RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't Give Up [Pv Sirillë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Lun 1 Sep - 17:32


D'ont give up
Sirillë Slinyälin & Telia Sovatys

Il fait sombre…Une lumière au loin. Je sens la faiblesse m’envahir…Mes convictions me quitter. Tout semble si lointain. Des voix…elles sont loin et pourtant si terrifiantes. Je ne les comprends pas…Que disent ses voix…Je suis à moitié consciente…Ma tête dodeline de gauche à droite sans que je puisse faire quoique ce soit…Je voudrais dormir…Simplement m’endormir et être plongé dans des songes doux. J’aimerai me reposer…reprendre tout cela plus tard…Mais ce n’est pas possible…Une main rugueuse et puante vient heurter violemment ma joue, me réveillant. Je sans le gout du sang envahir ma bouche. Je les vois maintenant. Affreux, puant et sale, avec leur yeux stupide. Et pourtant, je suis là, attachée, impuissante. Je suis à leur merci. Je ne peux pas lutter, attacher solidement par des liens qui m’entament la peau et me brûle. J’ai mal mais pas assez pour leur faire le plaisir de geindre, de crier ou de les supplier. Mon regard bleu parcours la salle sombre où je vois un corps allongé, et une elfe dans le même état que moi. Elina…Gwail…J’entends une créature râlait et surement poussé un juron…Je les vois secouer le pauvre Gwail…Il est parti…mort…J’ai envie de hurler ma haine, ma douleur, mais juste la flamme de la fureur traverse mes prunelles. Ils ne l’emporteront pas. Ils changent de cible et je les arrête. Leur sourire…leur dent pourris. Ils sont affreux. Alors l’un me frappe à l’abdomen me coupant le souffle tandis qu’un autre m’enfonce une lame chauffé à blanc dans l’abdomen me laissant pousser un hurlement. Je sens les perles de sueur dégouliner le long de mon front, de mon dos. Je voudrais que cela s’arrête. J’ai trop mal…Alors qu’ils éclatent de rire devant ma douleur, je vois le visage se transformé. Ils prennent la forme de ce que j’aime. Mon père…Elendil…Siri…Edwyn…Throrilin…Je lutte pour me défaire des liens qui ne font que m’entamer d’avantage la peau. Puis le visage de mon père apparait de nouveau. Je le supplie de m’aider…de me détacher…De me sauver mais il ne fait que poser son regard sur moi, de rigoler, de prendre une lame et tandis qu’il me l’enfonce doucement dans mon ventre, il me murmure à l’oreille… « J’aurai souhaité un fils… »

Mon hurlement déchira l’air tandis que je me redressais violemment. Encore un cauchemar. Maudit cauchemar, maudit rêve, ne me laissant pas dormir en paix. Mon cri avait visiblement alerté mon guérisseur qui entra dans ma chambre précipitamment. Il posa un linge frais et humide sur mon front, en me forçant à me recoucher. Mais je n’avais nulle envie de me rendormir. Je laissais cependant changer mon bandage et j’en profitais pour regardais l’allure de la plaie. Elle n’était pas belle, mais elle aurait pu être pire. La chair cicatrisait lentement. Ma jambe avait la même allure. Il voulut me faire avaler une potion pour me faire dormir mais je le menaçais de lui trancher la gorge si une goutte de sa mixture passait mes lèvres. Il soupira commençant à s’habituer à mes crises de colère, mais il n’insista pas. J’en profitais pour lui demander si j’étais autorisé à me promener dans la cité elfique. Son hésitation avant de me répondre non, ne fit que m’énerver. Je le traitais de tous les noms d’oiseaux que je pouvais trouver, le menaçant de toutes les façons possibles. Il refusa néanmoins ma demande.

Je sortis de mon lit furieuse. Il me regarda faire sans bouger. Je haïssais le calme légendaire des elfes. Celui-là plus que les autres. Trop calme, trop impassible à mes accès de colère. Il finit par me laisser seul, en fermant la porte à clé pour s’assurer que je ne sorte pas. Cela provoqua un léger sourire sur mes lèvres. Mes yeux se posèrent sur la brosse à cheveux posé sur la coiffeuse. Il ne me connaissait pas…j’attrapais une robe dans l’armoire pour me vêtir. Une robe brune, simple et légère. Je nattais rapidement mes cheveux en une longue natte épaisse avant d’attraper la brosse qui avait failli atteindre Elendil quelques jours plus tôt et j’arrachais de pique de fer. Je m’approchais de la porte et me baissais au niveau de la serrure. J’introduisis les deux fils de fer et je cherchais le mécanisme avant d’entendre le bruit caractéristique d’une porte qui se déverrouille. Un petit sourire victorieux s’installa sur mes lèvres.

Sortir de cette chambre me fit le plus grand bien. Je m’arrêtais, fermant les yeux et inspirant profondément. Sirillë. Je voulais voir mon amie, prendre des nouvelles de sa santé. Je croisais un guérisseur et lui demanda où se trouvait l’elfe blonde. Il m’indiqua l’endroit bien qu’un peu méfiant, mais je le remerciais d’un sourire sincère et gentil. J’arrivais devant la porte de la chambre de Siri et je frappais avant de pénétrer dans la pièce. Je vis mon amie mais ce que je vis…elle était l’ombre d’elle-même. Sa peau aussi pâle que ses cheveux argentés, ses yeux n’avaient plus l’éclat qu’ils avaient dans le passé. Elle avait perdue pas mal de poids également. Pauvre Siri…Telia avait mal de la voir ainsi.
« Sirillë…Par Iluvatar… »


Je n’avais pas de mot en dehors de ceux qui se voulait tout sauf réconfortant. J’essayais de les lui dire avec le plus de douceur possible, bien que cela ne soit pas mon fort. Je m’approchais de l’elfe et lui attrapais les mains.
« Ne te laisse pas dépérir. Ce n’est qu’une flèche…tu as vu bien pire…S’il te plait…Ne laisse pas la tristesse d’Eryn Lasgalen te détruire. Où est passé l’elfe qui m’a appris à me battre ? Je t’interdis de te laisser aller ainsi ! Tu es une combattante…alors bas toi ! Vous avez perdu un Roi, un prince et bientôt une Reine…Mais ce n’est pas la fin de tout ! Nous pouvons encore nous battre ! Nous n’avons pas fait tout cela pour rien, nous n’avons pas risqué nos vies pour rien ! Gwail…ne doit pas être mort en vain…tout comme Beoden. S’il te plait…Bas toi ! »


copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Emilia Clarke
Messages : 39
Or dans sa bourse : 298
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Mar 2 Sep - 11:49


 

 

Don't give up
ft. Elinà Stormborn” Eryn Lasgalen respirait le calme, mais aussi la mélancolie et ce n’était certes pas ce dont avait besoin Sirillë en ce moment. La solitude, elle l’avait bien longtemps tolérée et rechercher par le passé, mais ici elle n’en voulait pas. Elle n’avait jamais été aussi seule en ces lieux. Incapable de sortir de cette chambre pour cause de blessure grave. Ah, elle en aurait ri en arguant que ce n’était qu’une flèche, que d’autres étaient plus gravement atteints qu’elle, si elle n’avait pas senti à quel point le guérisseur avait raison. Elle ne tenait presque plus sur ses jambes, elle avait beau se reposer alors qu’en général c’était non nécessaire aux elfes, elle n’en était pas moins fatiguée. Elle mangeait ce qu’on lui apportait, mais le sentiment de satiété restait éloigné d’elle. Alors, elle dépérissait, elle n’y croyait simplement plus au bout de si nombreuses semaines à tenter de se remettre sans faire un pas vers un mieux. Une blessure qui ne guérit pas, qui refuse de cicatrisé et un poison inconnu qui continue de faire son office dans ses veines désormais trop visible sous sa peau pâle. Elle aurait préféré que la flèche ne manque pas son cœur, que tout se finisse vite au lieu de devenir chaque jour un peu plus un cadavre ambulant, incapable de tenir ne fusse qu’une conversation dans son entièreté vu la vitesse avec laquelle elle se fatiguait. Son corps l’abandonnait simplement, rongé par un mal qu’elle ne pouvait combattre seule et contre lequel les différents onguents et mixture étaient inactif. Ils ralentissaient, mais ils ne soignaient pas. Allongé sur son côté au milieu des draps éparses de son lit, elle fixait la flamme d’une bougie qui se consumait lentement. Son esprit fit rapidement le lien avec sa propre situation. Le temps était son ennemi à présent et si elle avait même voulu faire un tas de chose avant de partir, elle ne le pouvait pas. Ordre des guérisseurs comme de sa propre enveloppe charnelle. Pourtant, elle aurait voulu juste une fois revoir les bois de la Lothlorien dans leur splendeur d’autres fois. Il fallait cependant se rendre à l’évidence, sa bien-aimée forêt, le pays de sa naissance et de son enfance dépérissait lui aussi ronger par un mal tenace qui ravageait déjà la majorité des terres du milieu. Alors, elle ferma les yeux et plongea dans ses souvenirs, revoyant ses jeunes années et les visages des gens qu’elle avait chéri plus que tout au monde, ceux-là même qui était partit pour les terres immortels depuis bien des siècles ou qui avaient péri d’une façon ou d’une autre. Un hurlement dans le pesant silence la sortit de ses rêves éveillés et la fit se redresser, non sans peine. Ce n’était pas la première fois, ce ne serait probablement pas la dernière non plus, que quelqu’un hurlait de la sorte. Un frisson lui parcouru le corps et elle se tira de sa literie pour se rendre jusqu’à son fauteuil près du balcon afin de profiter de la vue sur la cité. Elle referma sur elle la lourde cape qu’elle avait laissé là pour s’emmitouflé le cas échéant. Le vent qui hantait les couloirs était froid, l’hiver était enfin arrivé et avec lui la neige, enfin c’est qu’elle avait entendu. Un hiver plus rude que jamais d’après les plus anciens qu’elle se demanda comment cela était seulement possible. On frappa à la porte avant qu’elle ne l’entende pivoter sur ses gonds. Elle tourna alors la tête pour voir arrivé dans son champs de vision la personne pour laquelle elle se tracassait le plus et qui pourtant d’un certains point de vue était bien plus en forme qu’elle. Des suppliques, encore des suppliques, comme Elinà avant elle qui n’avait pas l’air de comprendre que ce n’était pas tant la souffrance de son peuple qui la plongeait dans cet était de semi-mort. Les mains chaudes de Telia se serrèrent autour des siennes qui lui semblèrent alors bien plus glacée que le vent lui-même. Cependant, elle ne pouvait blâmer les gens de ne pas être au courant des détails de son état. Elle aurait aimé que ce ne soit qu’une flèche, elle aurait été sur pied aussi vite que le fût Elinà, si pas plus rapidement d’ailleurs, elle n’avait pas eu d’os brisé comparé à son amie et ça n’aurait été qu’une flèche. « J’aurais aimé que ce ne soit qu’une flèche. Si, cela n’avait été qu’une flèche, je serais déjà repartie sur les routes comme si rien ne s’était passé. » L’air las qu’elle arborait depuis de nombreux jours ne quitta pas son visage, elle se tassa simplement un peu plus dans son fauteuil et regarda à nouveau la cité par-delà le balcon. « Elle était empoisonnée. Un poison inconnu de tous, probablement fabriqué par les alchimistes du roi-sorcier. Les guérisseurs réussissent à me garder en vie, mais pas à me soigner. Je ne veux pas de cette vie-là, rester assise ou couchée, sans la force de me déplacer, sans être capable de me sentir reposée ou rassasiée quand je mange. Rester là à attendre qu’on ne puisse plus rien, que la plaie se rouvre en continu… De la guerrière, il ne reste plus rien et la mélancolie de mon peuple n’y est pour rien ou du moins pour pas grand-chose. Longtemps, les chants et les pleures furent ma seule compagnie, mais je ne pleure pas la perte d’un elfe que j’ai à peine connu. Je pleure ma vie brisée par un moment d’inattention et je pleurerais la perte de la reine, car elle fût ma plus précieuse amie durant ces deux cents dernières années. » ”

 
© charney

 




   
• Don't look back •
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires, qui nous préservent du mal. De simples actes de bonté et d'amour. -Gandalf-

     
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Dim 28 Sep - 11:05


 
D'ont give up
Sirillë Slinyälin & Telia Sovatys

 
Le discours de Sirillë ne me surprit pas plus que cela. À vrai dire je m'attendais un peu à sa réponse. Le poison qui coulait dans son organisme et qui l'affaiblissait. Elendil m'en avait informé et j'avais longuement réfléchi au sujet de cela. Ce poison qui l'affectait tant. Cette flèche qui l'avait transpercée était empoisonnée, mais les tireurs Izzal n'avaient pas fait que touché Sirillë. Certes, Liden avait était mortellement touché et mort sur le coup. Mais j'avais aussi été touché à une flèche. Elle avait transpercé ma cuisse. Et pourtant, je n'étais pas malade. Pourquoi les archers auraient pris la peine d'empoisonner qu'une seule flèche et non toutes ? Ce n'était pas logique ou du moins je ne trouvais pas cela logique. J'aurai du être affecté par le poison et j'étais quasiment guérie. La plaie de ma cuisse était refermée, juste les chairs à l'intérieur était broyée et donc me faisait souffrir. Mon abdomen était en cours de cicatrisation. Et je n'étais qu'une simple humaine. Elle était une elfe. Je ne comprenais pas. Alors j'avais émis mes hypothèses. Et je priais Ilù pour qu'elle soit juste. Si elle l'était nous avions du souci à nous faire car les alchimistes du camp adverses étaient plus redoutables que prévus.
"Je sais pour la flèche. Elendil m'a dit qu'elle était empoisonnée. Mais je trouve cela étrange. Tu n'es pas la seule à avoir été transpercé par une de ces flèches. Pourquoi auraient-ils empoisonné une seule flèche parmi des dizaines ?"

  Mon regard azur plongea dans celui de mon amie. Je voulais qu'elle fasse le même raisonnement que moi. Je voulais qu'elle en vienne à la même conclusion de son propre chef. J'allais juste la guider sur le chemin de mon raisonnement. En espérant qu'elle pense que ce soit la même chose.
"Alors que je bandais mon arc une de leur flèche m'a transpercé la cuisse et pourtant, je suis là devant toi, quasiment, guérite... Ne trouves-tu pas cela bizarre ? Que seule, toi soit malade ?"

Je me redressais pour marcher et ne pas laisser ma jambe s'engourdir.
"J'ai aussi failli sombrer, j'ai failli laisser l'envie de me battre m'envahir. J'étais à deux doigts. Envahis par les cauchemars, par la peur et par le désespoir de voir cette foutue blessure un jour se refermer. Et quelqu'un m'a donné la force d'affronter tout cela, de remonter la pente. Je vais mieux après mettre battu contre moi-même. Mes cauchemars sont toujours là, la peur aussi. Mais j'ai envie de reprendre mon arc, de retourner sur-le-champ de bataille, de reprendre mon poste. Je le souhaite plus que tout au monde. Je me bats contre moi-même pour aller mieux. Je me bats contre mon état physique qui m'empêche de sortir."

Mon regard se posa sur la cité. Bientôt, je reprendrais mon poste de commandante des archers du Gondor. Je retournerais m'entraîner avec Vagabond. Je reprendrais ma vie d'avant. Et recommencerais à tuer des Izzal Din, des orques, des gobelins et toutes autres créatures ayant rejoins l'Usurpateur. Je n'allais pas me laisser m'abattre. Je retournais vers mon amie.
"Et si ta guérison ne dépendait que de toi ? Est-ce que tu l'as envisagée ? Les guérisseurs te maintiennent en vie. Ils t'empêchent de partir. "


JJe m'agenouillais de nouveau devant mon mentor et pris ses mains et les serrais.
"Je pense que ta guérison ne dépend que de toi. Je sais que tu es une guerrière, une battante. Alors bats-toi. Ne laisse pas ce poison te détruire Siri. Ne les laisse pas gagner. Ils savent que les guérisseurs elfiques sont meilleurs que les leurs alors ils cherchent une autre façon de tuer les elfes. Ne leur donne pas cette satisfaction. Combats-le. Personne ne peut le faire à ta place. Nous pouvons juste te soutenir."

Un doux sourire triste s'installa sur mes lèvres.
"Tu as été là pour moi dans ma jeunesse. Tu m'as aidée. Maintenant, c'est à mon tour d'être là pour toi. Ne me laisse pas."

 
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Emilia Clarke
Messages : 39
Or dans sa bourse : 298
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Mar 28 Oct - 9:01


 

 

Don't give up
ft. Telia Sovatys” Les prunelles claires de l’elfe ne quittèrent pas la jeune humaine des yeux sans pour autant comprendre toute la portée de son plaidoyer. S’il existait un tel poison, alors il faudrait assurément que les peuples libres commencent immédiatement à se faire du mourront. C’est précisément ce qui lui fit écarté d’emblée cette possibilité, car les premiers jours, elle s’était réellement battue que cela soit audible ou non et malgré ce combat acharné et cette volonté de vivre, il n’y avait pas eu d’amélioration dans son état, il s’était même parfois aggravé. La première fois que la plaie s’était rouverte, elle avait même cru que c’était de sa faute, qu’elle avait été trop prompte à se lever ou à faire le tour de sa chambre. Le temps lui appris qu’en vérité ce n’était pas son œuvre à elle. Cependant, elle devait admettre qu’elle n’avait pas tort sur un point, il était étrange qu’il n’y ait eu qu’une flèche empoisonnée, mais il n’est pas rare non plus qu’un archer n’en ai pas tout un stock si le dit poison est rare. Combien de flèche ont-ils tiré sans avoir atteint leur but lors de la première salve ? « Qui a dit qu’il n’y en avait eu qu’une ? Pas moi en tout cas, mais parmi la première salve de flèche que nous avons essuyé, dans laquelle a péri Béoden, combien ont atteint une cible ? Deux sur une dizaine. Les flèches empoisonnées ne sont jamais très nombreuses si le poison est rare. Sans parler du fait que dans un carquois, elles peuvent se mélanger, alors lesquelles sont empoisonnées et lesquelles sont saines ? Un moyen comme un autre d’infligé des dégâts aléatoires à l’ennemis.» La gondorienne devrait sans mal s’en souvenir puisque ce même court elle le lui avait dispensé des années auparavant. Quant à savoir si Béoden aurait souffert du même mal, on ne le saurait probablement jamais puisqu’il avait eu la chance de mourir sur le coup. L’elfe aurait sans doute été courroucé du manque de confiance de Telia si elle n’avait pas été aussi mal. Ce pourquoi malgré les reproches à peine dissimuler dans les paroles de la jeune fille, elle restait parfaitement calme, car seulement à moitié en ce monde. Une autre solution lui apparut à l’esprit, lorsqu’elle se souvient des dernières nouvelles qu’on lui avait apporté et elle lui semblait bien moins tordue que celle apporter par l’archère. « Et si, le poison n’agissait que sur les elfes ? » Elle planta ses prunelles dans celle de jeune fille et haussa un sourcil. « Elendil est venu me voir, il a parlé d’abomination faites à mon peuple, des elfes ayant désormais la peau noire et des cheveux blanc comme neige. Ce n’est donc pas si idiot… Namoth les a bien transformés d’une façon ou d’une autre. En blessant les elfes, en leur injectant ce même poison, il nous transformerait et nous sèmerions la zizanie dans nos propres rangs. » C’était même très intelligent en vérité, si cette idée était la bonne, mais pouvons-nous alors parler de poison dans ce cas ? La réponse ne lui appartenait pas et la fatigue la gagnait un peu plus à chaque minute qui passait. Le souvenir de ceux qu’ils avaient laissé derrière en Ithilien se fit plus présent dans sa mémoire qui tenta alors de se les imaginés transformer en sbires de Namoth, la peau anthracite et des cheveux trop clair. À la dernière phrase de Telia, Sirillë soupira un peu. « Il est peut-être temps aussi que tu puisse imaginer me dire adieu, Telia. Car, de nous deux l’une partira avant l’autre. Il est des choses à accomplir en ce bas monde et tu dois y prendre part. Tu n’as donc pas à t’occuper de moi, car déjà le temps te manque. Il te manque depuis ta naissance, car tu es humaine. J'apprécie cela dit, que tu te tracasse de moi.»”

 
© charney

 




   
• Don't look back •
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires, qui nous préservent du mal. De simples actes de bonté et d'amour. -Gandalf-

     
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Katrina Law
Messages : 198
Or dans sa bourse : 811
Date d'inscription : 05/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Dim 30 Nov - 14:25


 
D'ont give up
Sirillë Slinyälin & Telia Sovatys

 
J’écoutais son amie tout en faisant les cent pas dans la pièce. Le raisonnement de Sirillë était juste mais si j’avais été l’ennemi, j’aurai fait en sorte que toutes mes flèches soient empoisonnées pour être sûr de tuer tous mes ennemis même ceux dont les flèches n’auraient point transpercé le cœur ou autres. Pourquoi ce poison affectait tant mon ami. Qu’il y avait-il ? Je ne supportais pas ce genre d’énigme. Mon esprit bouillonnait et cherchait des solutions mais n’en trouvait point. Encore une situation que je ne contrôlais pas. En ce moment, j’avais l’impression de ne vraiment rien contrôler. Rien de chez rien. Peut-être que c’était le peuple elfique et son ambiance déprimante qui me faisait cela. J’avais envie d’étrangler chaque elfe que je croisais, sauf Siri car elle avait une place particulière dans mon cœur.

  Sa remarque m’arrêta et je pivotais sur moi-même pour lui faire face. Pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt ? Et cela était logique. J’avais aussi entendu parler des atrocités de l’Usurpateur sur le peuple elfique. Ce Roi Sorcier était encore plus vicieux et plus puissant que je le pensais. Et nous allions avoir du fil à retorde. Je me mis à prier Iluvatar pour que ce poison ne soit pas assez puissant pour transformer mon amie en une chose abdominale que nous devrions tuer pour survivre.
« Je pris donc Iluvatar pour que ce poison ne soit pas assez puissant pour te transformer en ces créatures. N’y-a-t-il donc aucune limite aux pouvoirs de l’Usurpateur ? »


La remarque de mon ancien mentor me fit rire. Un rire jaune. J’aurai pensé qu’elle me connaissait suffisamment pour que jamais je ne baisse les bras dans ce genre de situation.
« Penses-tu vraiment que je vais baisser les bras dans un combat où l’issue n’est pas connu ? Tu es encore vivante et je sens au fond de moi que tu peux vivre. Alors je ne baisserai pas les bras et je refuserais de me faire à l’idée que tu puisses partir. Celle de nous deux qui partira la première sera moi. Non toi. Les années me manquent et je joue avec la mort bien trop souvent. Une elfe n’a pas à partir avant une humaine jouant un peu trop avec le danger. Je me tracasse pour toi car tu as une place particulière dans mon cœur. Je ne te laisserai pas partir sans me battre, sans te forcer à te battre aussi. Ce ne serait pas moi et tu le sais. »


Mon regard azure se planta dans celui de l’elfe. J’étais déterminée à ne pas baisser les bras et elle devrait le savoir. J’étais entêtée et une tête brulée. Elle aussi. Et je voyais le mur dont m’avait parlé Elendil. Mais aucun mur n’était infranchissable. Celui pas plus qu’un autre. Alors Sirillë allait devoir encore supporter mon côté battant encore un peu.
« Et il me reste suffisamment d’année pour t’embêter encore un peu. Avec quel autre elfe pourrais-je rigoler si ce n’est toi ? »


 
copyright Bloody Storm


Steward of Gondor + Home is behind the world ahead. And there are many paths to tread. Through shadow, to the edge of night until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade. All shall fade, all shall...fade.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Emilia Clarke
Messages : 39
Or dans sa bourse : 298
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   Jeu 8 Jan - 23:19


 

 

Don't give up
ft. Telia Sovatys” Il est juste de souligné qu’empoisonné toutes les flèches aurait été plus intelligent, mais que connaissaient-ils donc des réelles intentions de l’ennemis ? Il s’était toujours montré cruel et fourbe. Aussi imprévisible que le temps changeant. Finalement, la solution apparue dans son esprit, claire et limpide. À tel point qu’elle se serait bien insultée de sotte de n’y avoir pas songé plus vite. C’était après tout le meilleur moyen pour créer des distensions dans les rangs de la résistance, introduire un loup dans la bergerie. Il n’y avait effectivement plus qu’à prier pour que le poison ne gagne pas sur elle, mais seul le temps pourrait le leur dire. Le temps, la patience et le repos. Cependant, comme elle avait fini par le découvrir, c’était aussi ça qui était en train de la tuer. Elle au cœur si aventureux, incapable de rester à la même place plus de quelques semaines, se retrouvait désormais comme l’humaine forcé de garder la chambre et d’obéir aux ordres de son guérisseur. Certes, elle ne pourrait pas gambader comme une biche dans Eryn Lasgalen, ni au-delà, mais ne pouvait-on pas au moins lui accorder le plaisir d’une promenade afin de combler ce besoin viscérale et même sous bonne garde ? Peut-être oui qu’il était dangereux pour sa santé qu’elle fasse trop d’efforts physique… mais au final, l’inverse était visiblement tout aussi dangereux. Elle ne répondit rien alors, préférant se taire que de formuler des paroles qui n’auraient de toute façon pas de sens avant que l’avenir l’ait décidé. Des limites aux pouvoirs de l’usurpateur ? Il n’était tout de même pas au niveau de Morgoth, mais il avait probablement su tiré partit de son éduction, de l’Histoire et des avancées du monde. « Je ne sais… il ne peut être infaillible, mais je pense, qu’il a su tiré des leçons du passé, le meilleur du présent pour s’assurer un avenir. » Un avenir qui ne serait certainement ni clair et lumineux pour les peuples libres puisqu’il comprenait probablement l’extinction de certaines races, dont les elfes. Sirillë ne réagit pas non plus au rire jaune de son ancienne apprentie, pas plus qu’à son grand laïus sur la place de la mort des elfes par rapport aux humains. Elle n’avait certainement pas tort, mais elle n’avait pas tout à fait raison. L’heure de chacun arrive un jour ou l’autre et ce peu importe la race de la personne concernée. Peut-être que l’heure de Siri était arrivée, peut-être vivrait-elle milles ans de plus ou qu’elle mourrait durant cette guerre. Qui pouvait lui dire avec certitude quel jour et comment elle quitterait ce monde ? « Pense-tu seulement que je ne me bats pas tous les jours contre le mal qui me ronge ? Ne penses-tu pas que si c’était le cas, je ne serais déjà plus ? Mais le fait est que personne n’a encore la solution miracle, peut-être que je peux retarder l’échéance quelques semaines ou quelques siècles, mais l’issue est incertaine et dans cette optique, il faut se préparé à toutes les éventualités. » Dont celle de la mort, car elle est la seule chose certaines en ce bas monde, tous finiront par périr un moment où un autre, aujourd’hui ou à la fin des temps. « Jure-moi, que si je deviens l’une de ces créatures, tu n’hésiteras pas et que tu me libéreras ou que tu ne t’opposeras pas à ce qui devra être fait. » lança-t-elle alors en assombrissant son regard, signifiant bien qu’il n’y avait pas débat à avoir. Si elle devait devenir un de ces dathiris, il était hors de question qu’on la laisse mettre à mal des années de préparatifs ou qu’on la laisse s’échappé pour qu’elle aille rapporter à ses nouveaux maîtres ce qu’elle savait. L’elfe leva alors les yeux au ciel et posa ses mains sur ses cuisses en regardant vers le balcon. « Je ne suis pas la seule elfe qui soit doté d’humour ou d’ouverture d’esprit. Les vôtres vous êtes parfois trop prompt à nous juger, mais je suppose que je peux dire pareil des miens. Ce n’est pas ainsi que nous réussirons, il faut à un moment ou un autre mettre de l’eau dans son vin Telia. Les hommes du Gondor seront un jour diriger par un semi-elfe ayant choisi la voie de l’immortalité, ce sera comme avoir un elfe à votre tête. Allez-vous continuer à faire vos mauvaises têtes avec lui aussi ? » Peut-être s’égarait-elle, elle se souvenait des sages paroles de son seigneur Celeborn, les humains sont une espèce jeune et privé du luxe d’atteindre la sagesse de leur peuple, à peine né ont-ils déjà un pied dans la tombe. Cependant, Sirillë avait toujours refusé de les prendre de haut ou de les considérer comme faible, car ils avaient déjà démontré leur force par le passé et leur détermination. « Elendil n’a pas besoin du mépris des siens, que ce soit des elfes ou des humains. Il a besoin de soutien, lourde est la tâche qui repose sur lui depuis sa naissance et d’avantage encore aujourd’hui. Les elfes a une époque lui tournait le dos, effrayé qu’il fût élevé par les nains et par sa part trop présente d’humanité. Je prie pour que vous ayez la sagesse, vous humains, de ne pas lui tourné le dos maintenant qu’il s’est enfin trouvé. »”

 
© charney

 




   
• Don't look back •
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires, qui nous préservent du mal. De simples actes de bonté et d'amour. -Gandalf-

     
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't Give Up [Pv Sirillë]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Give Up [Pv Sirillë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» TRISTAM ✎ nobody can give you equality, or justice, or anything. if you're a man, you take it.
» [Event & Libre] Give me liberty, or give me death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: La Terre du Milieu :: Le Rhovanion :: Eryn Lasgalen-