RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Dustin Clare
Messages : 113
Or dans sa bourse : 606
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Là où on ne m'attend pas


Vos possessions
~:

MessageSujet: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Lun 27 Oct - 14:57




Well, thief... where are you?
Ft. Gwenaëlle & Eothain
 
L’Ouestfold, il n’y avait plus mis les pieds depuis près de trente ans. Alors, pourquoi être venu en ces lieux après autant d’années, pourquoi ne pas être resté dans les terres accueillante et rassurante du Rhovanion ? Il en avait simplement besoin de voir de ses yeux la bâtisse dans laquelle sa vie avait commencé et ce bien avant sa naissance. Outre cela, il était chargé d’une mission par son capitaine, celle d’aller récupérer des informations auprès d’un rebelle squattant ce lieu. L’allure paysanne d’Eothain le faisait aisément disparaître dans la foule compacte s’étalant telle une rivière humaine dans les allées du marché de la ville gouvernante de cette région. Il commençait à comprendre pourquoi c’était lui et non un autre qui était chargé de cette mission, c’était du pure suicide avec tous les gardes autours, mais pas seulement, c’était aussi chercher une aiguille dans une meule de foin, de quoi le tenir en ces lieux pendant quelques jours probablement. Ah, il devait être content de se débarrasser de lui le bougre, ça lui ferait des vacances de ne pas avoir à supporter ses airs arrogants et sa dépravation totale. D’un autre côté, cela l’arrangeait lui-même d’être loin des ordres et des gens susceptibles de profiter de sa faiblesse morale actuelle. Alors oui, il espérait quelque peu combler le trou béant creuser dans sa poitrine à la hache lors de la découverte de son ascendance et du récit de sa conception en venant sur les lieux même de ce crimes ô combien grand pour l’ancien seigneur de ses terres. Du moins, suffisamment à ses yeux pour condamné à la misère la femme et l’enfant pour expié son péché. Ses yeux noisette se posèrent sur le manoir qui arborait désormais les couleurs Izzal-Din puis, il s’en détourna à cause d’éclat de voix proche de lui. Des gardes aux manteaux rouges s’en prenaient à une jeune femme, probablement une voleuse, de façon assez virulente, la menaçant de la potence. La sécurité et la prudence auraient certainement dicté qu’il reste à l’écart et pourtant, il se porta au secours de cette dernière d’un pas nonchalant. « Ah, te voilà, mon amour. » dit-il en prenant la jeune brune par la hanche. Il s’adressa ensuite aux gardes puis au marchant courroucé. « Veuillez me pardonner, je m’étais égaré dans la foule et je suis celui qui ai l’argent. Tenez donc, mon brave et vous aussi pour le dérangement. » La ruse, il la connaissait bien, il avait lui-même été voleur par le passé avant de devenir soldat, bien qu’il se considère plus comme un rebus de l’humanité qu’autre chose. Il se tourna vers la jeune femme qu’il ne connaissait nullement, mais qu’il espérait assez intelligente pour ne pas faire plus d’esbroufe. « As-tu tout ce qu’il faut, ma chérie ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Natalie Portman
Messages : 67
Or dans sa bourse : 353
Date d'inscription : 21/10/2014


MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Mer 12 Nov - 15:53



Ouestfold. Gwenaëlle n'y mettait que très rarement les pieds, sans doute parce que la fréquentation était particulièrement douteuse et qu'en plus de cela, il y avait des gardes presque tous les dix pas et autant dire que dans son cas, cela lui refilait directement des boutons mais elle avait à faire ici et elle ne pouvait pas se permettre de faire la difficile, les temps étaient durs, les clients étaient plus ou moins nombreux même s'il fallait revoir les gains à la baisse et puis elle avait parfois besoin de se rendre en ville pour s'approprier de nouvelles choses de façon légale ou presque. Sans parler qu'elle risquait de finir en haillons tellement ses vêtements étaient abîmés, sachant que l'hiver s'annonçait rude, elle avait besoin de se couvrir, sinon elle n'était pas forcément sûr de pouvoir passer la saison. A peine les portes de la ville passée, elle s'était fondue dans la masse comme si de rien était. Personne ne faisait jamais attention à elle, et vu comment elle occupait son temps c'était parfait. Elle se nourrit à l’œil, alors qu'elle battait des cils devant un homme d'une taverne à moitié conscient, lui demandant dans un murmure si elle était une fille de joie et combien elle prendrait pour lui faire plaisir. Elle avait commandé un peu plus d'alcool et il avait été assez simple de le bercer avec les différentes boissons qu'il avait ingurgité. Elle avait eu un sourire complice avec la serveuse présente en salle, et qui devait sans doute subir ça à n'importe quelle heure du jour et de la nuit puis elle s'était éclipsée avec toujours autant de discrétion.

Elle s'était alors insérée dans les ruelles du marché et elle avait regardé avec une attention toute particulière les différents objets qui étaient présents sur les étales, elle avait discrètement volé un bijou qu'il lui avait tapé dans l'oeil et qui était plutôt à son goût. Elle avait plus ou moins négocié un vêtement chaud qu'elle ne pouvait se permettre de voler en toute discrétion. Par contre quelque chose d'autre avait attiré son regard, quelque chose qui pourrait sans doute lui rapporter un très bon prix à la revente. Elle prit son temps, elle circulait dans les allées, formant un cercle concentrique jusqu'à son point d'arrivée et elle prit alors ce qu'elle voulait. Ce qu'elle n'avait pas prévu cependant, c'est qu'une dispute éclate juste à côté d'elle et alors que l'objet lui glisse des mains sous les yeux de son propriétaire, qui lui agrippa violemment le bras avant d'appeler haut et fort les gardes rouges pour s'occuper d'elle. Un soupçon de peur s'insinua en elle mais elle le cacha en un rien de temps alors que son esprit essayait de relancer la mécanique pour pouvoir réfléchir et trouver un plan pour se sortir de là. Mais la solution ne vint pas d'elle, elle sentit une main se poser sur sa taille, se raffermir quelques instants après, juste assez pour l'attirer par les hanches et ainsi se retrouver contre le torse. Elle posa son regard sur lui et sans vraiment réfléchir, elle vint embrasser la commissure de ses lèvres avant de murmurer un merci à son oreille et de se décaler pour fixer le vendeur avec un sourire moqueur, l'assurance étant pleinement revenue. Et même si elle était pleinement reconnaissante auprès de l'homme, elle ne pouvait pas remercier aussi simplement, elle avait besoin d'énerver son monde. Elle se mordit la lèvre tout en regardant l'étale et elle prit une belle étole entre ses doigts fins avant de la poser sur ses épaules. « Hum finalement, j'aimerai bien prendre ça … Juste ça ... » Elle s'approcha de l'inconnu, posant ses mains sur son torse, les yeux dans les yeux. « Ne trouves-tu pas que cela me va à ravir ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Dustin Clare
Messages : 113
Or dans sa bourse : 606
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Là où on ne m'attend pas


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Ven 14 Nov - 15:03




Well, thief... where are you?
Ft. Gwenaëlle & Eothain
 
Clairement, il aurait sans doute mieux fait de passer son chemin et d’éviter de se mettre dans de plus sales draps qu’il n’est déjà. Un soldat de l’alliance en pleine Ouestfold, s’il se fait repérer c’est la mort assurée. Pourtant, si même il avait quelques doutes concernant la réussite de ce sauvetage inopiné, il ne le montrait pas et jouait le rôle du parfait mari, jusqu’au bout. Il observa la jeune femme, notant d’ailleurs qu’elle était plutôt jolie pour une femme en difficulté. Cependant, ce n’était pas le moment de la détaillée de haut en bas et de se laissé aller à des commentaires personnels sur les attraits certains de sa personne. D’un mouvement des yeux, il observa le vendeur, puis les deux gardes qui ne semblaient croire qu’à moitié à son petit numéro. Il allait falloir pousser le vice ou partir au plus vite, mais c’était sans compter sur la jeune femme qui semblait vouloir et bien… faire enrager le monde comme on dit si bien. Noter qu’il pouvait toujours la prendre en sac de pomme de terre sur son épaule et se tailler à toutes jambes, mais ça aurait été suspect. Ainsi donc, il laissa la jeune femme se coller quelque peu contre lui, c’était loin d’être la partie désagréable de l’affaire et lui décrocha un de ses plus beaux sourires. « La lune pâlirait de jalousie en te voyant aussi belle, mon amour. » Glissant ses mains autour des hanches de la jeune femme, il l’embrassa du bout des lèvres, quoi ? Aurait-il tort de se privé de profiter de la situation ? Il est un homme à femme rappelez-vous. « Je vais régler ta note. » S’approchant du marchand, il lui régla le prix de l’étole bien que ce dernier ne manque pas de lui faire la morale concernant le comportement déplacé de sa pseudo-épouse. « Vous savez comment sont les femmes enceintes, mon cher… imprévisible. » Tout en disant cela, il posa une main bien veillante sur le ventre pourtant plat de la jeune femme, mais bon une grossesse ça ne se voit pas tout de suite n’est-ce pas. Tout autant qu’il l’était lui-même d’ailleurs, il tapota l’épaule du marchand, non s’en en profité pour lui chiper de l’argent dans la bourse laisser sur l’étalage. « Bonne journée messieurs et encore pardon pour le dérangement. Viens, mon ange, il ne faudrait pas faire attendre ta mère et son fameux ragout. » Lança-t-il en reprenant la jeune femme par les hanches pour rejoindre la foule compacte et s’éloigner des gardes ainsi que du marchant avant de se faire repérer pour de bon. « Vous vous faites souvent offrir des choses comme ça par ceux qui viennent vous secourir ? » Demanda-t-il à brûle pour point à la jeune femme qu’il observait maintenant du coin de l’œil. Au cri qui survient par la suite, il se douta qu’il était désormais repérer. « Voilà qui devient fâcheux… » Ses souvenirs de la cité n’était plus très net, encore moins avec la foule amasser là, mais il parvient à aviser l’entrée des anciens égouts. « Par ici, je vous prie. » Même s’il ne laissa pas le temps à la jeune inconnue de protester en la poussant dans l’entrebâillement de la grille, qu’il referma quelques secondes avant que les gardes ne passent au pas de courses. « C’était moins une… »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Natalie Portman
Messages : 67
Or dans sa bourse : 353
Date d'inscription : 21/10/2014


MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Mer 19 Nov - 12:33



Gwenaëlle ne s'était jamais imaginée dans le rôle d'une femme au foyer, tenant sa maison, étant aux petits soins pour son mari et même avoir une ribambelle de gamins autour d'elles criant et hurlant autour d'elle à longueur de temps. Par contre, jouer le rôle d'une femme mariée, ça, ça lui plaisait vraiment et elle ne cachait pas l'envie d'en profiter surtout quand le faux mari en question était agréable à regarder et encore plus agréable au toucher. Sans parler qu'il profitait lui aussi de la situation, posant ses mains sur ses hanches, posant ses lèvres sur les siennes. Il aurait pu pousser le vice un peu plus loin et lui offrir un vrai baiser, cela aurait eu un peu plus d'impact auprès du marchand et surtout des gardes qui ne semblaient pas convaincus par leur numéro. D'accord, si c'était comme ça, elle allait mettre les bouchées doubles pour faire croire à la scène de ménage. Il se mit à sourire avant d'ouvrir la bouche et de sortir une énormité ridicule, digne des dragueurs pompeux et généralement fatiguant même plus quand ils avaient un petit coup dans le nez, mais elle n'allait pas critiquer ouvertement son sauveur. Elle le regarda alors avec un petit air suspicieux, le frappant légèrement à l'épaule. « Trop de belles paroles cachent quelque chose ! Tu étais encore à la taverne c'est ça ?! Ou c'était encore une de ses filles de joie … Même pire un homme ! » Elle ouvrit la bouche en un O parfait, un air choqué sur le visage mais les yeux pétillant de malice. Elle le laissa s'éloigner pour payer ce qu'il fallait, satisfaite de son petit effet avant de détourner le regard, cherchant la porte de sortie la plus proche pour échapper aux griffes des gardes ou encore du marchand malheureux.

Elle sentit alors une main se poser sur son ventre, entendant en arrière plan que son mauvais comportement et son mauvais caractère ne dépendaient que d'un seul élément, une hypothétique grossesse. Gwenaëlle n'avait pas besoin de ça pour pouvoir être désagréable. Et une chose était sûre, elle serait exécrable si elle était enceinte. Elle repoussa sa main d'un geste brusque. « Je n'ai pas de sautes d'humeur, maman a dit qu'il fallait attendre au moins le quatrième mois avant que ça arrive ! »  Elle fit semblant de bouder alors que son époux remerciait le marchand pour sa compréhension et qu'il posait sa main sur sa hanche pour l'éloigner de tout ce petit bazar. Elle se mit à rire à ses paroles, le fixant avec un grand sourire. « Non généralement je ne me fais pas prendre, sans doute un petit moment de faiblesse de ma part. Après vous êtes un homme, et je suis sûre que vous êtes une connaissance certaine du fonctionnement féminin et nous adorons qu'on nous offre des choses. Et je vous remercie vraiment beaucoup. Dois-je faire quelque chose pour vous ... »  Gwenaëlle ne prit pas le temps de finir sa phrase quand elle entendit un cri et qu'elle vit que quelqu'un les pointait du doigt. Il la poussa en direction des grilles des égouts et ils se retrouvèrent coincer presque l'un contre l'autre, attendant que les gardes passent devant eux sans les voir mais toujours à leur recherche. Elle lui lança un regard noir, tout en se mettant à murmurer avec énervement. « Et vous ça vous arrive souvent de sauver des gens pour ensuite les mettre en danger et les pousser dans les égouts. » Elle soupira. « Qu'est-ce qu'ils vous veulent?! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Dustin Clare
Messages : 113
Or dans sa bourse : 606
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Là où on ne m'attend pas


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Mer 19 Nov - 14:47




Well, thief... where are you?
Ft. Gwenaëlle & Eothain
 
Eothain savait jouer la comédie, cela doit d’ailleurs être une des choses qu’il fait le mieux après le combat. Ce rôle-ci, ce n’était pas la première fois d’ailleurs qu’il l’interprétait. Cependant, dans la vraie vie, il ne se voyait absolument pas marié et encore moins père. Il s’était totalement fermé à cette perspective et détourné de l’idée depuis de très nombreuses année. Comment cela, il condamnait la lignée de l’Ouestfolde à l’anéantissement ? Il n’avait pas demandé à avoir l’ancien seigneur de cette partie du Rohan comme géniteur aux dernières nouvelles, alors pourquoi se sentirait-il quelconque devoir envers cette famille qui l’avait condamné à la pauvreté ?  Bref, la situation le faisait rire à tous les coups, se prétendre ce qu’il ne sera sans doute jamais et pour le coup, il avait trouvé une partenaire des plus convaincante. Il leva les mains en signe défensif lorsque la jeune demoiselle balança sa réplique sur la taverne, les femmes et… les hommes. Non mais, elle est voyante elle ? Cela aurait pu le surprendre, mais après tout, il ne la connaissait pas, comment aurait-elle pu connaître tant de chose à son sujet. « Je plaide coupable pour la taverne, mais je suis totalement innocent du reste. Et puis, je n’ai bu qu’une pinte, je te le promets. » Bon, en vérité il n’avait même pas encore fait un saut à la taverne du coin, ce qui restait un exploit pour lui d’ailleurs, mais cela ne manquerait pas de venir et puis, il fallait bien qu’il crèche quelque part pendant son séjour non ? Séjour qui risquait d’être mouvementé, déjà qu’il commençait à se faire taper dessus par une inconnue, même dans le but de la sauvé ça devient gênant. « Mais aïe… je commence à croire qu’elle s’est planté et que c’est à trois mois que ça commence. Je suis un homme battu ! » Sur ces entre faits, ils purent prendre la tangente de façon calme afin de ne pas attirer sur eux l’attention. Il roula les yeux au ciel lorsqu’elle répondit qu’elle avait été dans un moment de faiblesse  et que c’était pour cela qu’elle s’était fait prendre. « Vous me paraissiez pourtant très en forme. » Il éclata ensuite de rire quand elle supposa qu’il avait connaissance du fonctionnement féminin. Alors là, il ne s’y était jamais vraiment intéressé. Les seules femmes qu’il fréquente sont celles des bordels et celles qui sont dans l’armée et ces dernières sont souvent presque des hommes. Le genre de femme qui, si vous osiez seulement leur faire un cadeau vous castrerait sur place et vous traiterait de gougeât. C’est qu’elles tiennent à être traitées en égales aux hommes et il pouvait sans peine le comprendre. « Tous les hommes ne sont pas des connaisseurs du fonctionnement féminin, mademoiselle. Personnellement, je ne m’y suis jamais vraiment intéressé, je n’ai pas la prétention de vouloir d’une épouse et d’une vie de famille. » Le moins d’attache sera le mieux, il avait déjà souffert de la perte de quelqu’un de cher et n’avait pas l’intention que cela recommence à dire vrai. La suite de la conversation fût coupée court vu que les gardes semblèrent se rendre compte qu’ils avaient été pris pour des pigeons et le marchand avec eux.  Les égouts étaient le seul moyen de s’en sortir, mais ce n’était pas au goût de la jeune femme. Diantre, le voilà coincé avec une emmerdeuse. « Non, jamais à dire vrai. Vous auriez préférez finir à la potence ? Si, c’est le cas, je veux bien vous y menez moi-même ça ira plus vite. » Dit-il en la regardant avant de s’enfoncer dans les égouts. « Je doute qu’ils en aient réellement après moi, ça doit faire au moins trente ans que je n’ai pas mis les pieds ici et à l’époque j’étais un enfant. Dites-moi, vous n’auriez pas volé d’autres marchands aujourd’hui ? » Il inspecta la paroi du lieu pour se repérer et s’en remettre à ses souvenirs. « Bon, vous avez le choix, me suivre jusqu’à l’extérieur de la ville ou rester là jusqu’à la nuit tombée pour ressortir. » Ce n’est pas que, mais il avait autre chose à faire aujourd’hui. Comme de trouver une auberge pour dormir, repérer les lieux pour retrouver son contact, afin de retourner au plus vite à Dale ou à Erebor, selon l’endroit où son supérieur l’attendrait pour son rapport.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Natalie Portman
Messages : 67
Or dans sa bourse : 353
Date d'inscription : 21/10/2014


MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Mar 6 Jan - 18:35



Jouer la comédie, faire semblant d'être une femme enceinte et concrètement sauver sa vie avait été agréable cinq minutes ; avoir les gardes aux fesses et se retrouver à se cacher comme des rats dans les égouts, c'était réellement dégoutant. Gwenaëlle avait immédiatement perdue son sens de l'humour et maintenant elle allait devoir attendre que les choses se tassent pour pouvoir à nouveau montrer le bout de son nez. Elle n'était pas complètement sûre qu'elle était la seule qui était recherchée dans le duo rocambolesque qu'elle formait avec l'homme présent à ses côtés mais visiblement émettre l'hypothèse contraire n'était pas une bonne chose si elle ne voulait pas finir à la potence. D'ailleurs il ne tarda pas à le lui faire remarquer et elle lui lança un regard mauvais, qui ne devait sans doute pas vraiment se voir dans l'obscurité. « Attention à ce que vous faites, c'est ... » Elle poussa un gros soupir tout en fermant les yeux puis elle grimaça. « Je vous remercie de m'avoir sauvé la vie … Pour autant si c'est pour me rendre déjà aux forces de l'ordre je vous emmène avec moi, je n'aurais qu'à inventer quelque chose où je pourrais être bien plus crédible dans mon rôle que celle d'une jeune mariée et enceinte d'un homme comme vous. » Elle le suivit un peu plus dans les couloirs sombres et puants des égouts, fronçant le nez à chaque nouvelle odeur infecte.

Gwenaëlle secoua la tête avant de répondre. « Non c'était le seul et le premier d'ailleurs depuis que j'ai commencé à visiter la ville. Je préfère les grands chemins, les arbres, les buissons, les jeux d'ombre et de lumière qu'on trouve en dehors des villes, les nobles et compagnie ne peuvent se déplacer sans leur carrosse et leurs énormes bagages du coup ils ne prennent pas les chemins dérobés et ils se font souvent avoir. Ici, c'est plus compliqué et puis avec toute cette vermine d'Izzal Din qui circule moi ça me rend malade. Mais peut-être que vous ressemblez à quelqu'un qui a été connu ici et que de ce fait, on vous trouve un air particulier et peut-être suspect. Après tout je ne vole que pour survivre. » Elle le laissa faire ses petits inspections, ne faisant pas une seule remarque en attendant qu'il finisse ce qu'il faisait. « Je vais vous suivre avec plaisir … Je ne suis pas très rassurée de rester seule ici jusqu'à la nuit, j'aurais peur de me perdre et puis l'endroit est un peu trop confiné. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Dustin Clare
Messages : 113
Or dans sa bourse : 606
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Là où on ne m'attend pas


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Ven 9 Jan - 12:16




Well, thief... where are you?
Ft. Gwenaëlle & Eothain
 
Les égouts ne sont une partie de plaisir pour personne, mais c’est aussi ça qui les rend aussi salutaire, c’est que peu de gens s’imaginent qu’ils peuvent constituer une échappatoire. Pour l’heure, il était tout de même urgent de sortir de là avant que l’un ou l’autre ne soit pris de nausée ou que vu l’odeur insupportable, ne décide de quitté cet abris de fortune. Oh, il ne doutait pas qu’elle serait capable de le faire pendre avec elle, mais il n’était pas homme à se laisser narguer de la sorte et visiblement elle non plus. Quel duo ! S’ils parvenaient à se sortir de là, ce serait presque un miracle puisqu’ils commencent déjà à se disputer. « Un homme comme moi… qu’est-ce que vous savez de moi, mademoiselle… pas plus que je n’en sais sur vous après tout. Ne soyez donc pas trop prompte à émettre de jugement à mon sujet voulez-vous. Vous ne savez pas mon nom et je ne sais pas le vôtre. Quelle fine équipe ! » Dit-il sur un ton amuser et décontracté avant de  sortir de sa poche un bout de tissu du quel il se servit pour masquer son nez et rendre l’odeur un brin plus supportable. Il écouta alors sa litanie sur ses préférences en matière de vol. Lui n’avait jamais commis de larcin que dans des villes, en tant qu’orphelin il ne pouvait pas trop s’éloigné de la maison mère et Dale était du genre très fréquentée. En même temps, cette cité était l’un des nombreux centres de commerce du nord avec Esgaroth. Il ne volait pas tellement pour survivre à l’époque, uniquement pour sustenté un peu plus son estomac. Ce n’était pas le bouilli infect qu’il recevait matin, midi et soir qui aurait su le nourrir correctement après tout. C’était une autre époque, enfin pour lui-même, car il supposait qu’il y avait encore bon nombre d’enfant qui comme lui devait désormais se contenté que ça. La guerre ne fait pas que des cadavres après tout. Ressembler à quelqu’un qui a été connu par ici… Peut-être, il ne s’était jamais interroger sur la ressemblance qu’il avait avec son père naturel. Il ne l’avait de toute façon pas connu et puis, il se souvenait à peine du visage de sa mère. Elle s’effaçait de plus en plus à mesure que les années passaient. Autant finalement ne pas relever la remarque. « Si vous êtes plus à l’aise dans les grands espaces, pourquoi êtes-vous ici ? » demanda-t-il alors sur le ton de la discussion. Pour sûr que l’endroit était confiné et puant surtout. Ils se mirent donc en route pour trouver l’extérieur de ces remparts dégoutants.  « Vous devriez vous couvrir le nez, ce sera un peu plus confortable.  Vous ? Une grande fille forte, vous avez peur de quelques rats ? » Lança-t-il avec ironie. Il se promettait mentalement de prendre un bain bien odorant dès qu’il trouverait une auberge. Jamais il ne posa les yeux sur les eaux souillés dans lesquelles il barbotait, sinon il serait capable de rebrousser chemin. Arriva alors ce qu’il redoutait  l’arrivé d’un boyau sur sa droite et l’un sur sa gauche. Là, c’était la tuile, cela n’existait pas dans ses souvenirs. « Bon… » Il fouilla sa poche en quête de son briquet et d’un bout de bois qu’il alluma avant de le tendre au centre de l’intersection. Il regarda la flamme vacillé vers la gauche, indiquant vers où soufflait le vent.  Il posa alors pour la première fois les yeux sur le liquide brunâtre à ses pieds. « Essayons à gauche, même le courant semble aller par là… Au pire, si on se perd, vous me casserez les pieds, n’est-ce pas ? »  

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Natalie Portman
Messages : 67
Or dans sa bourse : 353
Date d'inscription : 21/10/2014


MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Mer 28 Jan - 13:15



Gwenaëlle devait cacher son sourire, il semblait que son sauveur et connaisseur des plans des égouts de Ouestfold, avait un sale caractère et il ne fallait pas le titiller longtemps pour le faire réagir au quart de tour et autant dire qu'elle adorait ce genre de personnes. Elle était agaçante au plus au moins et elle aimait pousser les gens dans leur retranchement, voir jusqu'où ils pouvaient aller mais c'était souvent dans ces moments-là qu'ils montraient leur vraie nature, qu'ils sortaient de leur carapace bien construite aux yeux de la société et qu'ils s'affirmaient. Vivre seule lui gardait au moins le bénéfice de quelque chose, elle restait spontanée dans toutes les situations ou presque. Elle le laissa s'exprimer jusqu'au bout et sans rien répondre à sa tirade, elle dit tout haut « Gwenaëlle. » Elle le vit se retourner un bref instant et elle reprit doucement. « Je m'appelle Gwenaëlle. » Elle le vit se couvrir la bouche et le nez pour se protéger des odeurs qui circulaient à travers ces boyaux interminables. Elle regarda à nouveau à ses pieds, un clapotis désagréable se formait à chacun de ses pas, son esprit tenta de faire la liste de tout ce qui pouvait se trouver sous elle et dans quoi elle était en train de patauger. Elle sentit un haut-le-cœur la surprendre et elle prit à son tour un linge pour éviter de respirer tout ceci et de ne pas s'intoxiquer un peu plus.

Pourquoi trainait-elle à Ouestfold ? Parce qu'elle n'avait pas le choix tout simplement. « On ne peut pas toujours tout voler … Si je suis venue en ville c'est qu'il fallait que je règle quelques petites choses, que je m'approvisionne dans d'autres … Et puis voir un peu de monde, ça réchauffe parfois le cœur. ». Elle avait besoin de contact humain, sentir que le monde continuait à tourner loin de ses propres préoccupations. Elle partirait ce soir, une fois qu'elle serait sortie de cette affaire, elle avait eu assez de contact avec l'humanité pour quelques temps. Se poser, s'attacher, c'était des choses qu'elle ne savait pas faire. « Et vous ? Vous êtes originaire du coin ou vous êtes juste de passages ? » Elle sentit quelque chose la frôler au niveau de la cheville et elle poussa un petit cri avant de se mordre la lèvre. « On a tous des peurs … Et moi je n'aime pas les rats, ils sont répugnants et porteurs de beaucoup de maladies. » Elle se rapprocha un peu de lui quand ils arrivèrent à l'intersection et elle se mit à rire. « Oh oui je vous casserais les pieds, mais ça je ne suis pas obligée d'attendre qu'on se perde pour ça. » Ils se mirent alors en route dans la direction que semblaient suivre et le vent, et le courant de l'eau. Elle sentit au fur et à mesure le boyau s'incliner en une pente de plus en plus importante. Elle sentit sa botte glisser une première fois. « Il faut faire attention. » A peine avait-elle fini de dire ça, qu'elle se sentit totalement glisser, l'emportant avec elle. La chute ne fut pas très longue et ils finirent pas sortir du boyau, lui s'effondrant à terre le premier et Gwenaëlle tomba lamentablement sur lui. « Pardon » Souffla-t-elle en le fixant dans les yeux. Elle se redressa et elle lui tendit la main. « Au moins on est sortis de là ... »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Dustin Clare
Messages : 113
Or dans sa bourse : 606
Date d'inscription : 07/10/2014
Localisation : Là où on ne m'attend pas


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   Lun 2 Mar - 12:00




Well, thief... where are you?
Ft. Gwenaëlle & Eothain
 
Gwenaëlle. Ah, au moins il avait appris quelque chose. « Joli prénom. » fini-t-il par répondre. « Eothain. Comme ça les présentations sont faites. » Ce serait aussi sans doute plus pratique pour la suite, même s’il doutait réellement qu’ils restent en la compagnie l’un de l’autre très longtemps après être sorti de là. Quoi que l’avenir le leur dira. Ainsi donc, la jeune femme avait besoin de contact humain ? Oh, il n’allait pas l’en blâmer, pas lui qui passait ses nuits dans les bras des putes. Il avait toujours eu besoin des autres pour se sentir en vie, c’est peut-être d’ailleurs pour ça que Telia était devenu la sœur qu’il n’aurait jamai, Eold une espèce de frère aîné qu’il aimait autant qu’il détestait, puis c’était son supérieur hiérarchique et enfin, il y avait Beren, son meilleur ami, presque frère aussi d’ailleurs pour lequel il se faisait pas mal de mouron depuis qu’il était au service d’Elendil. Il n’était pas aveugle, il avait vu les sentiments de ce dernier pour le semi-elfe et compris les problèmes que ça risquait d’apporter à l’humain. Un léger soupire à cette pensée lui échappa et son estomac se noua à la pensée seule de la possible souffrance de son ami. C’était aussi pour ça qu’Eothain refusait de s’engager, de se marié et d’avoir une vie ranger. D’abord, parce qu’en tant que bâtard, il ne s’en sentait pas légitime et puis, il avait assez perdu et il perdrait encore autant ne pas se briser le cœur dans une histoire d’amour. « Je vois, ce sont des buts tout à fait louable à mon sens, mais probablement qu’au mien dans le secteur. » Les rats… Il ne les aimait pas beaucoup, mais il ne les craignait plus depuis qu’il avait vécu dans un orphelinat qui en était infesté. On apprend à les tolérer dans le fond aussi surprenant que cela soit. «La seule chose que je redoute, c’est l’attachement sentimentale. Le reste, je suis désinhibé. » À force de tuer des créatures plus étranges les unes que les autres, de tuer simplement et de se rendre compte qu’on est rien de plus qu’un tas de chair tenue ensemble par de la peau, des os et qui fonctionne grâce à quelques organes… On fini par admettre qu’on doit tous mourir et que si on veut rester en vie, il faut éviter d’avoir peur. « Je suis originaire d’ici, mais je ne suis que de passage. Je vis actuellement dans le Rhovanion. » Il tourna son regard vers la jeune femme. « Ouais, je suis dans la résistance. » Qu’elle aille le raconté, peu lui chaut… il risquait sa vie bien assez souvent donc et il avait la ferme intention de pas desserrer les dents, même sous la torture. Étrangement, il n’en doutait pas un instant qu’elle lui casserait bien les pieds avant même qu’ils ne se perdent, mais ils ne se perdirent pas. À peine les égouts se mirent-ils à descendre et qu’elle eut mentionné qu’il fallait se méfier qu’ils étaient déjà dehors, l’un sur l’autre et lui avec une douleur lancinante dans le bas ventre à cause de la réception de la jeune femme sur lui. « Oh vous pouvez bien… vous avez l’art de tomber où il ne faut pas. » Il grimaça avant de se saisir de la main de la jeune femme et de se relever. « Ouais, voyons le verre à moitié plein. » Il se plia en deux le temps de faire passer le coup et regarda devant lui. « Dans deux kilomètres, il y a une auberge, c’est là que je vais. J’envisage un bon bain, un repas chaud et une bonne nuit de sommeil. Vous venez avec ou nos chemins se séparent ici ? » 

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Well, thief... where are you? ft. Gwenaëlle
» 02. Gay Thief, really?
» Prénoms ( pas vraiment un test)
» 06. [Pierce-Holcomb's] The Unicorn and the Thief
» Zangetsu l'hermite ACCEPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: Aller & retour :: Il y a fort longtemps...-