RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Ven 22 Aoû - 13:18

Emeruil ∞ Assam
Edoras, capitale du Rohan. Assam s'éveillait, elle avait peu dormit, une habitude. Son corps était encore douloureux de la dernière mission, mais qu'importe elle fut couronné de succès. Elle n'avait déçus son chef qu'une seule fois, et ce fut suffisant pour lui intimer de ne plus recommencer. Elle détester échouer, elle ne voulait qu'être la meilleure, c'est pourquoi elle préféré agir seule. Se faire punir à cause d'imbéciles et d'incapable, elle ne voulait plus. La capitaine ne leur confiait plus que des tâche mineur sans grande influence, elle poursuivait leur apprentissage, le jour où ils seraient prêt ces rats iront se battre, ils triompheront ou périront.
Elle changea seul son pansement sur son flan. Elle n'avait pas mal, non, elle ne ressentait plus aussi facilement la souffrance, elle avait été entraîné. Elle avait été l'apprenti d'Emeruil, elle se rappelait encore. Elle avait quinze ans à l'époque, les cheveux court et le regard insolent. Il l'avait épargné contrairement aux autres mercenaire sans qu'elle ne sache pourquoi. Elle le servait, jusqu'à une bataille ou elle se jeta sur la première épée pour lui prêter main forte. Il avait vu ses capacité, il voulait l’entraîner. Lors de 'une de leur séance, il lui brisa le poignet, elle avait hurler, un hurlement féminin. Ce n'était pour autant qu'il lui fit porter des robes, non. Elle voulait être une guerrière et elle pouvait se vanter d'être l'une des meilleures à son service.
Elle maquait parfois d'instinct de survit, chercher à le provoquer sans pour autant jamais franchir l'ultime limite qui ferait qu'il al disséquerait vivante avec un éclat de plaisir dans ses yeux. Son sang ne se glaça pas à cette pensée,elle connaissait sa cruauté, l'horreur qu'il pouvait être... mais ce qu'elle savait aussi, c'est qu'il l'avait épargné et offert une vie qu'elle n'aurais jamais eut en restant au Harad.

« Assam ! Il veut vous voir. »


Elle tourna son visage impassible et froid vers l'homme qui venait de faire irruption. Emeruil la demandait. Elle se demandait s'il allait lui confier une mission. Même si elle n'était pas parfaitement remise elle y retournerait, en vérité elle ne se sentait bien qu'en action.

« Bien. Et la prochaine fois, on frappe avant d'entrer. La prochaine fois je doute que votre tête reste accrocher à votre nuque. »
dit-elle dans un sourire, mauvais, le fixant de son regard clair.

Elle savait ses yeux captivant, surtout avec le contraste qu'il y avait entre eux et sa peau. Les yeux clair était rare dans le Harad, pour ne pas dire presque inexistant. Elle terminant de coiffer ses long cheveux qui avait allègrement repousser en plus de 10 ans. Cela faisait 12 ans qu'elle était son ombre.
Elle acheva de mettre son armure de cuir qu’elle portait à Edoras et qui moulait parfaitement son torse de femme avant de traverser les couloir, la tête haute et le port altier. Elle était connue, respectée et crainte. Ca lui suffisait. Elle ne demandait rien de plus. Pas d'homme dans sa vie, pas d'enfant, ce n'était pas dans ses projets. Elle ne voyait pas l'intérêt de la chose.
Pendant un instant elle repensa à son frère jumeau, le vrai Assam, celui qui lui avait offert son nom. Elle ne savait pas ce qu'il était devenu. Etait-il mort ? Marié ? Père ? Avait-elle des neveux et nièces quelque part dans ce pays où le soleil est si brûlant qui fait rôtir la peau des manant ?
Ses racine elle les portait dans son cœur. Mais Elle ne se revendiquait plus comme du Harad, non, elle était une Izzal-din, elle avait fait ses choix, vécut ses rencontre et bâtissait son histoire.
Elle arrivait devant la porte derrière laquelle se trouvait son chef. Son cœur, comme à chacun de leur rencontre, se faisait plus lent, calme, sans doute pour se préparer à cette tension palpable qui avait toujours existé entre eux. On l'annonça. Elle entra.
Il était là, ses cheveux sombre retombant sur ses épaules carré. Assam était droite, le regard froid, si froid qu'il en devenait de feu.
Allait-elle dire qu'il l'avait fait appelé ? Elle avait mieux à faire que de répéter l’évidence même, c'est pourquoi elle posa simplement la question.

« Que puis-je pour vous ? »

Un ton sans emphase, sans rien, elle sentait son aura terrifiante, qu’elle avait toujours trouvait excitante sous certains aspect, elle ne savait pas pourquoi, mais la chose était là, si elel avait pu la faire partir elle l'aurait fait, sans doute pour ce faire devait-elle éteindre le peu d'humanité qu'il lui restait.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Tom Hiddleston
Messages : 33
Or dans sa bourse : 289
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Dim 31 Aoû - 23:30

Assam & Emeruil Shanion
Si j'avais su, je ne serais pas venue
Le général de l’armée noire avait franchi les portes d’Edoras le jour avant en grandes pompes, revenant de son illustre mission conclue avec succès. Toujours faire ce que l’on peut faire par soi-même. Des déceptions, il en avait connu un certain nombre et il en connaitrait encore. Fort de son nouveau succès, il l’avait fêté dignement, faisant chanter dans tout le pays que l’héritier des elfes était mort. Un espoir en moins pour les peuples libres et les rebelles de ces contrées. Plus rien ou presque ne s’opposait encore au succès de l’entreprise de Namoth. Bientôt, il ne serait jamais appeler l’usurpateur, mais l’empereur ! Tout succès à un certain prix et cela Emeruil le savait mieux que n’importe lequel des hommes de mains du souverain de la Terre du Milieu. En tant que fils par adoption, héritier de l’empire qu’il forgeait petit à petit, il avait aussi des devoirs et récemment ce Père qu’il loue tant, lui avait fait rappeler en le sommant de prendre épouse dans les plus brefs délais et en choisissant cette dernière. De noble extraction, d’une contrée désormais vassale de celles-ci, cette union avait deux buts. Le premier, asseoir l’alliance qui lie désormais les terres conquises de la Terre du Milieu avec le Harad. Le second, que cette épouse donne un héritier à celui qui était appelé à prendre la relève de Namoth un jour où l’autre. Emeruil avait fini par voir cela comme une nouvelle mission, démontrer une fois de plus son dévouement et son attachement à celui qui lui avait tout donné. Une nouvelle chance de faire ses preuves, lui qui demeurait le fils naturel d’un traitre et le frère d’un bâtard de rebelle. Par cette union, il purifierait à jamais son sang de cette souillure dont il avait hérité. Assis sur ce qui était il y a trente-cinq années encore le trône du roi du Rohan, Emeruil envoya chercher sa future épouse, l’un de ses meilleurs capitaines : Assam. Une apprentie de choix qu’il se félicitait encore d’avoir épargnée il y a si longtemps déjà, mais qu’il ne pourrait éternellement protéger de lui-même ou de Namoth. Le choix serait simple à formuler, elle acceptait ou elle mourrait. Il n’est pas dans les habitudes du général de faire dans la dentelle ou de faire preuve de pitié ou de compassion. Il se doutait cependant, connaissant la nature de la jeune femme que l’entrevue serait houleuse, mais il n’était guère impressionnée par elle. Certes, c’est une excellente combattante, il l’a formé lui-même, mais elle ne le dépassera jamais. Oh, elle a de l’esprit et du caractère, mais cela le laisse de marbre. Il en a trop vu, mâté de plus imposant et plus grande gueule qu’elle, ce dont elle serait bien intelligente de se rappeler. Le semi-elfe regarda la jeune femme entré dans la salle d’or sans ciller et sans un mot, observant sa démarche fière et sa façon de se tenir. Tout d’une noble même si elle refuse encore de le clamer. Lorsqu’elle s’immobilisa, il glissa son regarde sur sa personne, détaillant son physique de bas en haut, puis de haut en bas. Après un silence qui pouvait sembler aussi long que lourd, il prit la parole. « Me donner un héritier. » Cette simple phrase sembla lui arracher la gorge tant l’idée du mariage lui paraissait aussi inutile que stupide. Pourtant, son visage resta aussi figé que le marbre et tout en lui respirait la confiance et la haute estime qu’il se portait. « Tu deviendra mon épouse ou tu mourras. C’est là l’ordre qui vient d’en haut. Il n’est pas dans mes habitudes de désobéir aux ordres, ni dans les tiennes. Cependant, je tenais à t’en informer, afin de savoir si tu préfères mourir ou vivre. » Emeruil décroisa ses longues jambes avant de les recroiser dans l’autre sens. « Je dois cependant te prévenir que, je prendrais un plaisir non dissimulé à te faire mourir si d’aventure tu choisissais cette option. Peut-être même que je pourrais t’enfermer dans un cachot et t’engrosser avant de te tuer. Ce qui serait à mes yeux une perte considérable, puisque sans conteste, ni compliment aucun, tu restes mon meilleur capitaine. Alors, je te suggère de simplement te taire et faire ce qu’on t’ordonne. »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



 
Death is my trade
Suffer to be in my presence as I suffer from your existence



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Lun 1 Sep - 0:46

Emeruil ∞ Assam
Droite et fière elle se tenait, elle attendait les ordres, elle savait obéir. Quelque fois elle s'était octroyait la liberté d'initiative, uniquement quand elle savait qu'elle en sortirait victorieuse et son audace avait toujours payé, la seule fois elle l'avait déçus elle avait suivit les ordre à la lettre, elle repensait à ces incompétents... Elle repensait à la jouissance qu'elle avait eut de les punir... les punir de leur lâcheté. Elle n'avait jamais eut peur de risquer sa vie ou de faire couler le sang, que se soit le sien ou celui des autres.
Elle sentait son regard peser sur elle, il la détailler de haut bas... de bas en haut. Ce n'était pas comme si il ne l'avait pas déjà fait, il n'en avait jamais prit plus et tant mieux. L'idée d'avoir un homme entre ses cuisse ne lui avait jamais traversé l'esprit, ce n'était pas des prétendants qui auraient manqué, vu son pédigré, mais seul Emeruil le connaissait. Sa notoriété attirait, mais elle en faisait fit, se concentrait sur les stratégie et tactique militaire, son devoir.
Alors il parla. Lui donner un Héritier. Elle manqua de peu de s’étouffer, ça lui donnait un mauvais goût en bouche, cette pensée la dégouttait. Avoir le ventre déformer par un corps étranger, avoir Emeruil entre ses cuisses... cette simple pensée la répugnait. Imperceptiblement, elle serra les poings. Si encore ils 'était arrêtait là.. mais il continuait, elle deviendrait son épouse... SON EPOUSE ! Ce n'était pas possible, Narmoth la mandait en enfer il n'y avait pas d'autre explication. Le choix serait simple : vivre ou mourir. Étrangement elle aurait presque préféré la mort... s'il n'avait pas parlé du grand plaisir qu'il aurait à la tuer. Huhu elle n'avait pas toujours d'instinct de survit avec lui... mais elle ne savait que trop bien de quoi il était capable si elle choisissait la voie de la mort.
Il énonça une vérité, elle était son meilleur capitaine, et insidieusement il l'incitait à vivre, accepter son sort pour ne pas perdre l'atout qu'elle était.
Elle resta stoïque un instant, long ou court elle ne saurait dire, avant s’esquisser un sourire en coin froid sanguinaire, et de laissait filtrer entre ses lèvre un rire inquiétant pour tant d'homme.. sauf pour lui, elle le savait, il avait vu pire qu’elle t il ne la connaissait que trop bien, depuis plus de dix ans qu'ils sont côte à côte.

« Je peux comprendre le point de vue politique, mais personne ne sait que je suis ici, vous feriez bien mieux d'engrosser l'une des héritières du Harad. »


Elle ne voulait pas se marier, mais elle ne voulait pas mourir non plus le choix était dichotomique.
Elle frémit légèrement, elle n'avait jamais eut d'homme, jamais, en 27 ans elle avait sur rester intacte mais ce n'était pour autant qu'elle ne savait pas user de ses charme lors de mission d'espionnage.

« Quand ? »


Une question simple... Elle se entait sur le point d'exploser, elle avait un tempérament volcanique qui pouvait être aussi sanguin que glacial. A son tour elle le détaillait, de haut en bas... de bas en haut.
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Tom Hiddleston
Messages : 33
Or dans sa bourse : 289
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Lun 1 Sep - 18:03

Assam & Emeruil Shanion
Si j'avais su, je ne serais pas venue
Emeruil misait sur le peu d’instinct de survie de la jeune femme, mais surtout sur sa connaissance de ce dont il était capable. Cette après-midi encore, il s’occuperait d’un rebelle et prendrait un réel plaisir à le faire hurler au point qu’Edoras toute entière l’entendrait. Peut-être que si la gente demoiselle refusait cet ordre, il l’emmènerait avec lui dans les profondeurs des geôles pour lui rafraîchir la mémoire quand à ce qui risquait de lui arriver. La tendresse, la compassion et la pitié ne faisaient pas partie de son vocabulaire, mais il tâcherait d’être correct avec elle si elle acceptait son sort. Cependant, qu’elle ne s’imagine pas qu’il lui sera fidèle, car il ne saurait le souffrir, depuis bien trop longtemps il est attaché à sa vie de débauche. La naïveté de la jeune femme le fit éclater d’un rire autant amusé que glaçant par son sadisme. Que croyait-elle donc ? Qu’il n’avait pas informé son Père de ce qu’elle était réellement ? Allons bon, il est un fils obéissant et dévoué, jamais il n’aurait caché cela à Namoth. « Parce que tu crois que mon père t’as choisie par hasard ? Pense-tu qu’il ne sache pas qui tu es ? Ne penses-tu pas qu’il a pu négocier avec ton propre père ? Le Harad est désormais vassal de ces terres, ton peuple a reconnu la souveraineté de Namoth Storgor sur leurs différentes contrées. Je pense que la seule chose qui te différencie de toutes les autres héritières, c’est que tu es capable de tenir une arme et que cela fait bien longtemps que tu as obtenu son asile. Tout à un prix, Assam, je te l’ai répéter maintes fois et voilà celui que tu dois payer pour les nombreuses années où nous t’avons protégé. Ce n’est pas si cher payer, il aurait pu en demander bien plus. » Namoth aurait pu prendre lui-même la jeune femme comme épouse, mais il n’aurait pas la courtoisie d’Emeruil de l’informé de la chose ou de se montrer patient. Il aurait pu lui demander tout un tas de choses qu’il ne valait même mieux ne pas imaginer. Personne ne pouvait réellement savoir jusqu’où allaient la perversion et la cruauté du roi-sorcier, sauf peut-être ses deux ‘enfants’. Eux seuls peuvent encore se vanter de connaître les noirs secrets et pensées de ce mage terrifiant, souverain des trois quart de la Terre du Milieu et maintenant du Harad. Emeruil se mit à jouer de ses doigts contre les accoudoirs du trône en regardant toujours la jeune femme qui le dévisageait désormais comme il l’avait fait avec elle peut avant. Un nouveau sourire en coin se dessina sur son visage au teint pâle, alors qu’il prenait un certain plaisir à faire durer le temps d’attente de sa réponse. Elle ne l’avait jamais impressionné, ni même effrayé une seule seconde, il admirait cela dit son caractère et ses aptitudes, mais ne vous y trompe pas, si elle venait à y passer, il n’en garderait aucun remords, ni aucun regrets. Il se remémorait le contenu de la missive de son père qu’il avait brûlé dès qu’il s’était résigné à cette mission. « Avant la prochaine lune. Cela te laisse le temps de te préparer mentalement. » Pour une femme qui ne s’était jamais imaginé devenir épouse et mère, il allait lui falloir un temps d’adaptation et d’acceptation, voire de résignation. Il ne la connaissait que trop bien, ce pourquoi son regard s’assombrit d’avantages alors qu’il se levait de son siège avec la même lenteur qu’un fauve ayant repérer sa proie et qui s’apprête à l’attaquer. « Et n’essaie pas de fuir, Assam… je t’ai tout appris et te retrouver sera chose aisée. J’ai des yeux et des oreilles partout et puis où irais-tu ? La résistance te tuera plutôt que de te recruter. Sans parler du fait que ma vengeance sera plus terrible que la mort. » Il se l’imaginait déjà cette vengeance si la jeune femme venait à tenter de se dérober à cet ordre donner d’en haut. Elle serait à tel point brisé qu’elle le supplierait en rampant de l’achever et il n’y consentirait que lorsqu’il jugerait qu’elle mériterait la délivrance.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



 
Death is my trade
Suffer to be in my presence as I suffer from your existence



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Lun 1 Sep - 22:15

Emeruil ∞ Assam
Un rire... un rire glaçant, mais elle était déjà froide. Elle Assam... se faire engrosser... épouser Emeruil. Elle rageait. Elle voulait détruire, frapper, se défouler, sans doute qu'un de ses punching ball humain y passerait. Elle était froide, savait se maîtriser uniquement pour se défouler après. Son père alors savait qu'elle était ici. Son frère donc devait aussi le savoir, lui qui l'avait aidé à fuir pour échapper à un mariage arranger, fuir cette vie de femme... pour finalement se faire tout de même dévorer. Oui, tout ce paie, tout. Elle avait payé se fuite par la dureté de la vie, elle allait donc payer son salut par un mariage et le dont de son ventre. Elle en avait envie de vomir, ça la répugnait. Elle, devenir épouse et mère. Épouse de cette homme qui l'avait sauvé et qu'elle admirait. Elle savait bien qu'elle lui devait sa survit. Mère, mère de l'héritier... Elle n'était prête ni à l'un ni à l'autre.

« Je ne pensais pas que tenir une épée était une vertu pour mettre un marmot au monde, les aiguilles devrait être suffisant. »
Dit-elle d'un ton acerbe. « Vais-je devoir en plus mettre des robes et me tenir sagement dans un coin ? »

Elle... en robe... yeurk... elle n'en n'en n'avait plus porté depuis qu'elle avait fuis le domaine familiale. Le silence... un silence lourds... pesant, il la faisait marinait et il aimait ça... Elle le voyait prendre son pied dans se plaisir malsain. Elle même jubilait comme lui... mais pas à cet instant précis.. Non, pas du tout. Elle jubilait quand elle faisait subir ça aux autres, pas quand elle devait le subir. Elle imaginait ses mains sur elle, tentant de l'imaginer entre ses cuisse, elle frémit, un frisson glacial qui lui donnait envie de vomir. Vomir... et pourtant... non, elle ne voulait pas y penser. Elle attendait... elle attendait le jour où sonnerait le glas de sa vie. Quand enfin il le lui dis... elle savait la date... peut-être pourrait-elle fuir avant... Mais visiblement ; il ne la connaissait que trop bie, ça lui arracha un léger sourire mauvais en coin.

« Vraiment... je vais rire de voir que vous me connaissiez si bien général. »
dit-elle simplement en continuant de se tenir de manière altière.

C'était de rester plus de dix ans avec la même personne... ça finit toujours par vous connaître aussi bien que son épée. Elle réfléchit... il était pas loin d'elle... elle avait à la fois envie de le frapper... de le griffer.. autant que de le saisir par la nuque pour... pour... non elle en voulait pas y penser. Elle regarda un instant toute la salle avant de se passer une main sur le visage. Elle n'avait jamais eut d’homme... Emeruil était un sadique... un fou.. et s'il lui faisait mal ? Elle ne voulait pas que ça se passe comme ça. Elle serra les dent, faisant craquer les os de sa mâchoire.

« Bien. Je ne voudrais pas vous décevoir une autre fois, mais avant d'accepter, je veux être sûre que vous n'abîmerait pas mon corps, que vous abîmiez celui des catin je m'en tape comme de ma première monture, mais ce corps là »
dit-elle en désignant le sien « doit toujours être en état de marche et prêt à se battre. »

Oui, se battre, elle était une guerrière, une fine stratège... elle n'était pas faite pour roucouler dans un lit avec une jambe dans le plâtre ou la hanche déboîtée. Non, elle voulait rester active...

« Je n'arrive pas à vous imaginer entre mes cuisses. »
dit-elle avec une légère pointe de dégoût et d'appréhension... El vérité, ça lui faisait bien d'avantage peur que de devoir affronter une armée à elle seule.
 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Tom Hiddleston
Messages : 33
Or dans sa bourse : 289
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Mer 3 Sep - 11:00

Assam & Emeruil Shanion
Si j'avais su, je ne serais pas venue
C’était toujours le problème avec Assam. Un bon capitaine, mais toujours la sale manie de l’ouvrir plus qu’elle ne devrait. Elle devrait même être contente qu’il n’ait pas mandaté un prêtre pour la mariée sur l’heure et en finir au plus vite avec cette histoire d’héritier de gré ou de force. Elle avait embrassé la cause du roi-sorcier, elle devrait savoir que leur maître avait des idéaux différents de la plus part des gens et des autres nations. Là où une femme était une bonne mère en sachant simplement coudre, pour le chef des izzal-din cela ne suffisait pas. Selon lui ce que la mère sait faire, elle l’apporte dans ses gênes. En cela, le général comprenait le choix de son Père, même si lui-même aurait trouvé Jisielle bien plus appropriée à donner un héritier de choix à leur famille plutôt qu’une sauvage récalcitrante. Non pas qu’il ne saurait pas la mâter, loin de là même, il s’était mesuré à bien plus coriace, mais elle risquait de ne pas apprécier. Bien sûr, qu’elle apprécie ou pas était le cadet de ses soucis. Elle serait son épouse et elle ferait ce qu’on lui demande, une fois sa mission remplie, elle ferait bien ce qu’elle voudra, il s’en moquait. « Je pense que tu as encore beaucoup à apprendre sur le monde qui s’annonce. Nous ne sommes pas au Harad ici, nous avons des critères plus avancés. Quand à ce que tu devras faire, tu feras ce que je t’ordonnerais, ni plus, ni moins que maintenant. Les robes… on s’en passera bien, tu as seulement ordre d’en porter une pour la cérémonie, cela va sans dire… » Namoth ne serait probablement pas parmi eux, mais s’il apprenait qu’elle ne s’était pas plié à ses principes, le châtiment risquait d’être exemplaire et pas qu’envers elle, Emeruil se verrait gratifier lui aussi d’une sacrée remontrance. Le général descendit alors marche après marche, dans une lenteur absolue pour enfin arrivé à hauteur de la haradrim qu’il dominait de bien plus qu’une tête, comme bon nombre de gens d’ailleurs. Sa haute taille aurait pu lui être un désavantage, en réalité elle n’était qu’un atout, il avait réussi à en tirer partit et le meilleur. « Crois-tu… » Répondit-il simplement à son commentaire sur sa connaissance de la demoiselle. Il connaissait les femmes, il en avait vu passé un certains nombres et avait fait subir à certaines des choses insoupçonnables, alors oui il pouvait se targuer de connaître aussi le corps de la femme. Lentement, il se mit en marche tournant autour de sa future épouse sans émettre le moindre son et sans la moindre expression qui laisserait deviner ce qu’il pensait. En réalité, elle l’agaçait avec ses grands airs presque supérieurs alors qu’elle restait un cafard qu’il écraserait du bout de sa botte à la moindre occasion. « Et c’est ainsi que je l’entends, je veux que tu sois en état de fonctionner. Cependant… » Il lui attrapa sa crinière noire d’un geste vif, la faisant ployer les genoux par la force qu’il dégageait. « Si je te connais, je doute que tu me connaisse réellement. Je n’abîme pas ce qui m’appartient et tu m’appartiens Assam, depuis le jour où je t’ai laissé la vie. Tâche de t’en souvenir petite ingrate. » Il la relâcha vivement avant de la regarder droit dans les yeux, qu’elle avait charmant d’ailleurs avant de lui prendre le visage dans une main. « Je n’ai violenté et détruit physiquement que des prisonnières qui ne méritait pas ma magnanimité ou des ingrates. J’espère que tu finiras par cesser ce comportement sinon je ne pourrais garantir ton intégrité physique. Et puis, où serait le plaisir de faire mal à des femmes payé pour faire ce que je leur demande ou à une épouse qui ne fait que son devoir ? Nulle part, alors tes petites insinuations tu peux les garder derrières tes dents ou je te ferais couper la langue. » Il la relâcha alors, faisant ensuite claquer sa main avec force contre la joue d’Assam, la regardant de son air froid, arrogant et cruel. « Oh tu n’as pas besoin de l’imaginer, tu le vivras bien assez tôt. Un conseil, ne me met pas en colère avant que ça n’arrive, je ne réagis pas bien à la provocation et tu pourrais le payer cher. Si tu veux une nuit de noce dans la douceur et la tendresse, je te l’offrirais et prendrait soin de te faire découvrir ces choses que tu ne connais pas avec la patience d’un amant. En revanche, continue ainsi et je n’aurais pas ce respect. C’est clair ?! »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



 
Death is my trade
Suffer to be in my presence as I suffer from your existence



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : aishwarya rai
Messages : 11
Or dans sa bourse : 96
Date d'inscription : 23/12/2014


MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Mar 23 Déc - 12:37

Emeruil ∞ Assam
Emeruil... Emeruil. Elle se rappelait, un temps ancien où la noirceur ne l'avait pas totalement conquis. Ce n'était qu'un souvenir qu'elle devait oublier, cette homme là n'était plus et pourtant c'était pour qu'elle était là, qu'elle était devenue la meilleure. Elle avait toujours voulu faire sa fierté.
Il venait de lui annoncer qu'elle devrait l'épouser et lui donner un enfant. La vérité était qu'elle ne c'était jamais sentie prête à ça, pourtant elle le désirait. Quand ils se battait quand il l’entraînait... Leur bataille, ça sublimait tout autre chose. Un désir, sauvage, bestial et fascinant. La frustration était délicieuse ainsi sublimait. Aussi savait-elle aussi bien user de son aimer qu'un excellent amant savait user de ses joyaux.
Elle était respectée, crainte aussi, dans ce monde elle était l'égale d'un homme. Elle devait bien accorder cela à Narmoth... Il lui avait donné une opportunité qu'elle n'aurait jamais cru possible. Lentement il descendit, le semi-elfe était bien bâtit, elle admirait sa taille, l’élégance de ses traits, et sentie le feu la dévorer. Le haut de sa tête n'arrivait que péniblement à ses pectoraux qu'elle savait finement former. Jamais démesuré et pourtant d'une force certaine, comme ses bras.

« Si je crois... »


Une hypothèse... elle le sentait tourner autour d'elle, elle était une proie face à son prédateur et ça l’attisait plus que de raison bien qu'elle n'en montrait rien. Elle se cacher derrière une mur frigide pour ne pas dévoiler le feu ardent qui la dévore.
Il saisit sa crinière, elle serra les dents pour réprimer un gémissement, elle aimait cette violence, il al fit ployer mais son regard demeurer aussi sauvage que pur. Elle lui appartenait, oui, corps et âme. Elle ferait tout pour lui, jusqu'à mourir car en elle vit un souvenir qu’elle ne pourra jamais oublier. Il la lâcha, elle continua de le regarder un instant, détaillant son corps avant de se relever avec élégance et raffinement, témoignant de sa classe sociale supérieur.

« Vous avez raison... Vous avez épargné ma vie et donné une chance de m'accomplir comme je l'avais toujours désiré, pour cela je vous e serez toujours reconnaissante. J'ai toujours œuvré à vous montrer ma valeur, j'ai toujours voulu être votre meilleur élément.»

Elle le regardait droit dans les yeux, ce n'était pas un manque de respect, au contraire. Elle faisait souvent preuve d'audace avec lui, sa verve ne pouvant toujours être brimé et elle s'en tirait toujours à bon compte sans avoir pourquoi, sans doute parce qu'elle connaissait les limite à ne pas dépasser et savait comment en jouer. Elle le respecter. C'était un fait. Mais elle avait peur.. peur de le décevoir dans cette nouvelle mission, de ne pas être à la hauteur. Elle esquissa un léger sourire en coin. Un amant... La patience d'un amant. La vérité c'était qu'elle ne voulait pas perdre cette délicieuse tension en eux. Si elle se donnait à lui et que ça partait, qu'il n'y avait plus rien ?

« Je tacherait de me montrer à la hauteur de vos attente pour mériter votre clémence... mais... »


Les mots restèrent suspendu dans sa gorge, elle ne pouvait formuler sa crainte, c'était chose impossible...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
visage : Tom Hiddleston
Messages : 33
Or dans sa bourse : 289
Date d'inscription : 06/08/2014


Vos possessions
~:

MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   Sam 10 Jan - 12:39

Assam & Emeruil Shanion
Si j'avais su, je ne serais pas venue
Enfin, la haradrim fini par comprendre que sa situation n’avait guère d’autre issue que l’acceptation et l’obéissance. En un sens, le général n’en avait jamais douté, il la savait douée d’intelligence et marquée de nombreuses autres qualités à ses yeux, mais aucune bataille ne pouvait être gagnée d’avance. Cependant, il ne crierait victoire qu’une fois les serments sacrés prononcés, la nuit de noce consommée et l’hériter mis en route. Cette mission serait sans doute plus longue que les autres, mais son but était autrement plus important que les autres qu’ils eurent accomplis l’un et l’autre jusqu’à ce jour. Peut-être devrait-elle le prendre sous cet ange après tout, une mission comme une autre dont plus vite et mieux elle s’acquitterait et plus vite elle en aurait fini. Certes, cette mission différait de beaucoup avec celle qu’elle avait l’habitude de faire, mais elle était d’une plus grande importance. Devenir le meilleur élément. C’était une chose que nombre des hommes et femmes sous les ordres d’Emeruil désirait avec ardeur. Certains ne vaudraient jamais plus qu’un palefrenier, d’autres pourraient avec le temps monter dans les hautes sphères du commandement et du pouvoir. « Alors, ne vois-tu donc pas ce qu’on t’offre par ce mariage ? Je suis l’héritier de cet empire, il n’y a pas place plus importante que celle de devenir la future impératrice de ce monde. On t’offre la place juste en dessous de la mienne. Certains pères tueraient pour que leurs filles aient cet honneur et tu n’es pas la seule à rêver d’ascension. » Combien de fille s’était-il vu vendre comme bonne épouse pour quand le temps viendra par les nobles soumis à son Père. Il n’en avait jamais eu cure, se doutant quelque part que ce dernier se ferait fort de lui trouver l’épouse qui lui conviendrait. Ce jour était simplement arrivé, après tout, il avait déjà atteint un âge respectable pour les hommes. La guerre n’était cependant pas propice à ce genre de chose, mais il devait admettre qu’à trente-cinq ans et si près du but ultime de tenir l’entièreté de la Terre du Milieu, il était temps de penser à l’avenir et à la progéniture. Se montrer à la hauteur de ses attentes, il ne plaçait pas la barre trop haut, trop conscient de l’ignorance de la jeune femme en matière des secrets de la chair. Tout ce qu’il attendait, c’était obéissance et accomplissement de son devoir de femme. Elle serait libre de reprendre ses activités militaires une fois l’enfant mis au monde et remis dans les mains d’une nourrice, sauf si elle décidait de s’en occuper. Il avait ferré sa proie, elle avait succombé et désormais, il ne lui semblait plus aucun obstacle, même les mots non prononcés n’en était pas. Du coin de l’œil, il observait encore Assam avant de reprendre son chemin et de retourner se poser sur ce siège symbolique. « Mais… je n’aime pas ce mot et je me demande bien ce qui peut encore troubler à ce point un capitaine de ta trempe. » Il croisa à nouveau ses longues jambes avant d’entendre frapper à la porte. Alors, il fit retentir sa voix profonde dans toute la salle pour inviter le visiteur à entrer. Un garde s’approcha en portant une missive de la part de la matrone du bordel. Il le congédia dès qu’il eut le pli en main et en pris connaissance. « Voilà qui est intéressant… et qui devrait par ailleurs te changer les idées. » Il chiffonna le papier entre ses mains avant de lancer la boule ainsi formée dans le feu qui brûlait au centre de la pièce. « Maudus Pilan se rend vers le nord avec Jascianne de Dunharrow et la petite esclave du capitaine Gargric. Ce dernier serait fâché que Maudus pose ses mains sur cette dernière et je serais extrêmement fâché que ce vieux débris touche à un seul cheveu de la matrone. Cela fait bien trop longtemps qu’il cherche à la récupéré et que je lui ai accordé ma protection. Je te charge donc de veiller sur ces deux femmes durant ce périple. » Cela lui permettrait de réfléchir et de se changer les idées loin des murs d’Edoras tout en se rendant utile. « Oh et Assam… si le vieux venait à poser un doigt sur elles… Prive le de ses attributs et fait les lui porté autour du cou, mais garde le en vie. Il semblerait que notre maître à tous le trouve utile. Nul doute que cela te plaira de le diminuer de la sorte. »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 



 
Death is my trade
Suffer to be in my presence as I suffer from your existence



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si j'avais su, je n'serais pas venue [PV l’écureuil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Si j'avais su, je me serais blessée plus tôt. [Gayane Price / Lilia Sabishisa]
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» "Et si j'avais une maison"
» Si j'avais des ailes si j'avais un ami...
» Alors? Quesque je t'avais dit? [PV Night]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fallen Age :: La Terre du Milieu :: Le Rohan :: Edoras-