m’avouais vaincu et même après mes périples, je m’apercevais que cela n’avait pas changé.
« Je ne sais pas…je n’ai aucun nom à te donner…une part de moi refuse à t’en donner un… »


Lorsqu’il glissa sa main sous mon bras, je tressaillis. Les contacts physiques n’étaient pas mon fort et le sien non plus. Surprise ? Non, mais je ne m’y attendais pas. Les mots qui accompagnèrent se jette continuèrent à casser mes barrières derrière laquelle je m’étais réfugié pour me reconstruire. Elendil avait toujours eu un don pour casser mes barrières, toujours les mots justes au bon moment même si cela devait se terminer en violente dispute.
« Je sais, soufflais-je, j’irais la voir…je crois que j’ai besoin de sortir d’ici…trop de démons ce sont installés dans cette pièce. »


Partir…je voulais partir d’ici le plus vite possible et rendre visite à mon amie, ancienne mentor me ferait que le plus grand bien. Mais je n’avais pas eu cette idée de moi-même…
Il continua de briser mes barrières jusqu’à ce que la dernière tombe. Je refis ce que j’avais fait quinze années plus tôt. Je me laissais aller, et alla me réfugier dans ses bras tentant de retenir mes larmes de désarroi.
« Je ne sombrerai pas…je leur ferais pas ce plaisir…Je n’abandonnerai pas une guerre après avoir perdue une bataille. Ce ne serait pas moi. Merci d’être venu… »


   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Dim 31 Aoû - 20:43





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Il faut parfois faire du mal pour faire du bien. Elendil ne savait plus qui lui avait sorti cela, mais il faut croire qu’il n’avait pas tout à fait tort. Un mal pour un bien, peut-être même si cela n’était pas totalement en cohésion avec son idéologie, il venait de le faire. Quelque part, c’était une forme d’obligation qu’il s’était ainsi mis sur les épaules. Comment pourrait-il travaillé correctement avec ses commandants –et amis pour certains – si ces derniers ne peuvent ni comprendre, ni admettre qu’il est capable de chose que le commun des mortels ne peut pas. Il lui était ainsi impossible de les laisser douter, même si cela impliquait de la souffrance pour lui et pour les autres. Des choses atroces, des choses similaires à ce qu’elle avait vécu, ils en vivraient encore et peut-être même encore pire que cela. Il n’avait pas été capable de se plonger dans la vie du général noir, même s’il en était curieux, quelque chose au fond de lui sentait qu’il ne pourrait le supporter. Ainsi donc, il supposait que ce qu’il verrait serait bien pire encore que ce que les gobelins avaient fait subir à ce pauvre Gwail et aux autres captifs. En même temps, ce n’était pas compliquer à admettre, les gobelins sont certes dangereux et inventif, mais bien plus limité mentalement qu’un semi-elfe en pleine possession de capacité mentale. En effet, si l’on ne pouvait nier une chose, c’est qu’Emeruil Shanion ne manque pas d’intelligence. Combien de temps pouvait-il torturer quelqu’un sans être fatiguer, sans utilisé deux fois la même technique ? Combien de temps pouvait-il faire tenir la personne sous ses assauts ? Bien plus qu’un gobelin, très certainement. Cependant, il ne pouvait se résoudre à dire tout cela à Telia, trop fraîchement marquée par ce qu’elle avait vu et subit, mais il le faudrait bien. En un sens, après ce qui s’était passé avec Legolas, elle devait bien s’en douté, comme tout le monde ici-bas. Si, au départ la résistance ne redoutait que l’empoisonneur officiel de Namoth, aujourd’hui elle savait le général noir capable d’incursion furtive sur ces terres et à la tête de créatures plus fortes et plus aboutie que ne l’auraient jamais été les orcs. Il fallait attaquer, mais pas tant que tous ne seraient pas en état de le faire et pour l’instant les elfes étaient loin d’en être capable. La question de la prise en charge des archers du Gondor se posait, il le fallait bien. Il ne savait pas combien de temps cela prendrait à l’humaine de se remettre sur pied, ce qui était un véritable problème, surtout si les grands de ce monde décidait d’agir plus vite que prévu initialement. Cependant, serait-il sage d’attaquer alors que l’hiver arrivait enfin. Pas un flocons n’était tombé de tout le mois de décembre et voilà qu’ils arrivaient enfin et en quantité phénoménale. « Il m’en faudra néanmoins un… quand tu auras pris le temps de réfléchir. » Le roi en exil ne se montrait pas particulièrement pressé, ménageant probablement Telia plus que ne l’aurait fait un autre souverain, ça il l’ignorait, mais il ne se voyait pas la brusquer outre mesure. Et puis, il était particulièrement conscient que la jeune femme réagissait très mal aux brusqueries. « Cela te fera autant de bien qu’à elle. J’ai entendu dire qu’elle dépérissait en ce moment… » Il n’avait pas encore poussé ses recherches plus avant pour savoir comment elle se portait. Trop prit par ses nouvelles obligations et tenu par une certaine crainte, celle que l’elfe pourrait ne pas tolérer d’être sermonner par un chef bien plus jeune qu’elle. Cependant, c’était là le lot de tous ceux qui vivaient ici, il ne connaissait pas d’elfe plus jeune que lui en ces lieux. Pourtant, il lui faudrait les diriger d’une main de fer dans les jours à venir, alors autant commencer par elle. Cela ne le surpris qu’à moitié que la jeune femme vienne se loger entre ses bras contre son torse. Elle l’avait déjà fait par le passé et il le savait depuis longtemps qu’un jour viendrait où cela se reproduirait. Elendil ne réagit donc pas mal, pas comme il l’aurait fait avec d’autres et se contenta de serrer Telia dans ses bras avec une tendresse toute fraternelle et en douceur pour ne pas la faire d’avantage souffrir. « Je n’en attends pas moins de toi et je sais que tu y arrivera. » Il posa un baiser sur le sommet de son crâne avant de poser son regard azur sur la cité visible à travers les rideaux. « Je viendrais à nouveau dès que j’aurais du temps. Le guérisseur devrait t’autorisé bientôt à te promener, les jardins te feraient le plus grand bien. »



Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Sam 6 Sep - 18:44


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Je ne savais pas pourquoi aucun ne me venait. Aucun visage, aucun souvenir d’un homme auquel j’avais suffisamment confiance pour pouvoir me remplacer et sens me cassez les pieds lorsque je reviendrais. Alors je ne donnerais aucun nom, il pouvait soit attendre que je me rétablisse soit en nommé lui-même. S’il attendait ma coopération sur ce point, il pouvait attendre très longtemps car je ne me montrerais pas coopérative. Bien qu’il sache m’apprivoiser sur certains points, là je doutais qu’il réussisse à me tirer un nom de la bouche. Je ne lâcherais pas un nom pour que mon autorité sur mes hommes soient sapés en quelques semaines et devoir me battre de nouveau pour avoir le respect des archers du Gondor. Au diable les hommes et leur misogynie. Depuis ma nomination, j’avais dû en abimer…deux trois…les autres s’étaient rapidement calmés bien qu’il y avait toujours quelques récalcitrants.
« Non…Je ne te donnerais aucun nom ! Je n’ai pas à réfléchir sur ce point. Je ne céderais pas sur cela…n’insiste pas…Nomme qui tu veux, mais je ne te donnerais aucun nom. »


   Allait-il respecter mon choix ? Je n’en savais absolument rien. Avec sa transformation elfique, je ne savais pas comment appréhender ses réactions. Mais la conversation changea et se dirigea vers Sirillë. Se laisser dépérir…Je relevais brusquement la tête. Quoi ! Je n’arrivais pas à y croire. Comment une combattante telle Siri pouvait dépérir par une simple blessure ? Même moi, plus faible et simple humaine, je tentais de me battre un minimum pour survivre et essayer d’oublier l’enfer que nous avions vécu. Elle allait m’entendre, c’était sûr. Quand ? Je n’en savais rien. Mais je n’allais pas laisser mon mentor dépérir pour cela. Elle allait se battre, avoir la volonté de vivre pour pouvoir voyager de nouveau. Je savais que mon amie ne supportait pas ne rien faire, mais il fallait qu’elle se soigne pour aller mieux et pourrait repartir à l’aventure ensuite.
« Quoi ?! Dépérir ?! Dis-moi que c’est une plaisanterie et qu’elle est de mauvais gout ! Sinon…je crois que je vais aller…la secouer… »


J’essaierai de faire cela le délicatement possible. Bien que la délicatesse ne soit pas une de mes principales qualités. J’étais plutôt fonceuse, une peu brute sur les bords et trop franche. Mais Siri savait cela donc ne se vexerait surement pas pour le ton que j’utiliserai. Elle me connaissait trop bien pour cela. Tout comme Elendil…Vu comment je lui parlais certaines fois…plus d’un roi m’aurait jeté en geôles pour mon ton s’il ne me connaissait pas. Et pourtant j’étais toujours là, à mon poste.

Le fait qu’il ne doute pas de ma capacité à revenir sur le champ de bataille me fit sourire. Je manquais de prudence et j’allais surement revenir avant d’avoir complètement guéri mais je me fichais pas mal de cela. Le guérisseur pourrait dire ce qu’il voudrait, cela ne m’empêchera pas de reprendre mon arc pour aller tirer des flèches sur les ennemis. Je tenais trop à ma liberté pour laisser l’Usurpateur nous l’enlever sans un minimum de lutte. Je voulais leur donner un peu de fil à retord avant de perdre ce qui nous était cher.
« Oh je lui rendrais la vie tellement insupportable, qu’il me laissera sortir pour avoir la paix…Tu sais à quel point je suis douée pour cela…Ce ne sera pas un souci. »


   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mar 23 Sep - 11:58





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Elendil leva les yeux au ciel de façon quasi imperceptible. Elle ne lui facilitait vraiment pas la tâche et il n’avait vraiment pas que cela à faire de lui trouver un remplaçant. Il devait s’occuper des rescapés du Gondor, de l’armée qu’ils composaient pour la plus pas et maintenant du royaume sylvestre. Certes, il n’avait plus guère la nécessité de dormir, mais faire une pause n’était tout de même pas un luxe afin qu’il conserve son intégrité mentale. Il n’avait jamais voulu devenir souverain, il l’avait accepté parce qu’il était né prince héritier. Maintenant, il devait aussi s’occuper de ce royaume et ce n’était pas une mince affaire, secouer les elfes tombé dans cet état quasi léthargique à cause de la tristesse et la mélancolie. Il y en avait de nombreux à nommer à des postes stratégique, des conseils à voir défiler, des plans à monter même si l’hiver ravage le monde extérieur. La solution lui apparut alors comme une évidence : Baldwin. Certes, pas le meilleur des archers, mais suffisamment bon pour tenir le commandement le temps que Telia se remette et quelqu’un qui ne poserait aucun problème à la reprise en main des choses par la jeune femme. « Je demanderais à Baldwin de s’en occuper, ainsi personne ne s’opposera à ton retour. » Le jeune homme était plus un tacticien qu’un commandant, mais il savait se faire écouter et respecter, il ferait l’affaire et ne serait que trop heureux de rendre sa place le moment venu. De plus, le semi-elfe lui faisait totalement confiance. La conversation dévia sur le mentor de la jeune brune et l’intendant ne put qu’affirmer ses propos d’un signe de tête, rien de tout cela n’était une blague, mais bien la triste réalité. « La plus part des elfes sont plongés dans un état second suite au décès de leur prince et l’ombre de la mort de la reine plane sur Eryn Lasgalen. Sirillë ne fait pas exception et la flèche qu’elle a reçue était empoisonnée. Jusqu’ici même les meilleurs guérisseurs n’ont rien pu y faire. Notre ennemi a de puissant alchimiste et nous n’en mesurions pas encore l’étendue visiblement. » Quant à secouer l’elfe, le gondorien jugea cela comme une terrible et très mauvaise idée. Peut-être la plus mauvaise de la carrière de Telia et pourtant ce n’est pas peu dire la concernant. « Secouer une elfe malade, blessée et démoralisée… je crois que cela doit être la numéro un de tes mauvaises idées, surtout lorsqu’on connait ton tact légendaire. » Cependant, il se serait adresser à un mur cela aurait revenu au même, il le savait, mais il espérait encore de temps en temps que la jeune femme entende un jour raison, surtout à propos des elfes. « Tu ne peux pas grand-chose contre la nature profonde des elfes, Telia… Ils sont peut-être incroyablement fort et sage, lorsque leur cœur ne tient plus, même la personne la plus sage et compétente ne peut les ramener à la raison. La seule chose qui sortirait Sirillë de son état, ce serait sa guérison et cela même son peuple ne sait le lui apporter. De plus, je pense que d’autres que toi tenteront de la raisonné, sans aucun succès. Ce que tu risques de faire c’est soit de secouer un arbre déjà mort, soit lui faire perdre un peu plus ce qui lui reste de moral. » Son regard bleu se porta à nouveau sur la cité en contre bas toujours aussi triste et morbide depuis le retour du corps du prince et là était bien le souci, il fallait les sortir de là, mais comment… Il s’en doutait tant que la reine serait en vie, cela ne serait pas possible et quelque part, il espérait que son agonie ne soit pas trop longue, par amitié pour elle. Il haussa un sourcil lorsqu’elle annonça qu’elle rendrait la vie impossible à son guérisseur pour qu’il la laisse sortir. « Pourquoi cela ne me surprend-il pas ? » Question purement rhétorique cela va s’en dire, il la connaissait comme s’il l’avait faite comme le dit l’adage, à ceci près qu’il n’était pas son père, mais peut-être qu’après tout il l’a connaissait mieux que feu son père. « Évite les incidents diplomatiques cependant, j’ai déjà assez d’ennuis comme ça avec mon statut d’intendant d’Eryn Lasgalen et la gestion de mes hommes en ces terres. Je détesterais devoir te renvoyer à Erebor avec une missive à Throrilin pour qu’il te garde chez lui jusqu’au printemps. Même si je suis sûr que le roi des nains en rirait à gorge déployer. » Après tout, il n’était pas le seul à connaître le caractère désinvolte et rebelle de la jeune femme, ni à l’avoir appuyé et encourager.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Dim 5 Oct - 18:02


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Baldwin... Il était loin d'être un commandant malgré son autorité et je lui souhaitais bien du courage. Mais il était vrai que je n'aurais pas trop de mal à reprendre ma place ensuite. Mais cela allait être drôle, car le stratège m'évitait comme s'il craignait mes réactions. J'allais donc pouvoir m'amuser par la suite. Très bon choix finalement. Je n'aurais pas pensé à cela. Bon, j'allais surement avoir Edwyn sur le dos ensuite, mais peu importe. Edwyn arrivait toujours à me contrer d'une manière ou d'une autre. Celui-là me conduirait à ma perte, j'en étais persuadée. Mais bon, en attendant, il était l'un des rares à ne pas craindre mon côté suicidaire et grand gueule.
"Très bon choix... Même s'il risque de pas apprécier..."

   Les elfes et leurs mélancolies. Sirillë avait bien tenté de m'enseigner certaines choses sur son peuple, mais je devais bien avoué que je ne comprenais toujours pas ce peuple. Il était trop différent de moi. Cette façon de souffrir à la perte d'un être cher était une chose bien étrange. J'avais perdu mon père. Cela m'avait fait plus de mal que je n'aurais pu le penser, même encore aujourd'hui, j'en souffrais. Mais delà à me laisser mourir. Jamais. J'étais trop battante pour m'abandonner à ma peine. Je me souvenais qu'après la mort de mon père, j'avais trouvé ma force en demandant à Elendil d'entrer dans l'armée. Je voulais me battre au lieu de me laisser m'abattre.

Quand il me parla de poison, cela me troubla. La flèche était empoisonnée. Mais un Izzal Din m'avait transpercé la cuisse avec une de ses flèches. Pourtant, je n'étais pas malade. Je trouvais cela bien étrange. Il allait falloir que j'étudie la question. De toute façon, je n'avais que cela à faire. Je lui jetais un regard noir quand il me parla de mon tact. J'avais envie de lui répliquer quelque chose d'acide et piquant.
"Tu sais ce qu'il te dit mon tact... ! Nan et puis franchement, je suis peut-être trop franche, mais au moins tu sais ce que je pense ! J'irais voir Sirillë et je lui dirais ce que je veux que ça te plaise ou pas ! Même si je comprends strictement rien à la nature elfique !"


Incident diplomatique. S'il souhaitait me vexer où que je commette l'irréparable, il pouvait me le dire tout de suite ça aurait le même effet. Si mon regard pouvait lancer des flèches, il l'aurait fait. J'aimais Elendil comme un frère, mais là, j'avais juste envie de lui en mettre une. Mais étant mon Roi, je ne pouvais rien faire. Alors je serrais les poings et les dents pour contenir ma colère montante. Mais malgré cela, je peux la contenir complètement.
" Un incident diplomatique ?! Non mais je rêve ! Le côté elfique ne te réussit pas, je trouve. Et ne pense même pas à m'enfermer, car je serais encore pire que je le suis maintenant ! Tu peux partir si c'est pour me dire comment éviter un incident diplomatique ! Je n'ai pas besoin de ça !"

Je retournais vers mon lit et je m'assis en lui tournant le dos. En réalité, sa réflexion m'avait blessé. Me faisait-il si peu confiance ? Pensait-il vraiment que j'étais capable de faire une telle chose ? Une larme coula sur ma joue et je la chassais d'un geste rageur. Pourquoi à chaque fois qu'on se voyait cela se terminait ainsi ? Dans les cris et la colère ?
   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Ven 17 Oct - 15:35





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

En ce moment, Elendil se moquait bien que ses commandants apprécie ou non ses choix. La situation pouvait se dégradé à tout instant et il ne pouvait pas se permettre de perdre le contrôle de ses hommes pendant qu’il redressait la barre chez les elfes. Depuis les jours qu’il avait pris son rôle d’intendant, il n’y avait pas une journée où il ne finissait pas avec une migraine ou l’envie de tourner les talons à tout cela. Cependant, on comptait sur lui et il avait bien l’intention de remplir sa mission et ce même s’il doit devenir la bête noire de tout le monde. Le petit jeu du chat et de la souris dans son propre camp c’était terminé ! Il était temps qu’il affirme son autorité et même si cela devait déplaire. N’est-il pas roi après tout ? Alors, il était temps qu’on fasse ce qu’il ordonnait. « Je crois que le moment est assez mal choisi pour faire la fine bouche. L’ennemi est à nos portes, il arrive à passer nos frontières. Alors, je me fiche pas mal que ça lui plaise ou pas. » S’il devait faire le bilan de ces dernières années, il avait toujours fait au mieux pour contenter tout le monde, parfois au détriment de lui-même. Là, il était temps que ça change. Il n’avait plus le temps de vérifié trois fois derrière ses plus proches collaborateurs, plus le temps de combler les lacunes qu’ils pouvaient laisser. Il allait falloir couper le cordon, qu’ils se démerdent, qu’ils prennent des initiatives et qu’il puisse compter sur eux à tous instants. Elendil n’est pas quelqu’un qui fait aisément confiance, perfectionniste, cela lui joue souvent des tours. Ceci dit, là c’était une question de survie pour un camp comme pour l’autre. Il avait sous ses ordres d’excellents commandants, de cela il n’en doutait pas. Il avait fait du chemin et étudier leurs qualités et défauts avant de les nommés. Il allait devoir faire de même avec les elfes aujourd’hui et cela lui prendrait beaucoup de temps. Hélas, du temps, c’est probablement ce qui risquait de lui manquer. Lorsque Telia lui fit comprendre qu’elle n’en ferait jamais qu’à sa tête, il leva les yeux au ciel et soupira. « Tu sais ce qu’elle te dit la nature elfique ? Qu’il va falloir que tu fasses avec elle désormais. Nous stationnerons ici, nous vivrons ici… et ce jusqu’à ce que nos pas nous mène à travers les méandres de la guerre à l’extérieur de ces frontières. De plus, tu sembles oublié que désormais… que ça te plaise ou non, que tu le veuilles ou pas… je suis un elfe. Quant à ce que tu diras à Sirillë, je te prévenais juste que tu risquais de te heurter à un mur.» Et il n’y avait rien de plus douloureux d’ailleurs que de se heurter au mur d’une personne que l’on apprécie, ça il le savait pertinemment. Combien de fois il s’était heurté contre Telia elle-même d’ailleurs ? C’était encore une fois le cas. Durant un moment, il resta silencieux, encaissant la colère de la jeune femme qu’il rejeta sur le compte de la fatigue, de la douleur et de ces souvenirs qui la hantait. Après tout, elle avait changé avec tout cela, lui aussi, mais il l’acceptait sans doute mieux encore que l’humaine. Au lieu d’éclater dans la colère –voir de lui retourner sa main dans la figure- comme cela lui aurait pris il n’y a pas si longtemps encore, il porta ses yeux azur sur le décor de la cité à travers les fins rideaux avant de soupirer de façon imperceptible pour l’oreille humaine. Finalement, il reprit la parole. « Tu te méprends sur le sens de mes paroles. Ce n’est pas la première fois, ce ne sera pas la dernière. Ce n’est pas en toi que je n’ai pas confiance, c’est dans les elfes. Je te connais trop bien, ta façon de parler, de réagir, d’interagir avec ton milieu… Parallèlement, je connais la susceptibilité des elfes, leur manière de tout mal interpréter surtout dans des moments comme celui-ci. Ce que je te demande en vérité, c’est de ne pas leur donner l’occasion de me tendre le bâton pour te battre. Et je ne te le demanderais pas, si je ne t’en croyais pas capable et si je ne te faisais pas confiance. » Il finit par reposer son regard sur le dos tourné de la jeune femme avant d’avancer lentement vers elle. « Cependant, je te pardonne cela, parce que je sais que tu es fatiguée, mal dans ta peau et que tout semble ténèbres autour de toi. Si tu veux que je parte, si c’est vraiment ce que tu veux, dit le moi. »


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Sam 1 Nov - 12:21


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Elendil avait changé en bien des points. Et aujourd'hui, je m'en apercevais plus que tout autre chose. Son ton par rapport à Baldwin ne laissait pas la place à un quelqueconque refus. Il avait un ton de Roi. Plus que lorsqu'il était humain. Sa transformation l'avait changé énormément. J'avais du mal à le reconnaître, bien que dans le fond il était toujours le même. Seulement il semblait avoir pris de nombreuses années en plus qui l'avait assagit. Alors que moi, j'étais toujours la même mais torturé. Une transformation pour une autre. La mienne n'était surement pas celle que le monde attendait. On m'aurait voulu plus responsable, moins tête brûlé, plus obéissante. Mais le résultat n'y était pas. La folie me guettait à chaque coin sombre, je ne pouvais fuir mes cauchemars, loin de la cité où j'avais grandi, l'ambiance sombre d'Eryn Lasgalen ne m'aidait nullement. Je préférais Erebor, ses murs épais, entendre les nains râler, l'ombre rassurante de la montagne solitaire. Eothain, pour décompresser. Alors qu'ici, la folie me guettait, on m'interdisait de sortir, clouer au lit par des blessures. Mais la véritable blessure n'était pas physique mais moral. Plus je restais ici enfermé, plus je devenais lunatique, acariatre. J'avais besoin de prendre l'air malgré l'hiver.

   Alors quand il m'annonça que nous devrions vivre ici, mes espoirs se brisèrent mais je voulais me battre. Je ne laisserait pas cette cité me changer. Je ne pouvais vivre ici en attendant que notre armée bouge en direction du Sud. Je ne pourrais pas. J'en était incapable. Les elfes m'exaspéraient. Certes j'appréciais Sirillë, elle était ma mentor en quelques sorte. J'aimais Elendil comme un frère, mais on avait le don de se prendre la tête à chaque fois. Je ne pouvais pas rester ici.
"Je ne peux pas vivre ici. Je sais que tu dois t'occuper des elfes et compagnie. Mais je ne pourrais pas vivre ici. Et l'humeur triste des elfes, me tapent sur le systeme. Si tu m'obliges à vivre ici Elendil...autant m'achever. Je dois repartir à Erebor une fois que je serais capable de chevaucher. Ne m'enferme pas ici je t'en pris."

Je ne le suppliais pas mais presque.

"Je pourrais à faire ta nature elfique bien qu'elle soit agaçante, et Sirillë j'en fais mon affaire. Mais tu ne peux pas m'obliger à supporter les elfes et leur deuil."

Autant me poignarder dans le dos. Malgré la colère que j'essayais de contenir, je finis par éclater. Mais ce n'était pas une colère comme je pouvais éclater à certains moments. Non c'était une colère de douleur. Une douleur que je ne pouvais exprimer autrement. J'aurai préféré savoir fondre en larme pour l'évacuer mais j'en étais incapable. Je m'en voulais même de lui infliger cela. Il n'étais pas venu pour cela. Je voulais m'excuser mais j'en étais incapable. La frustation, la colère, la douleur. Mauvais mélange pour la petite humaine que j'étais. J'étais perdue. Je laissais mes émotions prendre le dessus. Je ne contrôlais rien. Je ne répondis pas à sa tirade sur la confiance qu'il me portait. Je me forçais à ne pas répondre même si mes lèvres voulaient répondre. Je mordis le doigt pour évacuer la colère et la douleur. Je voulais hurler. Hurler mon agacement, mon envie que ce mal s'arrête. Des larmes de colère et de douleur dévalaient mes joues pâles. Je tentais de respirer, ma colère me disait de lui dire de foutre le camp mais je ne voulais pas qu'il parte. Sa précense me rassurait. Il éloignait mes sombres pensées.
"Non, reste... Je...Je suis désolée...Je sais pas...je suis perdue...J'ai mal...J'aurai jamais du partir..."

J'enfouis mon visage dans mes mains. Que m'arrivait-il ?
   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mer 19 Nov - 17:59





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Elendil avait conscience d’avoir changé, mais il jugeait que c’était pour un mieux et surtout dans le bon sens. Ses troupes n’avaient pas besoin d’un général hésitant, son peuple n’avait pas besoin d’un souverain rongé par la confusion interne. Il se demandait même s’il n’avait pas été parfois trop laxiste, s’il n’avait pas trop souvent accepté de se mettre dans des situations intenables pour le bien-être de ses subalternes. Alors oui, peut-être qu’il devenait plus stricte, mais nous sommes en guerre et elle ne laisse place à aucune hésitation ou laxisme. Comme Throrilin avant lui ou même Eold, il agirait désormais en roi, même si cela ne doit pas toujours plaire aux gens qui l’entoure et ça risquait de commencer avec Telia. Oui, il comprenait que l’ambiance actuelle d’Eryn Lasgalen lui pesait et la faisait dépérir comme les trois quart des elfes locaux. Cependant, il ne pouvait pas accepter de la renvoyer à Erebor, pas maintenant que les troupes du Gondor se rassemblait dans cette forteresse. Non, ce n’était pas de l’insensibilité, mais c’était ainsi que devait se passer les choses et même s’il en était navré pour elle, il ne se laisserait pas marché sur les pieds cette fois-ci. « Tu ne repartiras pas à Erebor et tu feras ce que je demande. L’armée du Gondor arrive ici, je n’ai que faire de t’avoir à Erebor, c’est ici que j’aurais besoin de toi. Quant à l’humeur des elfes, j’en fais mon affaire et elle est en priorité sur les choses que je dois changer. Quant au fait que tu es enfermée par ton guérisseur, je m’occuperais aussi de cela, mais je ne te laisserais pas repartir. J’ai beau t’aimé comme une sœur, être navré de ton état et comprendre ta requête, je ne peux pas l’accepter. Et j’espère que tu sauras comprendre pourquoi. » Si, elle ne comprenait pas, alors il se verrait sans doute obligé de la révoqué totalement de ses fonctions et de la laisser à l’arrière lors du départ pour le sud, ce qu’il ne souhaitait évidemment pas. « Je sais que… beaucoup de personne vont de te manquer, je subis le même manque, mais ils nous rejoindront tous bien assez tôt. Quant à Eothain, j’ignore pourquoi il n’est pas encore là, je lui ai envoyé une missive dès que j’ai été informé que tu as avais repris conscience. » Le semi-elfe détestait cordialement ce Rohirrim, mais il n’était pas cruel ou fou au point de ne pas lui faire savoir l’état de Telia ou d’ignorer le bien que ferait sa présence à cette dernière. « Tout ce que je puis faire de plus, c’est demandé à Eold qu’il puisse venir ici en tant qu’émissaire officiel. Et si, c’est ce que tu souhaites, je le ferais. » Même si cela devait lui causer plus d’ennuis qu’il n’en a déjà ou d’inconfort. Surtout venant de ce spécimen rare en particulier. Pour le reste, il ne changerait pas sa position et probablement qu’il tenterait de lui faire voir le bon côté des choses. Sa rééducation se ferait avec des archers de pointes plus redoutables qu’aucun autre dans l’armée de l’alliance. Il n’y avait pas que du mal à se trouver parmi les elfes et bientôt nombre de ses connaissances seraient là. Lorsqu’elle éclata en sanglot, il se tient à bonne distance, ne sachant trop quoi faire pour la calmer. « Tu as fait, ce que tu croyais juste de faire… rien n’est ta faute. » Ô il aurait pu lui faire un discours sur le destin, le hasard et toutes ces choses, mais lui-même ni croyait guère plus depuis qu’il voyait l’avenir. Alors, il s’approcha d’elle, se posa dans son dos et l’enserra dans ses bras dans le plus grand silence, parfois cela est plus parlant que les longs discours.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Ven 12 Déc - 11:30


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Je n’avais visiblement pas le choix. Je devrais vivre ici. Je devrais supporter les elfes. Cela m’était horriblement dur. Comment allais-je faire pour tenir dans une telle ambiance ? Je le devrais et je savais que dès que je serais en état de chevaucher, je partirais me balader sur les terres des elfes pour m’évader quelques heures et ne pas avoir l’ambiance macabre d’Eryn Lasgalen. Mais c’était le prix à payer pour conserver mon poste de commandante des archers. Si l’armée du Gondor venait ici, ce n’était pas rien. Les choses bougeaient et je devais attendre sagement que tout aille plus vite pour revivre enfin. Pour être moi-même. Quoique je ne serais plus jamais la même après ce que j’avais vécu. Après ce que j’avais souffert. J’ignorais encore qu’elle répercussions cela aurait. J’espérais que cela ne soit pas trop grave. Mon corps récupérait plus vite que mon esprit.
« Je comprends…je trouvais le moyen de survivre dans cet enfer. »


   Ma gorge se serra en entendant le prénom d’Eothain. C’était celui qui allait le plus me manquer. Et il n’était pas là pour prendre de mes nouvelles. Cela me faisait mal. Je ne comprenais pas. Il avait toujours été là et aujourd’hui il ne l’était pas. Pourquoi ? Je connaissais le peu d’amour que portait mon Roi pour mon ami mais pour moi, il lui avait envoyé une missive. Je ne pouvais que le remercier de cela. Maintenant aller savoir pourquoi el rohirrim n’était toujours pas là. Un mystère qui me tiraillait et piquer ma curiosité à vif. La proposition d’Elendil m’arracha un sourire. Eothain, émissaire officiel du Rohan dans le royaume des elfes…
« C’est une très très très mauvaise idée. Eothain supporterai encore moins bien les elfes que moi. J’ai peur qu’il ne te créait des incidents diplomatiques trop souvent. Il me manque…mais je ferais avec. »


Cela serait difficile mais je ferais avec. Je n’avais pas le choix de toute manière. Et Eothain était mieux au côté d’Eold. Même si mes nerfs craquaient c’était mieux ainsi. D’ailleurs je n’en menais pas large. Je ne contrôlais plus mes émotions et mes humeurs. J’étais plus qu’instable, ne sachant que faire pour aller mieux. Si tout cela était de ma faute. Mon gout trop prononcé pour le danger, l’envie de sauver mes compagnons d’une mort atroce qui au final n’avait servi à rien car Gwail était mort. Et je me retrouvais dans un état plus que lamentable.
« Pas de ma faute…Elendil…j’ai encore foncé tête baisser sans réfléchir…J’aurai pu mourir par cet erreur que faisais il y a déjà dix ans. Pourquoi je n’arrive pas à être raisonnable ? Ce n’est pourtant pas si compliqué… »


Ce n’était certes pas très compliqué. Et j’en étais incapable visiblement.
« Empêche moi je refaire ce genre de chose stupide et dangereuse. »

   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mer 17 Déc - 11:26





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Que Telia ne se mette pas plus en colère suite à son refus catégorique, mais pas injustifié, de lui interdire le retour à Erebor, le surprit grandement. Pas en mal, cela va s’en dire, mais se pourrait-il que finalement cet incident ai un effet bénéfique sur le caractère parfois difficile à supporter de la jeune femme. Il était encore trop prématuré pour tirer ce genre de conclusion, aussi ne ferait-il pas cette erreur. Connaissant Telia, ça pouvait vite repartir sur des tons plus houleux, des cris et même en venir aux mains. Enfin, ça c’était plutôt rare encore bien, sinon ce serait un véritable désastre. L’enfer…Lui, il trouvait que l’enfer il le vivait depuis plus de trente-cinq ans, il avait dès lors une plus grande carapace vis-à-vis de cela que la jeune femme, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’allait pas secouer les elfes et tenter – vainement sans doute- de réveiller en eux le sentiment de la vengeance pour les amener à redevenir les guerriers redoutables qu’ils pouvaient être. Certes, ils n’étaient plus nombreux, mais parfois un seul grain de riz peut faire la différence et personne n’osera aller contre le fait avéré que les elfes sont les meilleurs archers de Terre du Milieu, ils ne seront donc jamais de trop de toute façon. « L’enfer peut-être, mais je compte bien faire en sorte que ça change, même si je dois me faire des ennemis pour ça. » Ce qui en soit ne serait plus un problème pour lui, une bonne partie du conseil du royaume ne le portait pas dans leurs cœurs ou n’avait pas foi en lui. La confiance cela se mérite, il le savait pertinemment, son père le lui avait mainte fois répété et c’est un principe qu’il avait toujours suivit. Cependant, comment gagner la confiance de personnes fermées à cette simple idée. On ne peut malheureusement pas tout avoir si facilement, il allait encore une fois devoir batailler pour s’imposer, mais il ne le ferait pas seul cette fois. Ses oncles le soutenaient, une sensation bien étrange, mais ô combien agréable, mais ce ne serait jamais suffisant, il lui fallait conserver la confiance de ses autres commandants. Le tout ensemble, cela lui semblait assez difficile à réaliser, mais comme toujours, il n’en démordrait pas. Il ne doutait pas une seconde que si Eothain mettait les pieds ici, il y aurait de grands risques que cela finisse avec quelques incidents diplomatiques, mais il était prêt à prendre le risque si c’était pour soulager Telia. Peut-être qu’il pourrait même obtenir de celle-ci qu’elle tente de canaliser son ami. Ceci dit, même elle ne semblait pas très à l’aise avec cette idée… « Il est vrai que la perspective d’avoir Eothain dans les jambes ne m’enchante pas. » Il ne servait à rien de mentir, il n’était même pas certains de pouvoir conserver son sang-froid face aux énormes conneries que pourrait commettre le Rohirrim. Ni même de trouver quelqu’un à même de le tenir quand on sait que son propre roi en est incapable. Le semi-elfe n’avait d’ailleurs jamais compris les motivations d’Eold à nommer cet ivrogne commandant et second, cela resterait probablement un grand mystère. Comment expliquer qu’à ses yeux désormais, tout semblait n’être plus la faute de personne. Si tout n’est pas écrit, comment pourrait-il voir l’avenir ? Certes, il se répétait souvent qu’il pouvait le changer cet avenir tracé en intervenant au bon moment, mais quand est-ce le bon moment ? Il avait sauvé Eold ainsi, mais il ne pouvait sauver tout le monde des frasques du destin, ou alors il devrait rester toute la journée dans cette transe épuisante pour être toujours au courant de tout. Plutôt utopique n’est-ce pas ? Il n’allait pas contre dire plus la gondorienne, sachant pertinemment qu’il était difficile de partager son point de vue lorsqu’on ne voit pas ce qu’il voit. Foncé tête baissée, c’était après tout dans sa nature, que pourrait-il y faire ? Que pourrait-elle y changer ? Elle n’était pas la seule dans ce cas, on pouvait sans aucun doute citer Eothain, mais il y en avait d’autres. Il faut de tout pour faire un monde, si tout le monde était parfaitement rationnel, peut-être que le monde ne serait que joie et bonheur. Hors, pour l’instant il ressemblait plus à l’enfer… Lui-même n’avait-il pas été impulsif en allant sauvé seul Eold et en manquant par la même de se faire tuer ? Oui, il avait quelques circonstances atténuantes, mais pas tout à fait non plus. « Pourquoi ? Si, j’avais la réponse, croit bien que je te la donnerais, mais tu es ainsi faites… Il est difficile de changer la nature profonde des gens, à moins de passé par où je suis passé. » Dit-il avec une certaine ironie, pleinement conscient que cela ne plaisait pas à tout le monde, Telia la première apparemment. Et puis, pouvait-on parler de changement de nature pour lui ? Non, ce n’était que le réveil de ce qui était déjà là, enfoui sous les lambeaux d’humanité qui tentaient de s’accrocher à lui. Pouvait-il être sûr de tenir sa promesse s’il lui jurait de l’empêcher de faire ce genre de bêtise ? Il ne pouvait pas toujours être derrière elle après tout. « Dans la mesure de mes moyens, je le ferais. Je ne suis cependant pas certains que tu m’écouteras. Que devrais-je faire alors ? T’en coller une bien douloureuse ou t’enfermer dans un placard ? » lança-t-il avec un brin de malice dans les yeux.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Ven 19 Déc - 18:14


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
Si c’était un enfer. Ce lieu était mon enfer, ma prison. L’ambiance participait grandement à cela et s’il faisait quelques choses pour cela, je lui en serais éternellement reconnaissante. Je tenterai de faire tous les efforts du monde, les plus inimaginables. J’acceptais de me plier à la volonté de mon guérisseur, du moins le minimum pour me garder en vie, mais il fallait que l’ambiance s’améliore dans ce royaume d’elfe perdu. Je pouvais comprendre leur douleur mais pas la façon dont il faisait leur deuil. Je ne niais pas que si Elendil mourrait, je serais affreusement peiné mais je ferais mon deuil en silence, ne partageant pas ma peine avec tout le monde. Je ferais comme pour mon père, seule. Pourquoi les elfes ne pouvaient pas faire cela ? Je ne comprenais pas.

Concernant Eothain, je ne pouvais pas imposait sa présence à mon Roi. Je savais très bien que les deux ne se supportaient pas. Bien que l’amour que je portais pour rohirrim était grand, il se devait d’être auprès de son Roi et non du mien. Et bon, pour qu’on fasse les quatre cents coups tous les quatre matins alors que je venais de promettre de ne pas provoquer d’incident diplomatique…ça le faisait pas…Du tout ! S’il passait pour prendre de mes nouvelles, je serais dès plus heureuse mais il ne devrait pas rester trop longtemps. Les elfes l’agaçait plus que moi…C’était plus sage qu’il reste à Erebor.
« Eothain ne peut pas rester ici. Il ne supporte pas les elfes. Et Eold a surement besoin de lui à Erebor. Ne t’inquiète pas, je survivrais sans lui. »

Cela serait douloureux et difficile, je le savais mais c’était mieux ainsi. Mieux pour chaque royaume, mieux pour chaque armée. Moi je ferais avec et je tenterai de me reconstruire avec les gens du Gondor. Il le fallait, j’avais des archers qui m’attendaient.

Me changer ? Non c’était mission impossible. Mon père avait tenté et avait échoué, ou plutôt avait baissé les bras en voyant que cela ne menait nulle part. Et non l’aventure d’Elendil ne me tentait absolument pas et n’ayant aucune goutte de sang elfique dans les veines, je ne risquais pas grand-chose et heureusement. Devenir comme ces oreilles pointues…non, cela me donnait froid dans le dos.
« Sans façon… Je préfère rester celle que je suis. Mais j’aimerai être plus réfléchi…utiliser ma tête avant d’agir. Ne pas prendre de risque inutile…»

Mon regard se tourna vers ses yeux azurs, me semblant détecter une pointe de provocation dans sa voix. Effectivement je vis la malice dans ses yeux et cela me fit sourire. Je le poussais  gentiment en guise de réponse. Il pouvait directement dire que j’avais un sale caractère qui avait tendance à l’agacer de temps à autre non ?
« Mon sale caractère te manquerait si je disais oui à chaque fois et que j’obéissais sagement ! Mais l’enfermement…si tu pouvais éviter…Je ne suis pas sure de son effet bénéfique sur notre relation…Disons…me secouer pour me faire ouvrir les yeux ? Ca me semble un bon compromis ! »

L’atmosphère se détendait petit à petit, et sourires et malices reprenaient leur place sur mon visage. Il était temps de se réveiller de ce cauchemar.


   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Richard Armitage
Messages : 66
Or dans sa bourse : 432
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : Eryn Lasgalen


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Dim 28 Déc - 16:32





I don't ask your forgiveness
Telia Sovatys & Elendil Telcontar

Cela en surprendrait sans doute plus d’un, mais lui-même commençait à avoir du mal à supporter ses semblables. Oui, il avait aimé d’un amour filial la reine qui viendrait à mourir. Oui, il avait admiré et pu compter Thranduil dans ses amis. Oui, leur mort serait à jamais un pincement dans son cœur, mais de là à s’enfermer dans la tristesse et la mélancolie pendant des semaines entières, voire des années s’il les laissait faire, non ça il n’admettait pas. Preuve encore qu’une petite partie de son humanité restait présente derrière ses attitudes d’elfe. Quelque part donc, il pouvait comprendre que Telia comme Eothain ai du mal à les supporter en ce moment. En revanche, il ne comprendrait jamais ce qu’il leur reprochait en temps ordinaires. C’est ce qu’il avait toujours admis facilement, jamais il ne comprendrait totalement les elfes et jamais totalement les humains. Quelque part, il est une espèce à part et la seule personne qu’il est ainsi capable de comprendre est Calië, parce qu’elle est exactement comme lui. « Je crains de ne pas être étranger à son antipathie vis-à-vis de ce peuple… Ce serait mentir de dire que je l’apprécie, bien que je ne médirais jamais sur ses qualités de combattant. Je ne sais pas vraiment lequel des deux à le plus besoin de l’autre entre Eold et lui, tu sais. » Dit-il sur un ton se voulant plein d’ironie, il faut dire qu’Eold avait certes besoin des talents d’Eothain pour le combat, mais aussi en matière de divertissement. Parallèlement, Eothain avait besoin de la protection d’Eold face à ses détracteurs et aussi de son autorité de temps en temps, histoire d’apprendre à se tenir. Ce qui malheureusement semblait arrivé que trop rarement au goût du semi-elfe. « J’entends bien que tu survives sans lui, sinon je te promets une seconde mort dans l’au-delà. » À nouveau, il disait cela sur le ton de l’humour, maintenant que l’atmosphère c’était quelque peu détendue. Les révélations étaient certes surprenante, mais quelques part réconfortante. Si elle-même pouvait faire son autocritique, c’était déjà ça de gagner, par rapport à Eold et son énergumène qui ne se remettait jamais en question. Un trait de caractère peut-être propre au royaume du Rohan d’ailleurs… il avait bien fallu à Eold l’incident qui failli coûter la vie à Elendil pour parvenir à ce travail sur lui-même. C’est vrai qu’un peu plus de réflexion serait sans doute salutaire à la jeune femme lorsqu’elle part en dehors de l’armée, mais il n’avait pas à se plaindre de ses décisions lorsqu’elle était à son poste de commandant et qu’elle dirigeait ses hommes avec une main de fer. Peut-être qu’elle finirait par devenir plus réfléchie avec le temps et les épreuves à venir, tout en espérant qu’elle ne serait plus la proie de si terribles épreuves à l’avenir tout de même. En revanche, beaucoup de targuaient qu’ils étaient prêt aux bains de sang, mais certains semblaient oubliés que les lignes ennemies seraient composé cette fois non pas d’orcs, de gobelins ou de créatures démoniaques, mais bien d’humains, de gens qui ne se tiendraient peut-être là non pas par idéologie, mais par obligation, leurs familles prisent en otage et forcé de défendre la cause du roi-sorcier, sans pour autant soutenir aucune des deux causes qui s’affronteraient alors. L’idée de tuer des gens qui pourraient être leurs frères et sœurs, leurs amis, voisins, famille proche ou éloigné avait quelque chose de plus terrifiant que de tuer une créature désignée comme sans âmes et sans cœur. Est-ce que le sale caractère de l’archère lui manquerait ? Probablement que oui. Cependant, il se garderait d’aborder ce sujet. Pas encore totalement fait à sa nouvelle nature et à l’idée même qu’il survivrait à tous ses plus proches amis actuellement, cela pouvait très vite le rendre mélancolique et ce n’était pas le moment de se montrer ainsi. « Je ferais pour un mieux. » fini-t-il par dire avant de se lever et de rependre son long manteau. « N’hésite pas à venir me rendre visite, si le cœur t’en dis, ma porte est toujours ouvertes, sauf quand je suis obligé de me rendre au conseil. » Il enfila alors son manteau de cuir et l’ajusta sur ses épaules avant de regarder la jeune femme. « Puis-je te donner un dernier conseil ? Vu ce qui arrive face à nous comme une certitude inévitable, peut-être qu’il serait bon que tu éclaircisses ta relation avec Edwyn. Histoire de ne pas mourir avec des remords, car mieux vaut les regrets, tu sais. Et si tu as besoin de calme et de quiétude, demande au garde de te mener au jardin de la reine, là tu n’entendras plus les elfes. »

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   Mar 13 Jan - 20:29


   
I don't ask your forgiveness
Elendil Telcontar & Telia Sovatys

   
J'haussais les épaules à la remarque ironique d’Elendil. Les deux étaient comme les deux manches d’un pull. Une manche c’était moche alors il en fallait deux. Fin bref, l’absence d’Eoth me faisait mal mais c’était peut-être pour le mieux, sachant son amour débordant pour le peuple elfique. Je survivrais, j’avais survécu à bien pire cela allait sans dire.

Faire de son mieux…Il allait falloir faire plus s’il voulait me faire ouvrir les yeux. Me connaissait, je pouvais être plus borné qu’une mule à certains moments. Bien que j’espérais fortement qu’on n’en arrive pas là. Vu les nombreux centimètres qu’il avait pris et ma petite carrure, s’il me secouait…je risquais de voler jusqu’à Minas Tirith. Quoique…je pourrais botter les fesses à Namoth plus…Oh mais c’était une idée excellente !!! Cependant je me retins de dire quoique ce soit et j’hochais la tête avec un petit sourire de remerciement quand il m’annonça que je pouvais venir le déranger quand je voulais en dehors de ces réunions. Il avait pas besoin de le répéter deux fois, c’était le genre d’information qui rentrait très bien dans ma tête pour échapper à mon guérisseur !

Je sentis le rouge me monter aux joues quand il me parla d’Edwyn. Et encore plus vu le sujet. Non mais il ne pouvait pas se mêler de ses affaires ?! Cela ne le regardait pas ma relation avec le commandant de la cavalerie ! Et d’ailleurs…comment il savait ? Ah oui…sa nouvelle nature faisait des choses…donc il nous espionnait. Le genre de chose qui m’agaçait mais le genre d’agacement qui mettait extrêmement mal à l’aise. Je cherchais des yeux ma brosse mais elle était posée sur la coiffeuse. Il avait de la chance que je n’ai aucun projectile à porter de main. Je lui répondis sur un ton énervé mais pas le même que d’habitude. Il pouvait nettement sentir mon malaise à ce sujet.
« Mais mêle toi de tes affaires Elendil ! Ma relation avec Edwyn…ne te regarde absolument pas ! Et il n’y…a strictement rien à dire ! Enfin…roooh tu m’énerves !! Sors avant que j’attrape ma brosse ! »

Je le poussais dehors en hochant la tête pour les jardins de la reine. Une fois mon Roi sortit, je m’appuyais contre le bois de la porte en soufflant. Un petit sourire amusé prit place sur mes lèvres. Je me vengerais c’était une chose certaines…comment ? Je n’en savais rien…mais je trouverais ! Il ne fallait jamais me lancer des défis de la sorte car il pouvait être sûr que je répondrais. Mais c’était peut-être pour que je réponde qu’il m’avait dit ça ? Oh et puis zut, cela ne servait à rien que j’essaie de penser comme lui car je pouvais plus le comprendre de par sa nature. La suite promettait d’être drôle !


   
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't ask your forgiveness [Ft Elendil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etoile d'Elendil
» tuto Elendil
» Tombeau d'Elendil !!
» Eàrànë Elendil
» Tári Elendil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: La Terre du Milieu :: Le Rhovanion :: Eryn Lasgalen-